Nouveau lancement réussi pour Ariane 5

Avec le lancement de deux nouveaux satellites de télécommunication, le lanceur européen signe son 73ème succès d’affilée depuis 2003.

Le lanceur européen Ariane 5 a réussi mercredi sa quatrième mission de l’année, la 73ème consécutive, avec la mise sur orbite de deux satellites de télécommunications du groupe Intelsat. La fusée a décollé à 19h16 heure locale (22h16 GMT), du centre spatial de Kourou en Guyane française, a précisé Arianespace dans un communiqué.

Le satellite Intelsat 33e fournira pendant 15 ans pour l’Europe, le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Asie-Pacifique des services en haut-débit pour des opérateurs de télécommunications, des entreprises, de l’aéronautique et divers médias. Intelsat 36, lui, proposera pendant 15 ans également des services de communications pour l’opérateur sud-africain Multichoice, principale plate-forme de radiodiffusion directe par satellite en Afrique du Sud.

Ariane 5 24/08/2016

Ariane 5 décolle pour mettre sur orbite deux satellites de télécommunication mercredi 24 août 2016 (Source : AFP).

La mission de mercredi était la première depuis l’entrée en opération d’Airbus Safran Launchers (ASL), la coentreprise à 50-50 d’Airbus Group et Safran en charge, entre autres, de la finalisation d’Ariane 6 dont la création a été validée le mois dernier par la Commission européenne. L’Europe a décidé dès décembre 2014 de se doter de ce nouveau lanceur, beaucoup moins cher que l’actuelle Ariane 5, pour tenter de résister à la concurrence internationale exacerbée par l’arrivée des lanceurs privés comme la fusée Falcon de SpaceX et aussi par les fusées Soyouz qui mettent également en orbitent de nombreux satellites.

La future Ariane 6 devrait-être capable de mettre en orbite des satellites avec un coût de seulement 30% du tarif actuel pratiqué pour un vol d’Ariane 5 (plus de 100 millions d’euros par lancement). Elle sera déclinée en deux versions une légère permettant de ne lancer qu’un seul satellite à la fois et une lourde deux fois plus puissante. L’Europe mise beaucoup sur ce nouveau lanceur dont le programme doit être confirmé le 13 septembre prochain lors de la prochaine réunion du conseil de l’Agence Spatiale Européenne (ESA).

Le premier vol d’Ariane 6 devrait avoir lieu en 2020 et permettra certainement d’améliorer l’offre de lancement proposée, avec une nette diminution des coûts. Mais cela risque d’être insuffisant car une petite révolution se prépare : l’arrivée des lanceurs réutilisables. Space X a déjà réussi a faire reposer une fusée sur Terre et aussi sur une barge en mer, tandis qu’une autre firme, Blue Origin a démontré qu’il était possible de faire redécoller une fusée déjà utilisée pour un lancement précédent (et de parvenir à la poser de nouveau).

D’ici quelques années une fois que les opérations de récupération et de reconditionnement des fusées auront été validées et pourront être effectuées à un rythme soutenu, le prix d’un lancement devrait encore radicalement chuter. Pour faire face à ce nouveau défi, Johann-Dietrich Woerner, le Directeur général de l’ESA, a annoncé en janvier dernier que l’Europe étudiait également l’opportunité de construire un lanceur réutilisable. Le prochain rendez-vous au centre spatial guyanais est donné le 15 septembre. Le lanceur Vega effectuera une mission multiple et placera notamment sur orbite le satellite d’observation péruvien PerúSat 1 pour Airbus Defence & Space, division.

Source : Sciences & Avenir/AFP

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des sciences, l’exposition « Question d’espace« .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s