Les algues filamenteuses menacent-elles la Méditerranée ?

De plus en plus nombreuses dans les eaux méditerranéennes, ces algues inquiètent pêcheurs et touristes. Mais leur présence n’est que temporaire.

Si vous plongez cet été en bordure des côtes de la Méditerranée, il y a de fortes chances que vous aperceviez des tapis d’algues filamenteuses, à l’aspect jaunâtre, sur les fonds et les rochers immergés. Pas besoin de s’équiper de bouteilles, un simple tuba et une descente à deux ou trois mètres suffiront à les distinguer même si ces algues ont colonisé une grande partie de la colonne d’eau depuis la surface jusqu’à 20-25 mètres de profondeur et au-delà dans une moindre mesure.

Le phénomène n’est pas nouveau mais prend de l’ampleur et la prolifération des algues suscitent l’inquiétude des professionnels de la mer et ne manquera pas d’interroger les nombreux touristes qui vont déferler cet été vers les plages méditerranéennes. Pas d’inquiétude : ces algues ne sont pas dangereuses et leur multiplication résulte d’un réchauffement temporaire des eaux, expliquait l’année dernière Alain Couté, spécialiste des microalgues au Muséum national d’histoire naturelle (MNHN).

Algues filamenteuses Méditerranée

Les microalgues filamenteuses ont colonisé les fonds de la Méditerranée (Source : J. Payrot).

Sous l’appellation microalgues filamenteuses, sont en fait regroupées une trentaine d’espèces appartenant à douze genres différents. Elles ont cependant des caractéristiques communes : leur taille varie entre 10 et 15 micromètres et leur couleur est jaune même si quelques espèces temporaires sont rouges ou bleues. Elles forment sous l’eau une sorte de voile brumeux, voire nuageux qui « affecte les animaux fixés comme les coraux, les moules ou les gorgones en formant un filet inextricable qui bloque la nourriture tombant de la surface et dont les espèces benthiques profitent habituellement », explique Alain Couté qui a passé l’année 2014 à dresser un inventaire des microalgues dans la réserve naturelle de Cerbère-Banyuls-sur-Mer.

Ses conclusions sont nettes : les algues filamenteuses connaissent bien une période faste, et sont susceptibles d’avoir des poussées de croissance dès que l’eau est suffisamment chaude soit, à peu près, d’avril à novembre en Méditerranée. Mais leur croissance s’effectue par poussées durant quatre ou cinq jours. Elles peuvent alors coloniser un vaste territoire, rapidement, quand les conditions idoines sont réunies : « Elles ont besoin d’une eau chaude, sans agitation de surface ou de profondeur. Le moindre refroidissement ou épisode pluvieux affecte leur développement », précise le chercheur.

Faut-il s’inquiéter de la présence accrue de ces algues repérées depuis quarante ans et qui gagnent réellement du terrain depuis quinze à vingt ans ? Non, répond Alain Couté qui signale que cette prolifération est un phénomène naturel et que ces microalgues filamenteuses ne sont pas des espèces invasives contrairement à Caulerpa taxifolia, macroalgue verte qui a colonisé la Méditerranée. « Il faut préciser à tous les plongeurs qui risquent d’en voir cet été que ces algues ne sont ni dangereuses ni toxiques », ajoute-t-il. De plus, même si une grande partie des fonds et des rochers d’une zone est colonisée cet été, le phénomène sera temporaire puisque dès que la température de l’eau chutera, les algues disparaîtront.

Reste que le phénomène prend de l’ampleur et a été particulièrement important en 2014. Aussi la vigilance est-elle de mise. D’autant plus que les eaux de la Méditerranée sont en train de se réchauffer. C’est là que les plongeurs occasionnels peuvent jouer un rôle en signalant la présence d’algues dans les zones qu’ils ont fréquentées. Une initiative de science participative les intégrant pourrait permettre de mieux surveiller le phénomène et mesurer le taux d’expansion des microalgues filamenteuses.

Source : Sciences & Avenir

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin/Biodiversité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s