Les poissons rouges se transforment en terreurs des rivières

Les poissons rouges relâchés par des particuliers dans les rivières peuvent atteindre 40 cm ! Ils sont considérés comme l’une des pires espèces aquatiques invasives.

Inoffensif le joli poisson rouge (Carassius auratus), paisible roi des aquariums ? Plus du tout lorsqu’il est relâché dans les rivières par des personnes désireuses de s’en débarrasser : malgré son aspect débonnaire, le poisson rouge est en réalité l’une des pires espèces aquatiques invasives.

Une fois introduit dans un cours d’eau, il détruit l’écosystème en remuant les sédiments, en déracinant des plantes aquatiques, mais également en mangeant les œufs des autres poissons. De plus, il est souvent vecteur de maladies ou de parasites qui peuvent être fatals aux autres espèces aquatiques.

Poissons rouges Australie

Dans la Vesse River (Australie), les poissons rouges peuvent mesurer jusqu’à 40 cm et peser 2 kilos.

Sa présence est particulièrement problématique dans la Vesse River, un cours d’eau situé au sud-ouest de l’Australie. En effet, les poissons rouges introduits depuis environ 20 ans dans cette rivière sont capables d’atteindre des dimensions impressionnantes : ils peuvent mesurer jusqu’à 40 centimètres et peser 2 kilos ! Mais tous les poissons rouges ne deviennent pas aussi gigantesques. La population de Vesse River a le taux de croissance le plus rapide jamais découvert pour cette espèce.

Selon les chercheurs, ces animaux bénéficient d’un apport important en nutriments grâce à l’activité agricole dans cette zone. De plus, les températures élevées (supérieures à 30° C) dans cette région en été et en automne favorisent aussi la croissance rapide des poissons. Bien qu’un programme de contrôle ait été mis en place dès 2003, le nombre de poissons rouges dans cette rivière n’a toujours pas diminué.

Afin de trouver une solution à ce problème, des chercheurs de l’Université Murdoch (Australie) ont étudié le rythme de vie de cette population de poissons si particulière. Pour cela, ils ont utilisé l’acoustique passive, c’est-à-dire l’étude des bruits produits par les mouvements des poissons, captés grâce à un réseau d’hydrophones. D’après les résultats de cette étude, publiés le 12 août 2016 dans la revue Ecology of Freshwater Fish et reposant sur les mouvements de 15 spécimens, une fois relâchés, les poissons rouges adoptent des mouvements saisonniers. En période de reproduction, ils migrent vers des eaux plus calmes.

Les chercheurs ont également pu découvrir que ces animaux sont capables de parcourir de grandes distances. L’un des poissons a nagé 230 kilomètres en un an. Cela signifie qu’ils sont capables de coloniser d’autres milieux. Selon les chercheurs, le meilleur moyen pour contrôler cette espèce serait donc de limiter l’accès aux zones de reproduction et de manière plus globale, de les empêcher de se déplacer.

Source : Sciences & Avenir

Une réflexion au sujet de « Les poissons rouges se transforment en terreurs des rivières »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s