Certains emballages en papier et carton peuvent contenir des huiles minérales toxiques

Attention à certains emballages en papier ou en carton, surtout quand ils sont recyclés. L’Anses annonce que des hydrocarbures toxiques pourraient être transmis aux aliments qu’ils contiennent.

« Une exposition particulièrement préoccupante ». C’est ainsi que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) qualifie la situation des MOAH, des huiles minérales toxiques. Avec les MOSH, elles font partie d’une super-famille d’huiles minérales, les MOH, présentes dans les encres et les adhésifs d’emballages alimentaires.

Saisie par la direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes, l’agence de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a jugé qu’il y avait un risque de migration des huiles minérales vers les aliments. L’agence met surtout en garde contre « la forte contamination des emballages en papiers et cartons constitués de fibres recyclées ».

Sont particulièrement concernés par l’étude de l’Anses les pâtes, le riz, les biscuits et autres aliments secs. Ces travaux récents, qui ont eu lieu au laboratoire cantonal de Zurich, montrent que des huiles minérales sont détectables dès 2 mois de stockage. Mais 4 à 16 mois après emballage, les quantités de MOAH et de MOSH ayant migré dans les aliments sont encore plus importantes.

Emballagers aliments

L’Anses recommande de limiter l’exposition à ces agents mutagènes que sont les MOAH et les MOSH.

Lire la suite

Jupiter : la sonde Juno transmet des images et des données étonnantes

Des chercheurs de la mission Juno, autour de Jupiter, ont levé le voile sur les premiers résultats basés sur les quatre orbites accomplis en 300 jours. Ce qui a été observé et mesuré les a plutôt déroutés : la planète géante n’est pas aussi uniforme qu’ils le pensaient. Parallèlement à ces données, les images prises par la sonde nous régalent.

Ces dernières semaines, nous avons beaucoup parlé des plongeons inédits de la sonde Cassini entre Saturne et ses anneaux, une série de passages qui sont réalisés dans le cadre du dernier volet de sa mission, le « Grand Final ». Mais il ne faut pas oublier, quasiment deux fois plus près de nous, à quelque 650 millions de km, la sonde Juno qui, régulièrement, passe au plus près de la planète géante.

Voilà 300 jours que ce vaisseau de la NASA tourne autour de Jupiter, ce qui lui a laissé le temps de boucler quatre orbites, sur 33. Lors de chacune d’elles, qui lui prennent actuellement 53 jours terrestres, la sonde a pu effectuer des survols rapprochés de la haute atmosphère et l’observer durant six heures. Les images prises avec la Junocam sont, comme promis et comme vous pouvez vous le constater, magnifiques, la géante gazeuse nous dévoilant son visage avec un niveau de détails sans équivalent.

Quant aux données collectées jusqu’ici par les instruments, elles n’ont pas manqué d’étonner les chercheurs qui travaillent dessus. Plusieurs d’entre eux ont fait le déplacement jusqu’à Vienne, entre le 23 et le 28 avril, pour offrir un premier aperçu des résultats à l’assemblée annuelle de l’European Geosciences Union.

Jupiter pôle Sud Juno

Une vue du pôle sud de Jupiter prise par la sonde Juno. Le traitement de Gabriel Fiset, citizen scientist (scientifique citoyen) accentue le contraste entre les différents motifs dans la haute atmosphère. (Source : NASA/JPL-Caltech/SwR/ MSSS/Gabriel Fiset)

Lire la suite