Un éléphant aux défenses ‘en dents de sabre’ découvert dans la forêt de Bornéo

Une équipe du Département malaisien de la faune et de la flore a récemment dévoilé l’existence d’un curieux éléphant sauvage aux défenses inversées.

Lors d’une expédition à Tawau, au nord-est de Bornéo, une équipe du Département malaisien de la faune et de la flore est tombée nez à nez avec un drôle de spécimen : un éléphant pygmée doté de défenses à l’envers.

La rencontre s’est déroulée le 11 août alors que le groupe se rendait dans une plantation d’huile de palme après avoir été appelé à l’aide pour déplacer un groupe de pachydermes ayant élu domicile dans la région de Sabah.

Les experts ont tout de suite été frappés par les incisives de l’animal, tournés vers l’arrière. De ce fait, ils l’ont surnommé « l’éléphant à dents de sabre ». Il faut dire que l’animal semble avoir traversé les âges.

Eéléphant aux dents de sabre

L’éléphant aux dents de sabre, un étonnant spécimen trouvé à Bornéo.

Ses attributs rappellent en effet ceux du tigre éponyme ayant vécu il y a plus de 11.000 ans ou encore ceux du deinotherium, un ancêtre des pachydermes actuels qui a évolué durant l’Oligocène, entre -33 et -23 millions d’années. Cependant, il ne s’agit ni plus ni moins d’une anomalie génétique.

« Cela pourrait être dû à une malformation congénitale ou peut-être à cause de la consanguinité », explique Sen Nathan, directeur de l’équipe en charge de la protection de la faune.

Aux premiers abords, l’éléphant à dents de sabre semble être en bonne santé. Toutefois, cette singularité n’est pas sans conséquence. L’animal part en effet avec un net désavantage lors de confrontations avec ses congénères et risque, à défaut de pouvoir se défendre, d’être blessé.

Les spécialistes comptent l’étudier d’un peu plus près. Pour le moment, l’animal a été transporté samedi dans le sanctuaire d’éléphants de Bornéo. Il devrait être transféré d’ici peu vers un autre lieu encore plus sécurisé au sein duquel les scientifiques pourront le suivre à l’aide d’une balise GPS.

« Ceci est une perle rare », conclut Sen Nathan. Selon le responsable de la faune, ce mystérieux spécimen n’est toutefois pas le seul de la région à présenter des défenses inversées. Un autre a en effet été documenté en 2015 dans l’Etat de Sabah.

Source : Maxisciences

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s