Pour la première fois, l’atmosphère d’une Neptune chaude a été décryptée

Cette Neptune chaude est une exoplanète située à 430 années-lumière de la Terre. Elle orbite autour d’une étoile deux fois plus vieille que le Soleil.

HAT-P-26b est une exoplanète de type « Neptune chaude ». Soit un astre grosso modo de la même taille que Neptune mais qui tourne autour de son étoile sur une orbite beaucoup plus proche.

Elle a été étudiée par les télescopes spatiaux Hubble et Spitzer au cours de plusieurs transits, c’est-à-dire quand elle passe devant son étoile mère. A cette occasion, les scientifiques peuvent analyser les différences du spectre de la lumière qu’ils reçoivent et en déduire des informations sur la composition de l’atmosphère de la planète en transit.

Cette méthode est très délicate : elle demande une configuration spatiale bien particulière et des instruments extrêmement sensibles. Mais les astrophysiciens ont déjà obtenu des résultats probants par ce biais et même réussi à déterminer la composition d’une tout petite exoplanète presque similaire à la Terre.

HAT-P-26b

Vue d’artiste de l’exoplanète HAT-P-26b (Source : NASA/GFFC).

HAT-P-26b est bien plus grosse que la Terre, environ 15 fois plus. Elle est située à 437 années-lumière et orbite autour d’une étoile deux fois plus vieille que le Soleil. Les données de Spitzer et Hubble ont été analysées par des scientifiques de la NASA et de l’université du Maryland.

Elles ont fait l’objet d’une publication dans la revue Science et indiquent que HAT-P-26b a une atmosphère primitive composée presque entièrement d’hydrogène et d’hélium. De la vapeur d’eau a également été détectée et les scientifiques ont aussi estimé que le ciel de HAT-P était plutôt dégagé, sans trop de nuages.

« Il n’y a pas si longtemps, il était excitant de trouver une exoplanète », remarque Drake Deming, co-auteur de l’étude. « Mais maintenant, à mesure que la technologie et les méthodes deviennent plus raffinées, nous construisons une nouvelle compréhension de la grande diversité des systèmes planétaires au-delà du nôtre. C’est très excitant d’être dans ce domaine en ce moment ».

La découverte d’une atmosphère aussi primordiale sur cette planète de la taille de Neptune a des implications sur la façon dont les scientifiques pensent la naissance et le développement des systèmes planétaires. Par rapport à Neptune et à Uranus, les planètes de notre système solaire ayant à peu près la même masse, HAT-P-26b est bien différente : elle a dû se former beaucoup plus proche de son étoile et sans doute plus tardivement que nos géantes gazeuses.

Source : Sciences & Avenir

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « Initiation à l’astronomie » et « Promenade spatiale au fil des ondes« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s