Préparez-vous : dans cinq ans plus de cotons tiges et plus de couverts jetables !

Petit à petit, des objets usuels jetables vont disparaître du quotidien des Français. Seules les matières compostables seront autorisées lors de la prochaine décennie.

Est-ce la fin de la civilisation de l’objet en plastique jetable ? Développés à grande échelle aux Etats-Unis après la Seconde guerre mondiale, puis diffusé dans le monde entier, le produit à usage unique est désormais combattu par les législateurs dans la plupart des pays développés et même vilipendé dans les pays en voie de développement.

En France, la loi sur la biodiversité adoptée le 22 juillet dernier programme la disparition des cotons tiges pour 2020. Cette mesure est le fruit du lobbying de Surfrider foundation. Cette association créée en 1990 par des surfers basques excédés de rencontrer des déchets sur leurs vagues favorites, est reconnue aujourd’hui par les pouvoirs publics et participe de toutes les concertations précédant l’élaboration des lois. L’association s’est donné pour objectif de réduire de 50% les déchets entrant dans l’environnement marin d’ici 2020. C’est en rappelant sur Tweeter qu’elle avait collecté l’an dernier 16000 cotons tiges lors de ses opérations de nettoyage des plages, que Surfrider a rappelé la mesure législative.

Cotons tiges Surfrider

En 2015, 16 226 cotons-tiges ont été récoltés sur les plages par Surfrider foundation.

L’interdiction va soulager les gestionnaires des stations d’épuration. Par leurs tailles, les cotons tiges passent en effet à travers les grillages qui permettent de retirer des eaux usées les déchets les plus gros. Les processus biologiques d’épuration qui suivent le « dégrillage » sont sans effet sur ces fins objets qui repartent à la rivière indemnes pour terminer sur les plages, pour la plus grande colère des surfers. Tous les ans, il s’en vend 25 milliards d’unités de par le monde.

La vaisselle jetable a au moins l’avantage d’être stoppée par les grilles des stations d’épuration. Mais sa praticité la rendait jusqu’à présent difficile à interdire. A la fin des années 2000, le ministre du Développement durable de l’époque Jean-Louis Borloo avait dû renoncer à une « taxe pique-nique » sur les assiettes et couverts en plastique.

C’est finalement Ségolène Royal qui aura leur peau via la loi sur la Transition énergétique. L’article L541-10-5 alinéa 3 stipule ainsi que « au plus tard le 1er janvier 2020, il est mis fin à la mise à disposition des gobelets, verres et assiettes jetables de cuisine pour la table en matière plastique, sauf ceux compostables en compostage domestique et constitués pour tout ou partie de matière biosourcées ». Pour rappel, les sacs plastiques à usage unique seront définitivement retirés du marché au 1er janvier prochain.

On peut s’étonner d’un délai aussi long. En effet les alternatives existent déjà : vaisselle en bois, carton, bambou, etc. Des cotons tiges biodégradables existent dans le commerce, ainsi que les cure oreilles métalliques ou encore les sprays auriculaires. Toutes ces mesures devraient permettre aux surfers d’atteindre leurs ambitieux objectifs de réduction des pollutions marines.

Source : Sciences & Avenir

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les pages Environnement/Santé et Développement durable/Energie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s