Enfin une méthode pour produire de la soie d’araignée à l’infini ?

Souple, légère, biodégradable, biocompatible et d’une résistance supérieure à celle de l’acier : une équipe internationale de chercheurs affirme avoir trouvé une méthode pour produire artificiellement et « sans fin » la soie d’araignée.

Résultat d’une longue évolution, la soie produite par les glandes de l’araignée est une fibre trente fois plus fine qu’un cheveu et qui, à diamètre égal, est plus solide que l’acier et plus résistante que le kevlar. Elle est également bon marché, biodégradable et compatible avec des usages médicaux, car elle ne provoque pas de réaction de rejet. Des fibres de ce type pourraient être utilisées en médecine régénératrice, mais aussi dans l’industrie textile pour la fabrication de gilets pare-balles, des tissus plus résistants et plus légers ou encore des vêtements de sport nouvelle génération.

Mais l’élevage d’araignées est compliqué, notamment parce qu’elles ont une fâcheuse tendance à se dévorer entre elles. De plus, leur production est très faible. Pour fabriquer son fil, l’animal sécrète une solution protéique qu’il envoie dans un canal étroit. Le long de ce conduit, l’acidité varie et la pression augmente, ce qui provoque la liaison des protéines et fabrique la fameuse soie.

Toile araignée

« Nous avons conçu une protéine de soie à partir de plusieurs espèces d’araignées », explique Jan Johansson de l’université suédoise des sciences agricoles à Uppsala et coauteur d’une étude publiée lundi 9 janvier 2017 dans Nature Chemical Biology. Selon l’étude, cette protéine de soie artificielle peut être produite en grandes quantités. Pour simuler le « canal » de l’araignée, les chercheurs ont conçu « un nouvel appareil de filature qui imite les changements de pH que l’araignée utilise pour fabriquer les fibres de soie », ajoute le chercheur.

Le dispositif mis au point par les chercheurs consiste à injecter une solution très concentrée en protéine de soie d’araignée à travers des capillaires de verre très fins (10 à 30 micromètres) juste au dessus d’un bain aqueux au pH très bas dans lequel se produit la solidification. Le fil (matérialisé par une flèche blanche sur le schéma) peut ensuite être collecté.

Source : Sciences & Avenir/AFP

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s