Le plus gros aimant IRM au monde s’installe en France

11,7 teslas : c’est le record du monde de puissance pour cet aimant IRM qui vient tout juste de poser sa bobine au CEA de Saclay. Cette prouesse technologique devrait permettre des avancées majeures dans la compréhension de notre cerveau et des maladies associées.

« Cet IRM dénommé Iseult sera aux neurosciences ce que Hubble a été à l’astronomie. » Denis Le Bihan, responsable de ce projet franco-allemand lancé au début des années 2000 l’assure : l’arrivée au CEA de Paris-Saclay (Essonne) du plus gros aimant IRM au monde marque une étape majeure de l’exploration de notre univers neuronal.

Hors norme, cette pièce maîtresse du futur IRM de recherche l’est d’abord par sa taille : ses 5 mètres de largeur et de longueur lui donnent des allures d’étage de fusée. Et ces 132 tonnes d’innovation devraient ainsi faire décoller les performances : « ces images seront 100 fois plus résolues que les imageurs actuels des hôpitaux et 10 fois plus précises que les meilleurs imageurs de recherche existants », se félicite Denis Le Bihan.

Et pourtant : « Au départ, certains de nos confrères étaient sceptiques quant à nos chances d’y parvenir», se souvient-il. La solution est venue du ciel via l’Institut de recherche fondamentale sur les lois de l’Univers du CEA, passé maître dans l’art des aimants géants aussi bien pour les besoins du CERN que d’ITER.

Gros aimant IRM CEA

Le plus gros et du plus puissant aimant IRM du monde (Source : CEA).

En collaboration avec le site industriel d’Alstom à Belfort, les équipes d’Anne-Isabelle Etienvre ont ainsi construit une bobine autour de laquelle s’enroulent plus de 182 km (la distance entre Paris et le Havre) de fils supraconducteurs en nobium-titane, le tout plongé dans un bain d’hélium liquide pour maintenir la température la plus proche possible du zéro absolu. « Il est impératif que la bobine demeure à -271,35 °C [soit 40 degrés de mois que sur Pluton !] afin de pouvoir faire circuler sans danger le courant supraconduteur d’une intensité de 1500 ampères [soit jusqu’à 100 fois plus que dans nos maisons] », explique Anne-Isabelle Etienvre. Autant de prouesses technologiques visant à induire au centre de la bobine un puissant champ magnétique. Car plus ce champ est intense, plus les « yeux » de l’IRM sont précis.

Iseult affiche ainsi au compteur un champ magnétique de 11,7 teslas, soit 200 000 fois plus que le champ magnétique terrestre. A titre de comparaison, si un magnet sur votre réfrigérateur était doté d’un tel champ magnétique, il faudrait le poids d’une voiture suspendue dans le vide pour l’en détacher…

Inséré au sein de NeuroSpin, un des plus grands centres de recherche mondiaux en neuro-imagerie, les pouvoirs exceptionnels d’Iseult devraient aider les chercheurs à mieux cartographier l’architecture fonctionnelle de notre cerveau ainsi qu’à révéler des transferts d’énergie et des voies de communication jusque-là invisibles.

« Ses avancées fondamentales devraient conduire à terme au développement de meilleurs outils de diagnostic pour de nombreuses maladies comme l’Alzheimer, la sclérose en plaques, les accidents vasculaires cérébraux ou encore certaines maladies psychiatriques », espère Denis Le Bihan. Ces travaux de recherche ne débuteront toutefois que dans trois ans, le temps de terminer l’installation d’Iseult et de démarrer progressivement cette étoile géante de l’imagerie médicale.

Source : Science & Vie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s