Un crocodile géant avec des dents de tyrannosaure vient d’être identifié

Razanandrongobe sakalavae est une créature d’environ 7 m de long qui vivait au Jurassique, il y a plus de 170 millions d’années. Ce lointain ancêtre des crocodiles modernes possédait des dents aussi longues et terrifiantes que celles des tyrannosaures, apparus 100 millions d’années plus tard. Une arme redoutable qui, assurément, lui permettait de broyer des os et d’occuper une place de choix dans la chaîne alimentaire.

Le célèbre Tyrannosaurus rex est souvent vu comme un redoutable prédateur armé de dents longues et acérées et d’une mâchoire si puissante qu’elle lui permettait de broyer les os… Pourtant, plus de cent millions d’années avant lui, un notosuchien du Jurassique arborait une dentition tout aussi terrifiante, capable de rivaliser avec celle de T. Rex. Certaines de ses dents mesuraient en effet jusqu’à 15 cm de long. Cet ancêtre lointain de nos crocodiles pouvait briser sans difficulté des tissus durs, comme les os et les tendons.

D’après le crâne retrouvé récemment, l’animal devait mesurer environ sept mètres de long et pesait entre 800 et 1.000 kg. Des dimensions qui le rapprochent, certes, de celles du crocodile marin moderne (Crocodylus porosus) mais, précisent les paléontologues qui l’ont étudié, il s’en distingue par son crâne profond et ses pattes hautes et puissantes.

Razanandrongobe sakalavae

Reconstitution d’une tête de Razanandrongobe sakalavae. Certaines de ses dents mesuraient 15 cm de long. (Source : F. Manucci)

« Comme d’autres gigantesques crocodiles du Crétacé, « Razana » [c’est son surnom, NDLR] aurait été capable de défier des dinosaures théropodes au sommet de la chaîne alimentaire », selon Cristiano Dal Sasso, coauteur de la description de Razanandrongobe sakalavae qui vient de paraître dans la revue PeerJ. Son nom signifie « ancêtre géant des lézards de Sakalava », car c’est dans cette région de Madagascar qu’ont été retrouvés les restes de ce prédateur qui vivait au Jurassique, il y a quelque 174 millions d’années. Jusqu’à présent, les chercheurs manquaient de fossiles pour classer cette espèce avec confiance. Cette fois, l’étude des spécimens dont ils disposent a permis de lui attribuer une place au sein des mesoeucrocodyliens, ce grand groupe dont font partie les crocodiles actuels aux côtés de familles disparues. Ils ont pu établir qu’il s’agit du plus ancien de leur représentant connu, précédant les autres notosuchiens d’environ 42 millions d’années.

Enfin, « sa position géographique durant la période où Madagascar se séparait des autres masses terrestres suggère fortement une lignée endémique » explique Simone Maganuco. Pour lui et son collègue du Musée d’histoire naturelle de Milan, ces éléments renforcent l’hypothèse que les notosuchiens sont originaires du sud du Gondwana, un supercontinent qui réunissait — avant qu’il ne se fracture — les grandes terres émergées de l’hémisphère sud actuel : l’Afrique, Madagascar, l’Amérique du Sud, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Inde et l’Antarctique.

Source : Futura-Sciences

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s