Mission Dart : la NASA veut dévier un astéroïde

La NASA a donné son feu vert à la construction de Dart, la première mission de démonstration d’une technique de déviation d’astéroïde avec un impacteur cinétique. Celle-ci sera lancée en décembre 2020 à destination de l’astéroïde binaire Didymos.

Certes, aucun astéroïde (ou comète) connu ne suit une trajectoire de collision avec la Terre. D’ailleurs, à ce jour, les programmes de surveillance du ciel ont recensé environ 93 % des objets du Système solaire potentiellement dangereux pour la Terre, c’est-à-dire ceux dont l’orbite coupe celle de notre planète. Mais, au cas où, la NASA veut tout de même vérifier s’il est possible de modifier l’orbite d’un de ces blocs rocheux. Ce sera l’objectif de la mission Dart. En décembre 2020, elle s’en ira percuter l’astéroïde binaire Didymos, composé de Didymos A (780 mètres) et Didymos B (160 mètres), afin de modifier de façon infime sa trajectoire.

Dart est une étape importante pour démontrer qu’il est possible de protéger la Terre d’un astéroïde grâce à la technique de l’impact cinétique (le but est de faire dévier de sa trajectoire l’objet percuté). La maîtrise de cette technologie est l’une des deux armes envisagées par la NASA pour défendre notre planète contre un objet dangereux de grande taille. L’autre solution est l’explosion nucléaire à proximité.

DART

Avec la mission Dart, la Nasa veut dévier un astéroïde. Ici, une étude conceptuelle du vaisseau Dart (Double Asteroid Redirection Test). (Source : NASA/JHUAPL)

L’Agence spatiale européenne (ESA) devait participer à cette mission en fournissant le satellite AIM de surveillance de l’impact ainsi qu’en réalisant l’observation du cratère formé et celle de ses éjecta. AIM devait caractériser l’orbite de l’astéroïde mais aussi étudier en détail la surface du satellite et sa structure interne. Lors de sa dernière conférence au niveau ministériel, en décembre 2016, l’ESA a été contrainte d’annuler sa participation, faute de budget.

Lors du Salon de l’aéronautique et de l’espace du Bourget, le directeur de l’ESA s’est voulu optimiste et nous a confié qu’il souhaitait faire une nouvelle proposition aux États membres de l’ESA lors de la prochaine conférence ministérielle prévue en 2019. L’équipe du projet AIM doit remettre une nouvelle proposition de mission moins ambitieuse. Moins chère, celle-ci sera envoyée à bord d’un lanceur Vega C d’Arianespace. Ses objectifs seront limités à l’observation des conséquences de l’impact et du calcul des changements de l’orbite de Didymos B afin de permettre aux scientifiques de mieux déterminer les capacités de l’impact cinétique comme stratégie d’atténuation des astéroïdes. Elle arriverait sur site deux ans après l’impact.

Source : Futura-Sciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Initiation à l’astronomie« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s