Villes du futur : bientôt une cité flottante dans un lagon polynésien ?

En Polynésie française, un projet visionnaire d’île artificielle flottante, pouvant accueillir des entreprises et une communauté très branchée, pourrait voir le jour en 2020. Ce ne serait rien de moins, expliquent ses créateurs richissimes venus de la Silicon Valley, qu’un prototype de cités océaniques qui abriteront un jour de fructueuses activités économiques. Il est prévu qu’elles montent en même temps que le niveau de la mer.

L’institut Seasteading, une ONG venue des États-Unis, a semble-t-il convaincu Édouard Fritch, président de la Polynésie française, une communauté territoriale jouissant d’une autonomie importante vis-à-vis de la Métropole. Un protocole d’accord est en effet promis pour la construction d’une véritable cité flottante qui accueillerait une population aisée et entreprenante, susceptible d’enrichir la vie économique de ce vaste territoire océanique (voir La Dépêche de Tahiti). Mieux, parce que la réalisation est annoncée comme « durable », elle ferait du bien au lagon, réduisant la pollution et repoussant le blanchiment du corail par une action rafraîchissante sur l’eau.

Pour le calendrier, l’objectif est 2020. Il faudra auparavant que le gouvernement de Polynésie crée un cadre législatif pour cette réalisation, qui n’est pas un hôtel, mais l’accueil d’une nouvelle communauté, ce qui sera discuté en 2017. Le lieu, lui, n’est pas déterminé. Trois sites sont envisagés : la baie de Phaëton, à Tahiti, entre l’île et la presqu’île, près de Taravao, côté sud-ouest ; Raiatea, à 210 km, au nord-ouest de Tahiti et proche de Bora-Bora ; Tupai, un atoll en forme de cœur, très près de Bora-Bora et connu des touristes fortunés.

Ile flottante Polynésie

Un dessin réalisé à Tahiti lors de la première discussion. On remarque les cellules solaires sur le toit du bâtiment en forme de fleurs et quelques constructions légères qui peuvent rappeler les farés traditionnels polynésiens, ainsi que les bateaux qui, eux, sont de facture moderne… (Source : Institut Seasteading)

Il ne s’agirait pas de tourisme, du moins pas seulement, mais d’offrir un environnement paradisiaque à des entreprises modernes, branchées et innovantes, qui trouveraient là un cadre idéal pour inventer le monde de demain. Car les porteurs du projet voient loin. Cette île artificielle ne serait que le prototype d’archipels flottant dans l’océan, voire dans des eaux extraterritoriales pour échapper aux lois nationales.

Derrière l’institut Seasteading se trouvent en effet des entrepreneurs de la Silicon Valley, très opposés aux règlementations et aux nations, et adeptes du courant libertarien, qui veut alléger l’influence des États tout en s’alignant sur les lois du marché économique. Parmi eux figure d’ailleurs Peter Thiel, un des fondateurs de PayPal, et prosélyte de cette idéologie, comme il l’expliquait en 2015 dans un entretien avec Le Monde. Un livre à paraître en mars prochain, Seasteading : How Ocean Cities Will Change the World, soit Comment les cités océaniques changeront le monde, exposera les arguments en faveur de cette vie en dehors des continents. L’idée de communautés indépendantes vivant au milieu de l’océan n’est d’ailleurs pas nouvelle, mais semble revenir en ces temps troublés.

Ile flottante Polynésie

Les polluants déversés en mer, devenus nutriments (nutrients), sont récupérés par la ville flottante et recyclés en biocarburant. Des cultures d’algues et de poissons ou de crustacés nourrissent les habitants. (Source : Institut Seasteading)

En attendant de couper le cordon ombilical avec les États-nations, l’institut veut apprendre à vivre sur la mer et étudie sérieusement le fonctionnement d’une cité flottante, un peu à l’image du projet Ocean Spiral, de l’entreprise de BTP japonaise Shimizu, et des visions de l’architecte Vincent Callebaut, dont nous avons présenté les études et les réalisations, voire de celles de Jacques Rougerie qui, lui aussi, aimerait vivre sur ou sous la mer. Dans une vidéo (en anglais), Randolph Hencken, directeur de Seasteading, présente l’avancement du travail. Il y explique que l’étude a abouti à une structure modulaire, formée de pentagones de 50 m de côté, à 15 millions de dollars pièce, soit 14,2 millions d’euros, abritant de 20 à 30 personnes. Ce tarif aboutirait à un prix de vente de 500 dollars par pied carré, soit environ 5.100 euros le mètre carré, du niveau du tarif de l’immobilier à Paris.

Côté technologie, l’institut explique en être aux études, avec le souci numéro un de respecter les eaux des alentours et même d’en améliorer la qualité quand c’est possible. Randolph Hencken pense réalisable, par exemple, la récupération de nutriments venus de l’activité agricole et déversés par les cours d’eau pour les transformer en biocarburant. Dans une démonstration qui reste à préciser, il explique que l’occultation des rayons lumineux par ces vastes structures flottantes réduirait l’échauffement de l’eau d’un lagon, ce qui aurait pour effet de diminuer le blanchiment du corail des récifs, essentiellement dû à l’élévation de la température de l’eau. Par ailleurs, et c’est le premier argument avancé par l’institut, installer un maximum d’humains sur des radeaux flottants est la meilleure façon de s’accommoder de la montée du niveau de la mer. Restera à avoir les moyens de monter à bord.

Source : Futura-Sciences

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s