Un « anneau de feu » au-dessus d’une partie de l’Amérique et de l’Afrique

Une partie de l’Amérique du Sud, de l’Afrique centrale et australe et quelques navigateurs chanceux de l’Atlantique savoureront, dimanche, une éclipse annulaire de Soleil: un « anneau de feu » encerclera le disque noir de la Lune.

Le spectacle le plus impressionnant sera réservé aux habitants et touristes d’une petite bande d’environ 100 kilomètres de large, traversant le Chili, l’Argentine, l’Angola, la Zambie et la République démocratique du Congo (RDC).

Une éclipse annulaire se produit lorsque la Lune passe devant le soleil mais est trop loin de la Terre pour le masquer intégralement. Petit à petit, l’astre de nuit grignote son collègue du jour, jusqu’à se retrouver pile devant lui laissant « un anneau de lumière parfait, beau et symétrique », explique à l’AFP Terry Moseley de l’Association astronomique irlandaise (IAA) qui rappelle qu’il ne faut pas regarder ce spectacle sans lunettes spéciales.

La Lune mettra environ deux heures à traverser le soleil mais l’éclipse annulaire ne sera visible qu’environ une minute. Le spectacle débutera en plein cœur de l’océan Pacifique au levée du soleil et touchera le continent américain par la ville chilienne de Coyhaique à 12h21 GMT.

Eclipse 10/05/13

Eclipse annulaire en Australie le 10 Mai 2013 (Source : NASA)

Lire la suite

Publicités

Et si le CO2 devenait une source d’énergie

Pour limiter les effets sur le climat du dioxyde de carbone (CO2), on peut travailler à réduire son émission dans l’atmosphère. On peut également chercher un usage à ce gaz à effet de serre réputé indésirable. Et pourquoi ne pas en tirer de l’énergie ? C’est l’idée de scientifiques britanniques, qui veulent faire travailler des bactéries.

Les records de concentration en dioxyde de carbone (CO2) dans notre atmosphère ne cessent de tomber, à tel point que le point de non-retour semble atteint. Mais les scientifiques ne sont pas du genre à baisser les bras. En attendant que de vraies mesures de limitation des émissions de CO2 soient adoptées et respectées, ils réfléchissent à des solutions alternatives. Comme cette équipe de l’université du Kent (Royaume-Uni) qui cherche à comprendre comment convertir efficacement le CO2 en méthane utilisable pour produire de l’énergie.

Des organismes dits à métabolisme méthanogène pourraient s’en charger. Des bactéries produisent en effet du méthane (CH4) à partir de CO2. Ces organismes seraient même responsables du tiers du méthane rejeté dans notre atmosphère. Mais leur culture — et, de fait, l’industrialisation du procédé — reste compliquée.

Geyser

Les organismes méthanogènes sont des organismes anaérobies stricts qui meurent en présence de dioxygène. On les trouve, entre autres, dans des milieux extrêmes tels que des déserts, dans des glaces ou, comme ici, dans des geysers.

Lire la suite

1 naissance prématurée sur 5 est liée à la pollution

La pollution aux particules fines causerait 18% des naissances prématurées dans le monde, révèle une large étude internationale.

2,7 millions de bébés, soit 18% du nombre total des naissances, sont nés prématurément (avant la 37ème semaine d’aménorrhée) en 2010, du fait d’une exposition aux particules fines. C’est le constat réalisé par une vaste étude de l’Université de York au Royaume-Uni menée dans 183 pays et publiée dans Environmental Journal.

Dans ces 183 pays, 14,9 millions de bébés sont nés prématurément en 2010. Ce qui représente environ 5 % des naissances totales dans les pays européens, mais jusqu’à 18 % dans certaines nations d’Asie du Sud et d’Afrique. « Avec des coûts humains et économiques colossaux », précisent les chercheurs britanniques dans un communiqué. De nombreux facteurs de risque sont liés à la prématurité : âge de la mère (inférieur à 18 ans ou supérieur à 35 ans), conditions socio-économiques pénibles, consommation de tabac et de drogues…

« Des recherches récentes ont suggéré que l’exposition à la pollution de l’air pourrait aussi être un facteur de risque », expliquent les auteurs de ces travaux. Ces derniers ont quantifié pour la première fois l’impact global de la pollution sur les naissances prématurées, en combinant des données sur les niveaux de pollution de l’air et nos connaissances actuelles sur la manière dont l’exposition à différents niveaux de particules fines est associée à la prématurité.

Naissances pématurées dans le Monde

Pourcentage de naissances prématurées associées aux concentrations de particules fines PM 2,5 en 2010 (Source : C. S. Malley/Environment International)

Lire la suite

La NASA annonce la découverte inédite de 7 exoplanètes de la taille de la Terre

L’agence spatiale américaine a annoncé la découverte de sept exoplanètes, d’une taille comparable à celle de la Terre. Elles gravitent autour d’une étoile de notre galaxie située à 40 années-lumière de notre système solaire.

Elles ont été repérées autour d’une étoile située dans notre galaxie, à l’aide de plusieurs télescopes. La NASA a annoncé ce mercredi avoir découvert sept exoplanètes d’une taille comparable à celle de la Terre et sont proches les unes des autres.

