Le blanchissement d’un corail filmé pour la première fois

Des scientifiques ont pu filmer le blanchissement d’un corail vivant dans une eau à température élevée.

35 % des coraux présents dans la Grande Barrière seraient morts ou à l’agonie. En cause, le blanchissement de ces derniers causés par le réchauffement climatique. Afin de montrer les conséquences de la hausse des températures dans les océans du globe, des chercheurs de l’Université de technologie du Queensland (Australie) ont placé un corail de l’espèce Helofungia actiniformis dans un aquarium d’une contenance de 10 litres.

Pendant 12 heures, ils ont fait passer la température de l’eau de 26°C à 32°C. Par la suite, les scientifiques ont maintenu le bassin à cette dernière température pendant 8 jours. Ils ont également procédé à un time-lapse c’est-à-dire à une vidéo (consultable ci-dessous) constituée d’une série de photographies prises à intervalle de temps régulier pendant une longue période. Dans ce cas, des images de l’évolution du corail ont été collectées toutes les trois secondes pendant huit jours.

Blanchissement corail

Au-dessus de Helofungia actiniformis se trouve un « nuage » constitué des algues symbiotiques qu’elle a expulsé (Source : Quennsland University of Technology).

Lors des deux premières heures passées dans un aquarium où la température est élevée, le corail va débuter l’expulsion des algues symbiotiques. L’événement se produit à chaque « pulsation ». La algues présentes dans les coraux sont capables de produire la photosynthèse. Les produits de ce mécanisme s’avèrent être des nutriments indispensables à la survie de leur hôte. L’algue expulsée dans ce cas est Symbodinium.

En perdant cette organisme unicellulaire, Helofungia actiniformis ne survie pas plus de huit jours. Elle peut même succomber au bout de deux. La dégradation des tissus du corail causée par l’insuffisance en apports nutritifs est visible grâce au blanchissement de l’animal. Cette étude, dont les résultats ont été publiés le 5 août 2016 dans la revue spécialisée Coral Reef, permet encore une fois de démontrer l’effet néfaste de la hausse des températures océaniques sur les organismes marins.

Source : Sciences & Avenir

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin/Biodiversité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s