Le champ magnétique d’Uranus… clignote !

Avec des données collectées il y a plus de 30 ans, des chercheurs viennent de découvrir l’étrange phénomène de clignotement magnétique d’Uranus.

Uranus, planète géante glacée bien mystérieuse, ne se contente pas d’avoir un axe de rotation qui pointe vers le Soleil, ce qui la fait ressembler à une bille roulant en cercle sur un tapis plutôt qu’à une toupie, la voilà qui présenterait un champ magnétique clignotant. Cette particularité, inédite dans tout le Système solaire, a été découverte par des chercheurs du Georgia Institute of Technology à Atlanta au moyen d’une simulation informatique basée sur les données recueilles par la sonde Voyager 2 en 1986.

Selon la simulation, une fois par jour uranien, soit tous les 17 heures et 14 minutes, le champ magnétique de la 7ème planète du Système solaire ouvrirait et fermerait la porte aux assauts du vent solaire qui, chez les autres planètes, est systématique déviée par la magnétosphère – ce qui sur Terre protège la surface des particules ionisées et énergétiques de ce vent. Cette particularité n’est pas due au fait que le champ magnétique d’Uranus s’activerait et se désactiverait journellement, plutôt elle s’explique par les particularités de rotation de la planète et la structure particulière de son champ magnétique.

Champ magnétique Uranus

La rotation d’Uranus s’effectue de manière étrange, son champ magnétique est décentré et les scientifiques viennent de découvrir que sa magnétosphère peut s’ouvrir et se fermer tous les jours.

D’une part, l’axe de rotation est couché, pointant en direction du Soleil, d’autre part l’axe unissant les pôles magnétiques de la planète ne coïncide pas avec l’axe de rotation, qui définit ses pôles géographiques (comme c’est globalement le cas de la Terre) : ces deux axes sont décalés d’un angle de 59°. Enfin, les pôles magnétiques uraniens ne sont pas symétriques : son pôle « Nord » (au sens magnétique, non géographique) irradie un champ environ 5 fois plus fort que l’autre, le pôle Sud, une particularité liée à la structure interne de la planète, là où nait le champ magnétique.

Ces trois caractéristiques font qu’à l’échelle globale, l’hémisphère faisant face au Soleil et à ses vents présente tantôt un champ magnétique intense – du même ordre que celui de la Terre – créant un bouclier fermé qui dévie les particules solaires, tantôt un champ faible dont les lignes ne parviennent pas à se fermer pour former l’enveloppe protectrice. Vu du Soleil, c’est comme si chaque jour (de 17 heures et 14 minutes) cette lointaine boule de gaz et de glace, située à 3 milliards de kilomètres, allumait puis éteignait son champ protecteur.

Est-ce un cas très particulier ou un phénomène courant à l’échelle de la Galaxie ? A l’heure où tous les regards pointent vers les exoplanètes (planètes extrasolaires) et leur potentielle « habitabilité », cette question intéresse les astronomes. A tel point que plus de 30 ans après le survol d’Uranus, les agences spatiales planchent sur l’envoi d’une nouvelle sonde pour l’étude de cet étrange magnétisme. Mais pas avant 2030.

Source : Science & Vie

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Initiation à l’astronomie« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s