Cartographie mondiale des déchets marins : 1333 espèces affectées

Où se concentrent les déchets marins sur la planète ? Quelles espèces et écosystèmes sont menacés ? Pour répondre à ces questions, des chercheurs de l’Alfred Wegener Institute ont compilé les études scientifiques sur le sujet pour les réunir en une base de données unique et dresser des cartes globales édifiantes.

“Au-dessus de nous flottaient des corps de toute provenance, entassés au milieu de ces herbes brunâtres, des troncs d’arbres arrachés aux Andes ou aux montagnes Rocheuses et flottés par l’Amazone ou le Mississippi, de nombreuses épaves, des restes de quilles ou de carènes, des bordages défoncés et tellement alourdis par les coquilles et les anatifes qu’ils ne pouvaient remonter à la surface de l’Océan.” Ces lignes, écrites par Jules Verne dans Vingt Mille lieux sous les mers, décrivent la mer des Sargasses visitée par le capitaine Nemo à bord du Nautilus.

Plus d’un siècle plus tard, l’auteur devrait ajouter à cet état des lieux des bidons en plastique, des filets de pêche, des microbilles et fibres de plastique, etc. La pollution des mers par les déchets humains — constitués en majeure partie par des plastiques — est aujourd’hui partout présente, comme le démontre les récentes études qui ont détectés des plastiques jusqu’en Arctique et Antarctique.

Carte mondiale déchets marins

Chaque point représente une publication scientifique sur la présence de déchets dus à l’homme. L’absence de point n’indique pas forcément que la zone est « propre » mais plutôt qu’elle n’ pas été étudiée. (Source : Alfred Wegener Institut/AWI Litterbase)

Mais il est difficile de se faire une idée globale de cette pollution, les études étant morcelées, souvent locales. Trois chercheurs de l’Institut Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine (AWI) à Bremerhaven (Allemagne) ont eu l’idée de compiler toutes les données scientifiques publiées sur le sujet (soit 1300 publications) en une base de données unique, accessible à tous à partir de ce portail Internet : the AWI Litterbase.

Ces éléments ont permis de réaliser des cartes globales où apparaissent la distribution des déchets et leurs interactions avec les organismes. L’analyse des données collectées montre ainsi que les oiseaux marins et les poissons sont particulièrement affectés par les déchets : 34% des espèces étudiées ingèrent des détritus, 31% les colonisent et 30 % se retrouvent étranglés, handicapés ou piégés par cette pollution due à l’homme. Le nombre total des espèces affectées augmente régulièrement et on estime leur nombre aujourd’hui à 1333.

Si les cartes indiquent bien les endroits où des chercheurs ont documentés des accumulations de déchets, les zones vierges en revanche ne représentent pas forcément des zones “propres” : elles n’ont peut-être simplement pas été étudiées ou n’ont pas donné lieu à publication. Ce sont donc des zones où la recherche doit être intensifiée. (Afrique, mer Morte, haute mer). Les chiffres de la base de données seront remis à jour au rythme des nouvelles publications.

Source : Sciences & Avenir

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des sciences, les expositions « Regards sur la pollution » et « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que les pages Environnement/Santé et Milieu marin/Biodiversité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s