Le cadavre d’un marsouin du Pacifique retrouvé : l’extinction se rapproche encore

En mars 2017, le corps d’un jeune marsouin du Pacifique a été trouvé sur une plage mexicaine. Un coup dur pour cette espèce qui ne compte plus qu’une trentaine d’individus.

Le cadavre d’un jeune marsouin du Pacifique (Phocoena sinus), possédant encore le cordon ombilical, a été découvert mi-mars 2017 par la célèbre organisation de protection des écosystèmes marins, Sea Sheperd, au large de la côte Mexicaine. Des analyses vont être effectuées sur le corps afin de déterminer la cause de la mort.

Chaque fois que le cadavre d’un individu de cette espèce est découvert, c’est un pas de plus vers l’extinction de cet animal qui se trouve être le plus petit cétacé du monde. Une étude publiée en février 2017 avait révélé que seulement 30 Phocoena sinus sont encore en vie, d’où le risque d’une extinction complète de cette espèce d’ici 2022. Une précédente étude réalisée entre septembre et décembre 2015 avait dénombré au total 60 marsouins. Et ils étaient une centaine en 2014 et encore le double en 2012. Des chiffres qui révèlent l’extraordinaire rapidité du déclin de cette population, causé par une pêche aussi accidentelle qu’illégale.

Marsouin du Pacifique

Marsouin du Pacifique

Dans un ultime effort pour sauver les marsouins du Pacifique, des biologistes envisagent de capturer plusieurs spécimens pour les réintroduire ensuite dans une zone fermée du golfe où ils pourraient se reproduire. Certains défenseurs de l’environnement s’opposent toutefois à cette mesure, craignant que certains animaux ne succombent durant le transport. Cette opération, sans doute celle de la dernière chance, pourrait malgré tout avoir lieu en octobre 2017.

Les marsouin du Pacifique (Phocoena sinus) sont endémiques du golfe de Californie au Mexique. D’après la Convention on Migratory Species (CMS), ces petits cétacés, dont la taille ne dépasse pas 1,5 mètre, vivent dans les eaux peu profondes (rarement en dessous de 30 mètres de la surface de l’eau) où ils évoluent seuls ou en petits groupes (8 à 10 individus au maximum). Les zones dans lesquelles ils s’aventurent abritent des poissons, des crustacés mais aussi des calmars dont ils vont se nourrir.

Menace marsouin PacifiquePeu de choses sont connues sur l’espérance de vie de ces animaux (en 1996, un spécimen de 21 ans avait été découvert) ni sur leurs comportements de reproduction. Selon la CMS, chez ces cétacés, la gestation dure « probablement entre 10 et 11 mois ». Il se pourrait bien que, face à la menace qui pèse sur cette espèce, cette information ne soit jamais confirmée…

Source : Sciences & Avenir

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin/Biodiversité.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s