Vers un taux de CO2 jamais vu depuis 200 millions d’années

Si nous brûlons toutes les réserves de combustibles fossiles jusqu’à la dernière goutte, le taux de CO2 dans l’atmosphère pourrait s’envoler jusqu’à 2.000 ppm en 2250 préviennent des chercheurs. Du jamais vu sur Terre depuis le Trias. L’ennui, c’est qu’aujourd’hui, le Soleil brille déjà plus qu’à cette période.

Dans son étude qui vient de paraître dans Nature Communications, une équipe de chercheurs de l’université de Southampton (Royaume-Uni) avertit que si rien n’est fait pour ralentir, ou mieux arrêter, notre consommation d’énergie fossile, qui, en 2015 encore, atteignait des niveaux records (36,3 milliards de tonnes), le taux de dioxyde de carbone (CO2) dans notre atmosphère dans 200 à 300 ans sera sans précédent depuis au moins le Trias ! Il pourrait aller jusqu’à 2.000 particules par million (ppm) en 2250.

Rappelons qu’à l’aube de la révolution industrielle, sa concentration n’était que de 280 ppm. Deux siècles et demi plus tard, il s’est envolé, dépassant à présent les 400 ppm, et cela même dans les régions les plus reculées du globe (cela ne s’était pas produit depuis 3,5 millions d’années). La conséquence de sa présence accrue dans l’atmosphère est un effet de serre bien connu à l’origine d’un réchauffement climatique à l’échelle globale. Avec une progression jusqu’à 400 ppm, nous avons ainsi déjà gagné près d’un degré en un siècle.

Emissions de CO2 Lire la suite

Publicités

GJ 1132b, cette exoplanète similaire à la Terre qui possède une atmosphère

Des astronomes ont réussi à détecter une atmosphère sur une exoplanète similaire à la Terre, GJ 1132b. Une découverte inédite qui pourrait représenter un pas significatif vers la recherche de vie en dehors de notre système solaire.

Deux ans après sa découverte, une exoplanète vient de révéler l’un de ses secrets et non des moindres : elle possède une atmosphère. Cette découverte vient d’être annoncée dans la revue Astronomical Journal et représente une révélation inédite pour les astronomes. Jusqu’ici, ils n’avaient encore jamais détecté d’atmosphère sur une planète similaire à la Terre.

L’exoplanète en question se nomme GJ 1132b et se trouve à 39 années-lumière de la Terre dans la constellation des Voiles. Grâce aux précédentes études, on savait déjà qu’elle orbite autour d’une étoile de faible masse dont elle fait le tour en 1,6 jour. On savait également qu’elle affiche un diamètre d’environ 1,4 fois celui de la Terre. Le reste de ces caractéristiques restait en revanche beaucoup plus mystérieux.

Afin d’en apprendre davantage, les astronomes ont utilisé le télescope ESO/MPG situé au Chili pour observer la planète sous sept longueurs d’onde différentes. Ceci leur a permis d’étudier la diminution de luminosité provoquée par le passage de la planète devant son étoile. Une technique régulièrement utilisée en astronomie appelée « méthode des transits ».

Gj 1132b

Vue d’artiste de l’exoplanète GJ 1132b

Lire la suite