Oui, les insecticides sont bien mortels pour les abeilles sauvages

Une étude menée en Angleterre sur 18 années démontre l’effet des pesticides néonicotinoïdes sur les abeilles et les bourdons sauvages : une mortalité multipliée par trois. Dans la nature, les doses non létales déterminées en laboratoire affaiblissent ces insectes.

L’étude britannique, qui vient d’être publiée dans la revue Nature Communications, mettra-t-elle fin au débat sur l’effet des néonicotinoïdes sur les insectes ? Les apiculteurs ont donné l’alerte depuis longtemps mais les études en laboratoire démontraient que cette famille d’insecticides, très efficace, enrobant la graine et se répandant dans toute la plante, n’avait pas, aux doses d’exposition dans la nature, d’effet létal sur les insectes. L’Union européenne en a réduit l’usage en 2013 et, en France, la loi promulguée en juillet dernier les interdit à partir du premier septembre 2018, mais avec des dérogations possibles jusqu’en 2020.

Abeilles & néonicotinoïdes

Pour la première fois, l’effet des insecticides néonicotinoïdes a été évalué dans la nature, sur une grande échelle de temps et d’espace. Le verdict confirme des résultats déjà obtenus en laboratoire ou en plein champ.

Les sept chercheurs, qui viennent du Centre d’écologie et d’hydrologie (CEH), au Royaume-Uni, et du laboratoire Fera Sciences, n’ont, eux, pas mené d’expérience en laboratoire. Ils ont analysé les études sur les populations d’insectes de 62 espèces d’abeilles sauvages et de bourdons entre 1994 et 2011. Les variations constatées ont été comparées, avec des outils statistiques, à l’usage des néonicotinoïdes dans les champs de colza, qui a grimpé très rapidement en Grande-Bretagne durant cette période. Quant aux abeilles domestiques, elles ne font pas partie de l’étude car les apiculteurs peuvent déplacer les ruches, ce qui fausserait l’analyse statistique.

Les résultats, qui sont également exposés dans un communiqué du CEH, montrent un effet de surmortalité, jusqu’à un triplement. Pour cinq espèces, les chercheurs estiment la chute de populations due aux néonicotinoïdes à 20 %. Les cultures de colza, dans un premier temps, profitent aux insectes butineurs mais « ce bénéfice est plus qu’annulé par l’effet des néonicotinoïdes sur de nombreuses espèces d’abeilles », conclut Ben Woodcock, le premier auteur de l’étude. Ces conclusions ne font que renforcer d’autres résultats, qui, par exemple, ont montré récemment que les néonicotinoïdes réduisent l’espérance de vie des butineuses.

Source : Futura-Sciences

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s