Découverte d’une incroyable propriété du verre en surface

Le verre est un matériau surprenant. Même les chercheurs n’en maîtrisent pas encore toutes les caractéristiques. Des scientifiques américains apportent la preuve qu’il peut se passer des choses incroyables à la surface d’un verre, sans que le cœur du matériau n’en soit affecté.

En refroidissant un liquide, il arrive, comme dans le cas du verre, que les molécules qui le constituent conservent un arrangement désordonné, mais que leur mouvement ralentisse à tel point que le liquide se comporte comme un solide. Un mécanisme surprenant étudié par des chercheurs de l’université de Pennsylvanie. Ils s’intéressent tout particulièrement aux phénomènes de surfaces et à la façon dont ceux-ci peuvent (ou non) affecter les propriétés du verre.

Pour mieux comprendre, imaginez du miel. Réfrigéré, celui-ci se comporte comme un solide. À l’exception d’une couche de surface de quelque 5 à 10 nanomètres d’épaisseur dans laquelle les molécules restent libres de leurs mouvements. Déposez un virus sur cette surface et les molécules de miel forment — en quelque centaines de secondes seulement alors que les molécules du cœur du miel mettraient des millions d’années à se déplacer ainsi — un ménisque pour l’englober.

Verre

Le verre est un matériau amorphe dont certaines propriétés restent mystérieuses.

Lire la suite

Publicités

Océans sur les lunes de Saturne et Jupiter : la NASA fera des annonces le 13 avril 2017

L’Agence spatiale américaine doit faire une communication sur la possible présence d’océans sur les lunes du système solaire demain, à 14h, heure de Guadeloupe.

Elle est passée maître dans l’art du suspens. La NASA fait une « annonce d’annonce » comme elle en a le secret : demain, jeudi 13 avril 2017, l’Agence spatiale américaine promet des révélations sur la possible présence d’océans sur les lunes du système solaire. Cette annonce est prévue à 14h, heure de Guadeloupe. Elle intervient à quelques semaine de la clôture des appels d’offre pour les missions New Frontiers de la NASA ; le budget de chacune de ces missions frôle le milliard de dollars (à comparer avec les missions Discovery, autour de 500 millions de dollars).

Au vu de la composition du panel d’intervenants d’ores et déjà annoncés par la NASA, on peut s’attendre à ce qu’il soit question des lunes glacées de Saturne (avec les derniers résultats de la sonde Cassini, juste avant son plongeon, qui durera des semaines, dans l’atmosphère de la géante gazeuse) et de celles de Jupiter. Les panaches de vapeur d’eau surprises par le télescope spatial Hubble au-dessus d’Europe, un satellite de Jupiter, incite à une comparaison avec de récentes données concernant les lunes de Saturne.

Europe

Europe, l’un des satellites de Jupiter (Source : NASA)

Lire la suite