Climat : la Terre se réchauffera de 1,5 °C d’ici une dizaine d’années

La hausse moyenne de la température devrait se poursuivre, même si l’oscillation des températures dans l’océan Pacifique sur plusieurs décennies a eu un effet négatif sur le réchauffement.

L’objectif le plus ambitieux de l’accord de Paris sur le climat, signé en décembre 2015, qui vise à limiter la hausse moyenne de la température de la Terre à 1,5 °C par rapport au début de l’ère industrielle, ne sera pas atteint. Ce réchauffement « anormal », lié aux activités humaines, serait obtenu entre 2026 et 2031, estime une récente étude publiée dans Geophysical Research Letters.

Afin d’établir ce pronostic, des chercheurs ont étudié l’impact de « l’oscillation interdécennale de l’océan Pacifique » (appelée IPO par les climatologues) qui contribue au réchauffement de la planète. Il s’agit d’un phénomène naturel de très longue durée qui se compte en dizaine d’années, là où El Niño, qui est issu d’une autre oscillation naturelle dans une zone plus étroite des eaux de surface du Pacifique, revient tous les deux à sept ans et dure généralement quelques mois.

Autour de l’année 1998, nous serions entrés dans une phase négative pour l’IPO et donc de refroidissement. « Plusieurs articles récents ont montré que l’oscillation interdécennale du Pacifique est un grand contributeur au ralentissement du réchauffement climatique depuis l’an 2000 », explique Benjamin Henley, chercheur à l’École des sciences de la Terre de l’Université de Melbourne (Australie) et premier auteur de la publication scientifique.

Réchauffement climatique

Mais l’océan Pacifique est-il en train de changer de régime ? En tous cas, depuis trois ans, « nous avons assisté à une hausse rapide (de la température), nous nous sommes demandés comment une modification dans le Pacifique de la phase positive pourrait influencer la trajectoire vers 1,5 °C ». L’an dernier, dans Nature Climate Change et dans Nature Communications, Gerald Meehl, du National Center for Atmospheric Research au Colorado (États-Unis), s’était intéressé en particulier au fait que l’IPO, dans ses phases positives, avait plus d’impact sur les prévisions du climat et de la température moyenne que les phases négatives, comme celle qui avait démarré il y a vingt ans.

En prenant les données américaines et britanniques sur la température depuis le début de l’ère industrielle, les chercheurs australiens ont estimé l’amplitude du réchauffement climatique, selon l’effet positif ou négatif sur les températures moyennes, de l’oscillation interdécennale du Pacifique. Selon l’hypothèse retenue, le seuil de 1,5 °C serait donc atteint entre 2026 et 2031. Et ils ont pris pour point de départ des simulations l’année 2016, où le réchauffement climatique, diminué de l’effet El Niño, était de 1 °C.

« Cette fenêtre est réaliste du fait de la variabilité naturelle qui peut jouer dans un sens ou dans l’autre », estime Olivier Boucher, directeur de recherche CNRS au Laboratoire de météorologie dynamique, à Paris. « Une phase positive de l’IPO correspond peu ou prou à plus d’événements El Niño qui tendent à augmenter la température moyenne du globe. Nous sommes nombreux à penser que les 1,5 °C sont inévitables en raison des inerties du système climatique, ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire, bien au contraire ».

Et qu’importe si les chercheurs australiens ont pris l’hypothèse la plus pessimiste du GIEC, le scénario appelé RCP8.5 (qui suppose un rayonnement de 8,5 watts par m2), « car compte tenu des inerties dans le cycle du carbone et dans le système climatique, cela ne fait pas de différence d’ici à 2030 », estime Olivier Boucher. En revanche, à l’université de Reading (Grande-Bretagne), le climatologue Ed Hawkins estime que l’on pourrait atteindre les 1,5 °C un peu plus tardivement car les auteurs ont opté pour le scénario le plus sombre.

Enfin, ces hypothèses font bien sûr l’impasse sur un facteur qui pourrait contribuer à ralentir le réchauffement, comme une éruption volcanique de grande ampleur.

Source : Le Figaro

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, la page Risques majeurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s