2015 BN509, cet astéroïde qui pourrait un jour menacer la Terre

Le 7 février dernier, les scientifiques ont utilisé le radiotélescope d’Arecibo pour observer le proche passage d’un astéroïde très particulier. Nommé 2015 BN509, il est classé parmi les astéroïdes potentiellement dangereux pour la Terre.

Des astéroïdes rendent régulièrement visite à la Terre. Rien qu’au mois de janvier dernier, les scientifiques en ont découvert deux nouveaux, 2017 AG13 et 2017 BX alors qu’ils passaient à proximité de notre planète, à une distance totalement sûre. Le 7 février, c’est toutefois un astéroïde très particulier qui nous a rendu visite : 2015 BN509.

Ce corps a été observé pour la première fois en 2005 mais il n’a été officiellement répertorié que dix ans plus tard comme son nom l’indique. Depuis, les scientifiques l’ont étudié à plusieurs reprises et pour cause, 2015 BN509 est classé par le Minor Planet Center dans la liste des astéroïdes potentiellement dangereux pour la Terre.

D’après les estimations, 2015 BN509 afficherait un diamètre d’environ 200 mètres pour une longueur de quelque 400 mètres. Soit à peu près la hauteur de l’Empire State Building de New York aux États-Unis. Mais il n’y a pas que sa taille qui lui vaut sa classification d’astéroïde potentiellement dangereux.

Astéroïde 2015 BN509

L’astéroïde 2015 BN509 observé par le radiotélescope d’Arecibo le 7 février 2017 (Source : NASA).

Lire la suite

Publicités

Les supersolides : de la fiction à la réalité !

En 1969, des physiciens russes avaient prédit l’existence d’un état exotique baptisé « état supersolide » et dans lequel la matière se comporterait à la fois comme un solide cristallin et comme un fluide parfait. Aujourd’hui, deux équipes de chercheurs semblent avoir atteint ce graal.

Solide, liquide, gazeux : ce sont, nous enseigne-t-on à l’école, les trois états dans lesquels on peut trouver la matière. Toutefois, à des températures proches du zéro absolu, la physique classique est mise en difficulté. Il peut alors survenir des phénomènes étonnants. La théorie prédit ainsi que d’autres états de la matière peuvent émerger. Pour la première fois, une équipe de physiciens du Massachusetts Institute of Technology (MIT, aux États-Unis) et une autre équipe, de l’École polytechnique de Zurich (ETH, en Suisse), sont, de manière indépendante, parvenues à atteindre expérimentalement un état supersolide.

De quoi s’agit-il ? En 1969, deux physiciens russes, Alexander Andreev et Ilya Liftshitz, avaient prédit un état quantique de la matière qualifié de « supersolide ». Dans un solide, les atomes sont fortement liés les uns aux autres. De quoi donner au solide une forme et un volume définis. Dans un liquide, les liaisons sont plus faibles. Pour un liquide, pas de forme propre donc, mais un volume bien défini tout de même. Un supersolide correspond à un cristal (un solide donc) qui présente les propriétés d’un superfluide (un liquide parfait donc).

À plusieurs reprises depuis le début des années 2000, des équipes de chercheurs ont annoncé avoir obtenu cet état de la matière, mais les preuves manquaient encore. Pourquoi un tel engouement pour cet état ? Parce qu’il va nous permettre d’améliorer notre connaissance de la nature profonde de la matière. Toutefois, même si, cette fois, un supersolide semble effectivement avoir été créé, celui-ci reste confiné dans une chambre sous vide et dans un environnement ultra-froid.

Supersolide

Illustration d’un état supersolide dans lequel les propriétés d’un superfluide et celles d’un solide cristallin coexistent. (Source : ETH Zurich)

Lire la suite