Il est vraiment dur de vivre à côté d’une naine rouge

En raison de leurs fréquentes éruptions, les naines rouges ne créent-elles pas des environnements trop hostiles pour les planètes situées dans leur zone habitable ? Une équipe a mené l’enquête sur la durée et l’intensité de leurs colères en passant au peigne fin les données collectées par le satellite Galex durant une dizaine d’années, dans l’ultraviolet. Conclusion : les conditions dans le voisinage d’une naine colérique sont difficiles.

Dans notre Système solaire, les coups de colère de notre Soleil, une naine jaune, représentent très rarement une menace pour la vie sur Terre. Nous en sommes en effet suffisamment éloignés et protégés par le champ magnétique et l’atmosphère pour ne pas être trop affectés. En revanche, la question se pose pour les planètes orbitant autour des naines rouges où les coups de fouets stellaires seraient en mesure de déchirer leurs atmosphères.

Plus petites, moins massives et moins chaudes que notre étoile, les naines rouges sont très communes dans notre galaxie. Elles représenteraient en effet environ les trois quarts de la population stellaire de la Voie lactée. Ces dernières années, notre intérêt pour ces dizaines de milliards d’étoiles s’est d’autant plus accru qu’elles semblent souvent entourées de petites planètes rocheuses. L’exemple le plus célèbre à ce jour est celui de Trappist-1 où pas moins de sept planètes y ont été découvertes et, cerise sur le gâteau, trois d’entre elles figurent dans la zone habitable.

Trois mondes donc, et peut-être plus, dans le même système, où il ne ferait ni trop chaud ni trop froid et où, s’ils possèdent une atmosphère et aussi de l’eau, la vie telle que nous la connaissons pourrait y trouver des conditions favorables… Des scientifiques y croient et trouvent des raisons d’être optimistes tandis que d’autres restent pessimistes.

Naine rouge

Illustration d’une planète rocheuse en orbite autour d’une naine rouge visiblement très active. (Source : NASA/ESASTScI)

Lire la suite