Fort tremblement de terre dans le nord-est du Japon, alerte au tsunami

L’épicentre du séisme, qui a été ressenti jusqu’à Tokyo, était situé au large de Fukushima, à une dizaine de kilomètres de profondeur.

Un fort séisme s’est produit mardi matin 22 novembre dans le nord-est du Japon, au large de Fukushima. La secousse entraîne un risque de tsunami avec des vagues pouvant aller jusqu’à trois mètres de hauteur par endroits, selon l’Agence météorologique nationale.

La secousse de magnitude 7,3 selon l’agence nippone (6,9 selon l’institut géologique américain USGS) s’est produite à 05 h 59 locale à une profondeur de 10 km, avec une prédiction de raz-de-marée allant de quelques dizaines de centimètres à trois mètres, a précisé l’agence.

Un premier petit tsunami a été mesuré en plusieurs endroits, mais il existe un risque de deuxième vague plus élevée, a-t-elle averti. Aucune information sur des dégâts majeurs ou blessés n’avait été rapportée dans l’immédiat, hormis un début d’incendie dans une raffinerie, selon la NHK.

Séisme Japon 21/11/2016

Le tremblement de terre a été vivement ressenti dans un large périmètre de l’île principale de Honshu, où se trouve Tokyo, réveillant des millions d’habitants de la région qui avait déjà été dévastée par un énorme tsunami en mars 2011.

Les opérateurs des centrales nucléaires ont déclaré observer les données dans leurs installations, dont les centrales Fukushima Daiichi, accidentée en mars 2011, et Fukushima Daini. Ils ont fait savoir, selon la chaîne publique NHK, qu’aucune anomalie nouvelle n’avait pour l’heure été relevée. Toutes les centrales de la région sont arrêtées.

La NHK a immédiatement interrompu ses programmes pour relayer les informations des autorités. « Un tsunami arrive, fuyez, prévenez vos voisins, la montée d’eau peut toucher une large zone côtière », déclarait un commentateur de la chaîne publique, qui a une mission d’intérêt général, à l’adresse des habitants des zones touchées.

L’alerte au tsunami concerne la côte de la préfecture de Fukushima, tandis qu’un avis avec un risque plus faible vise plusieurs autres régions le long de la côte nord-est, du nord (Hokkaido) à la côte de Tokyo et sa banlieue au sud.

Une cellule de crise a été ouverte par le gouvernement pour recueillir des informations et donner des instructions aux secours, aux localités et à leurs habitants.

Les Japonais sont encore plus sensibles aux risques depuis le tsunami de mars 2011, consécutif à un séisme de magnitude 9. Celui-ci avait tué quelque 18 500 personnes et provoqué une catastrophe à la centrale nucléaire Fukushima Daiichi, où les cœurs de trois réacteurs (sur six au total) étaient entrés en fusion, provoquant le déplacement de dizaines de milliers de personnes. Le site est extrêmement fragilisé et un nouveau tsunami est le danger le plus redouté.

L’archipel nippon a connu en avril deux forts tremblements de terre dans la région de Kumamoto (sud-ouest), suivi de plus de 1 700 répliques, qui avaient fait une cinquantaine de morts et causé d’importants dommages.

Source : Le Monde/AFP

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « La machine Terre » et « Quand la terre tremble…« , ainsi que la page Risques majeurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s