Après le passage de l’ouragan Matthew, Haïti en proie au choléra

Une semaine après avoir été frappée par l’ouragan Matthew, l’île d’Haïti est confrontée à une autre menace qui pourrait alourdir grandement le bilan des victimes : le choléra.

1.000 morts : c’est le nombre de victimes de l’ouragan Matthew sur Haïti, selon un bilan établi le 10 octobre 2016 par l’agence Reuters, à partir de données recueillies auprès de responsables locaux. L’ouragan, le plus violent des Caraïbes en près de 10 ans, a frappé le pays le plus pauvre des Amériques mardi 4 octobre 2016, avec des vents soufflant à 230 kilomètres par heure et des pluies torrentielles.

Selon l’Agence des nations unies pour la coordination des affaires humanitaires, 1,4 million de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire. Et une semaine après, la menace de l’ouragan a laissé place à une autre, potentiellement catastrophique pour les 10 millions d’habitants de l’île : le choléra, une maladie dont la période d’incubation est très courte et qui se propage via des eaux contaminées.

Depuis octobre 2010, une épidémie de choléra sévit sur l’île, dont le bilan d’élève à ce jour à près de 10.000 morts. Avec plus de 500 cas par semaine, le pays fait même face à la pire épidémie de l’histoire récente à l’échelle mondiale. La maladie, qui avait disparu depuis longtemps de l’île, a été malencontreusement réintroduite par des Casques bleus népalais de la Minustah, la mission locale de l’ONU censée stabiliser cette nation.

Vyvlone Matthew Haïti

Haïti est confronté à une nouvelle crise humanitaire provoquée par le dévastateur ouragan Matthew (Source : AFP).

Depuis le passage de l’ouragan Matthew, un premier décès lié au choléra a été enregistré à l’hôpital de Port-Salut, ville dévastée. « Neuf autres patients y sont actuellement soignés pour cette maladie », précise l’AFP. « Le choléra fait courir un danger mortel à la ville et ses environs, assure à l’AFP le docteur Stevenson Desravines, directeur de l’hôpital de Port-Salut.

« Depuis l’ouragan Matthew, nous recevons une centaine de patients chaque jour, dont 85% présentent des blessures provoquées par la tempête (ndlr : causées par des chutes d’arbres ou de toits), explique-t-il, tout en déplorant ne pas disposer des ressources matérielles et humaines nécessaires pour faire face à la crise. « Nous attendons des renforts de personnel et davantage de matériel, dont des poches à perfusion, des médicaments et des produits de désinfection », ajoute-t-il.

Malheureusement pour les Haïtiens, le sort semble s’acharner sur eux : l’ouragan a détruit sur son passage l’activité agricole du massif de La Selle, véritable « grenier » de l’île, ce qui risque d’entraîner la rareté des denrées alimentaires et une forte augmentation de leurs prix sur les marchés, dans un pays où 80 % des familles vivent déjà sous le seuil de la pauvreté. Au risque de choléra s’ajoute donc aussi celui de la famine…

Le choléra est une infection intestinale provoquée par la consommation d’aliments ou d’eau contaminés par deux types de bactéries de l’espèce Vibrio cholerae (O1 et O139). Une fois dans l’intestin, le vibrion cholérique sécrète une toxine qui s’attaque à la paroi de l’intestin grêle sans la détruire. La période d’incubation est rapide, entre quelques heures et quelques jours. Le choléra se manifeste alors brutalement par de violentes diarrhées, des vomissements et des crampes musculaires. À noter que la maladie ne provoque pas de fièvre. Elle se caractérise surtout par une déshydratation extrême ; l’organisme peut ainsi perdre jusqu’à 15 litres d’eau en une seule journée. Sans prise en charge, l’infection peut être fatale en quelques heures.

Source : Sciences & Avenir/AFP

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Risques majeurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s