Des baleines à bec de True ont été filmées pour la première fois

Des chercheurs ont réussi à filmer pour la première fois des baleines à bec de True, une espèce de mammifères marins particulièrement difficiles à observer.

Pour la première fois, des baleines très rares à apercevoir, appelées baleines à bec de True (Mesoplodon mirus), ont été filmées en train d’évoluer sous l’eau, a annoncé la revue PeerJournal dans un article paru le 7 mars 2017. Une vidéo sous-marine et des photos de ces cétacés encore mal connus ont été réalisées au large des Açores et des Canaries et devraient « contribuer à révéler les secrets de cette espèce », indiquent les auteurs. Parmi les documents, figurent notamment pour la première fois des photos d’un petit.

« Voir des baleines à bec en mer est un événement si rare que de nombreux chercheurs consacrant leur vie à l’étude des cétacés n’en on jamais vu », peut-on lire dans Peer Journal. Mesoplodon mirus est l’une des 22 espèces de baleines à bec qui reste largement invisible au regard des humains : elle passe 92 % de son temps « dans des eaux profondes, généralement loin des côtes ». En outre, elle n’est pas attirée par les bateaux et ne fait pas autant d’acrobaties au-dessus de l’eau que les dauphins.

Baleineau à bec de True

Un baleineau à bec de True et sa mère (Source : Peer Journal)

La baleine à bec de True peut passer jusqu’à deux heures à 3 000 mètres de profondeur pour se nourrir, avant de se reposer avec des plongeons plus brefs et moins profonds, ponctués de courts intervalles à la surface. Du fait de ce comportement et de leur vie en petits groupes, ces baleines sont difficiles à repérer et à identifier, et donc à étudier. Peu de données existent concernant leur nombre, leur répartition géographique et leur rythme de reproduction, des éléments pourtant essentiels pour assurer leur protection, rappelle Peer Journal.

Les baleines à bec de True évoluent dans l’Atlantique nord et dans l’hémisphère sud. L’étude, menée par une équipe internationale de chercheurs, porte sur des individus observés vivants ou échoués dans ces zones. Les baleines ont été aperçues en groupes de deux à quatre. Selon les biologistes, le nombre relativement important de ces cétacés observés dans les eaux profondes proches des côtes des Açores et dans une moindre mesure près des Canaries « suggère que ces archipels pourraient être des zones de recherche idéales » pour les étudier dans leur milieu naturel. Les scientifiques ont découvert par ailleurs, échouée sur une plage des Canaries, une baleine à bec de True avec un motif coloré qui n’avait jamais été observé jusqu’à présent.

Baleine à bec de True échouée

Baleine à bec de True échouée sur une plage des canaries (Source : Peer Journal).

Les baleines à bec de True sont menacées par les activités humaines au même titre que les autres espèces de cétacés. Elles sont troublées par les exercices navals, au cours desquels les puissants sonars utilisés engendrent des perturbations au point qu’elles s’échouent massivement sur les plages. On les retrouve parfois sur le rivage avec du plastique dans l’estomac, piégées dans du matériel de pêche ou encore blessées par l’hélice de bateaux.

Source : Sciences & Avenir/AFP

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin/Biodiversité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s