Biodiversité : les morses et les caribous sont menacés de disparition au Canada

Plusieurs populations de morses et de caribous des régions arctiques d’Amérique du nord devraient être considérées comme en voie de disparition selon des scientifiques canadiens. Le réchauffement climatique rapide, avec recul des glaces et modification du couvert végétal, figure parmi les causes de ce déclin, aux côtés du tourisme et de l’expansion des industries.

Les deux derniers troupeaux de morses du Canada et une énième harde de caribous « sont menacés de disparition » dans l’Arctique, a annoncé le 1er mai un comité d’experts scientifiques chargé de conseiller le gouvernement. Le nombre d’espèces sauvages du nord canadien considérées comme étant en péril atteint maintenant 62 espèces, a indiqué le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (Cosepac) à l’issue de sa réunion bisannuelle. « Au cours des dernières décennies, les aires habitées par les quelques milliers de morses du Haut-Arctique et par la population plus nombreuse du centre de l’Arctique et du Bas-Arctique ont fait l’objet d’une réduction qui d’ailleurs se poursuit », a indiqué le Cosepac.

Le comité recommande que ces deux populations soient classées sous statut d’espèce « préoccupante », compte tenu des menaces qui pèsent sur elles : réchauffement climatique, recul de la glace de mer, interactions plus fréquentes avec les touristes, développement industriel. Un tel statut obligerait le gouvernement à prendre des mesures pour contrer le déclin des troupeaux. « Les morses ont été très importants pour les Inuits, à la fois comme nourriture et dans leur culture, et le demeurent encore à ce jour. Les morses sont particulièrement vulnérables aux perturbations et méritent certainement une attention particulière », a souligné l’expert en mammifères marins du comité, Hal Whitehead.

Caribou

Le caribou est la version québécoise du renne (Rangifer tarandus), cervidé des régions arctiques de l’Europe, de l’Asie et de l’Amérique du Nord. Certaines sous-espèces ont une diversité si faible qu’elles seraient incapables de s’adapter au changement climatique.

Le comité a aussi examiné pour la première fois le sort du caribou migrateur de l’est, « célèbre harde » de la rivière George au Québec et au Labrador qui comptait plus de 800.000 têtes en 1993 et dont il ne reste plus que « quelques milliers d’animaux ». Le statut d’espèce « en voie de disparition » a été recommandé pour cette espèce de renne, ainsi que pour une deuxième harde qui connaît également « un grave déclin », selon le Cosepac. Un expert du comité, Graham Forbes, a souligné la vulnérabilité du caribou aux activités humaines, une situation que vient compliquer le « changement climatique rapide dans le nord ».

« Les arbustes couvrent de plus en plus des paysages autrefois dominés par le lichen, source de nourriture principale du caribou en hiver ; et la surexploitation se poursuit. Nous sommes préoccupés par le fait que ces facteurs puissent rendre très difficile le rétablissement des hardes », a expliqué Graham Forbes. En décembre, le comité avait jugé « menacé » le troupeau de la toundra et classé « en voie de disparition » celui des monts Torngat, aux confins de l’Arctique québécois et du Labrador. « Une partie du nord canadien se réchauffe plus rapidement que partout ailleurs dans le monde, et le nombre d’espèces en péril dans le nord est en croissance », a souligné le comité.

Source : Futura-Sciences/AFP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s