La girafe de Kordofan, une sous-espèce rare tuée par les braconniers pour sa queue

Un vidéaste du National Geographic a récemment dénoncé les menaces planant sur les girafes de Kordofan, une sous-espèce de girafe chassée par les braconniers pour sa queue.

Il existe en Afrique et notamment en République démocratique du Congo, une pratique culturelle qui consiste à offrir au père de la future mariée une queue de girafe pour lui demander la main de sa fille.

Cette tradition, malheureusement bien ancrée dans les moeurs, alimente le marché noir et la disparition progressive d’une des plus rares sous-espèces de ce genre, à savoir la girafe de Kordofan (Giraffa camelopardalis antiquorum).

Cette tendance préoccupante a récemment été pointée du doigt par David Hamlin, vidéaste pour le National Geographic. Dans un récent documentaire, il explique avoir survolé en juin le parc national de Garamba et capturé au cours de cette exploration des images de quelques girafes de Kordofan.

Girafes de Kordofan

Girafes de Kordofan (Source : National Geographic).

Ce genre d’observation est extrêmement rare et pour cause, cette population du Congo ne compte que 40 individus. « Voir ces girafes depuis les airs était vraiment enthousiasmant », confie Hamlin. « Les voir n’importe où est réellement enthousiasmant ». Malheureusement, peu de temps après, un garde du parc a entendu une série de coups de feu.

Le lendemain matin, quelque douze heures plus tard, les agents de la faune ont retrouvé trois girafes mortes, le corps criblé de balles et l’extrémité de la queue manquante. Le réalisateur s’est rendu sur les lieux et témoigne : « C’était horrible pour moi comme pour l’équipe », et de réaliser que « c’était probablement ces spécimens, ceux qu’on avait vus ».

« En raison de leur taille et de leur allure gracile, les girafes prennent un aspect particulièrement grotesque lorsqu’elles gisent, crispées sur le sol », poursuit-il. Le traumatisme de l’expérience l’a poussé à documenter la suite de la tragédie et la situation à laquelle fait face le parc national de Garamba qui s’étend sur 5.000 kilomètres carrés.

David Hamlin a rencontré plusieurs acteurs luttant à tous les niveaux contre le braconnage. Parmi eux : Leon Lamprecht, directeur des opérations au sein de l’association African Parks. Ce dernier est particulièrement sensible à la problématique. Selon lui, le problème vient directement de la demande.

Les queues de girafe se vendent en effet très facilement comme cadeau de mariage ou pour en faire des objets comme des bracelets porte-bonheur ou des chasses-mouches. Un succès qui pèse sur les girafes de Kordofan, déjà considérées comme en danger d’extinction par l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Selon les estimations, il resterait moins de 3.000 individus dans la nature.

En terme d’ancienneté, Garamba est le deuxième parc national d’Afrique. Mais depuis quelques années, cette réserve est durement touchée par le braconnage. Les girafes ne sont d’ailleurs pas les seules en danger. Les populations de rhinocéros et d’éléphants sont elles aussi gravement touchées.

Source : Maxisciences

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s