Leur rayon est plus ou moins 15% celui de la Terre, comme l’a révélé l’agence spatiale américaine lors d’une conférence de presse pour présenter la dernière de ses dernières trouvailles dans le domaine des exoplanètes (des planètes qui se trouvent à l’extérieur de notre système solaire).

« Vingt ans après les premières exoplanètes, il s’agit sans nul doute d’une des plus grandes découvertes dans le domaine des planètes extrasolaires », estime Didier Queloz, de l’Université de Genève, coauteur de l’étude. « La recherche du vivant sur une autre planète est aujourd’hui à portée de main », ajoute-t-il.

Système Trappist-1

Les exoplanètes découvertes par la NASA (Source : NASA).

Lire la suite

2 personnes tuées par la dengue en Nouvelle-Calédonie

L’épidémie de dengue est déclarée en Nouvelle-Calédonie depuis début janvier 2017. Les autorités redoutent une crise majeure provoquée par ce virus diffusé par le moustique Aedes aegypti.

C’est l’inquiétude en Nouvelle-Calédonie. L’archipel est frappé par une épidémie de dengue. Celle-ci s’est déclarée début janvier 2017 et à fait deux morts. Le premier décès est survenu le 10 février, un second 6 jours plus tard. Il s’agissait dans les deux cas de jeunes femmes sans antécédents médicaux. Elles n’avaient pas voyagé au cours des trois semaines précédentes et ont succombé en quelques jours au virus. 615 cas de dengue ont été déclarés depuis le 1er janvier en Nouvelle-Calédonie dont 344 à Nouméa où quasiment tous les quartiers sont touchés.

La ville de Nouméa est confrontée à la résistance croissante des moustiques aux insecticides chimiques. « La deltaméthrine ne tue qu’un moustique adulte sur deux. Dès le feu vert de la DASS, qui est imminent, nous allons faire des épandages de larvicide biologique », explique à l’AFP Tristan Derycke, médecin et adjoint au maire de Nouméa, en charge des risques sanitaires.

Nouméa

A Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, tout est mis en oeuvre pour stopper l’épidémie de dengue qui s’est déclarée en janvier 2017 (Source : SIPA).

Lire la suite

Ils veulent ressusciter un mammouth d’ici 2 ans

Des biologistes américains veulent créer un hybride éléphant d’Asie-mammouth laineux en utilisant l’inépuisable technique d’édition génétique Crispr/Cas9. L’animal aurait quelques gènes caractéristiques de ce pachyderme disparu, déjà repérés dans l’ADN. Le but : mieux préserver l’éléphant d’Asie… et peupler la toundra de ces « mammouphants » pour combattre le réchauffement climatique. Un projet de « dé-extinction » vraiment compliqué et éthiquement contestable.

Depuis 2015, une équipe de l’université de Harvard, aux États-Unis, travaille sur le projet Woolly Mammoth Revival, quelque chose comme la relance du mammouth laineux. Leur idée diffère donc de celle du clonage, qui avait germé il y a plusieurs années pour faire croître dans le ventre d’une éléphante un embryon dont l’ADN serait d’un mammouth en bon état extrait du sol gelé de la Sibérie. Techniquement hasardeux, ce projet reste dans les limbes.

Les biologistes américains, qui travaillent aussi sur d’autres espèces disparues ou en danger, veulent faire plus simple : créer un hybride, qui serait en fait un éléphant d’Asie portant quelques gènes provenant d’un mammouth laineux. Les derniers progrès de la génétique, en particulier « l’édition » Crispr/Cas9 et le meilleur contrôle des cellules souches, permettent aujourd’hui d’imaginer un tel projet. C’est d’ailleurs ainsi qu’il a démarré, quand, en 2015, l’équipe de Vincent Lynch est parvenue à séquencer le génome de mammouths laineux et à y repérer des gènes responsables de l’adaptation au froid, comme les poils longs.

Mammouth laineux

Le Mammouth laineux a disparu depuis plusieurs milliers d’années.

Lire la suite

Des bactéries âgées de 10 000 à 60 000 ans découvertes dans une grotte mexicaine

Des scientifiques de la NASA ont découvert des micro-organismes vivants en état latent piégés à d’intérieur de cristaux pendant 60 000 ans dans des grottes de l’Etat du Chihuahua au Mexique.

La grotte de Naïca, située dans l’Etat du Chihuahua au Mexique, est réputée pour ses cristaux géants. Elle intéresse aussi beaucoup de scientifiques. Parmi eux, une équipe de la NASA qui vient de découvrir d’étranges microbes anciens ayant apparemment évolué pour survivre en se nourrissant de sulfite, de manganèse ou d’oxyde de cuivre, selon les explications de Penelope Boston, la responsable de l’Institut d’Astrobiologie de la NASA dans une présentation effectuée ce week-end à la conférence de l’American association pour l’avancement de la science (AAAS) à Boston.

Une découverte qui suscite l’espoir de découvrir des organismes capables de survivre dans des environnements extrêmes sur d’autres planètes, selon ces scientifiques. Cette chercheuse a précisé qu’il y avait une centaine de différents micro-organismes pour la plupart des bactéries qui sont restées piégées dans ces cristaux pendant des périodes allant de 10 000 à 60 000 ans. Parmi ces espèces, 90% n’avaient jamais été vues avant sur la Terre.

Grotte de Naïca

La grotte de Naïca au Mexique.

Lire la suite