Saturne : pourquoi son champ magnétique est-il si étrange ?

La sonde Cassini est maintenant si proche de Saturne qu’elle peut enfin cartographier avec précision le champ magnétique de cette planète. Les données sont surprenantes, en contradiction avec ce que prédisent les modèles classiques.

Depuis la fin du mois d’avril 2017, la sonde Cassini effectue chaque semaine des missions casse-cou qui la conduisent sur des orbites frôlant l’atmosphère de Saturne et, surtout, ses anneaux. Avant le « grand final » du 15 septembre 2017 qui verra Cassini plonger définitivement dans les entrailles de la géante gazeuse, ces orbites rapprochées vont permettre à la NASA de glaner de précieuses informations supplémentaires sur les mondes saturniens.

Le champ de gravité et le champ magnétique de Saturne seront nettement mieux connus. Cela devrait, en retour, nous permettre de mieux contraindre les modèles de l’intérieur de cette planète. Cela n’était pas possible auparavant car Cassini était prudemment maintenue sur des orbites éloignées, pour éviter, par exemple, une collision avec un fragment des anneaux de Saturne (il était difficile d’évaluer ce risque).

Saturne Cassini 19/07/2013

Saturne vue par Cassini le 19/07/2013 (Source : NASA/JPL/Space Science Institute)

Lire la suite

Une immense statue découverte dans le temple Angkor Wat au Cambodge

Des archéologues viennent de sortir de terre l’une des plus grandes statues jamais découvertes sur le site archéologique d’Angkor Wat, l’un des plus grands temples du Cambodge. Haute de deux mètres, la statue servait probablement de « gardienne » à un ancien hôpital.

L’histoire des civilisations anciennes se révèle peu à peu. Au Cambodge, des archéologues ont mis au jour une immense statue sur le site du temple d’Angkor Wat, l’un des plus grands du complexe monumental d’Angkor. Haute de 1,9 mètre et 58 centimètres de large, la sculpture est à ce jour l’une des plus imposantes de cette ère jamais retrouvées.

L’équipe composée de spécialiste de l’Institut d’études de l’Asie du Sud-Est de Singapour, aurait mis la main sur la statue par totale inadvertance. En effet, les archéologues étudiaient les possibles relations existant entre le canal et un ancien hôpital du complexe, a expliqué dans un communiqué Apsara Authority, l’agence gouvernementale qui a supervisé le projet.

Starue découverte Angkor Wat

Une statue découverte sur le site archéologique d’Angkor Wat au Cambodge (Source : Apsara Authority).

Lire la suite

En Australie, une douceur hivernale record menace les récoltes

Au cœur de l’hiver, l’Australie a connu son mois de juillet le plus doux depuis que les températures ont commencé à y être enregistrées, il y a 107 ans, une situation qui, associée à une sécheresse, menace les récoltes à venir.

Selon le dernier rapport du Bureau of Meteorology (BOM), publié mardi, « la moyenne nationale des températures maximum a été de loin la plus haute jamais enregistrée en juillet, avec 2,62°C au-dessus de la normale, soit 0,66°C de plus que le précédent record établi en 1975 ». Une réalité difficile pour les agriculteurs du pays, particulièrement les producteurs de cultures hivernales déjà confrontés à un mois de juin très sec avec un fort taux d’évaporation des sols. En Australie-Occidentale par exemple, le blé de la Wheatbelt, assoiffé, a bien du mal à germer.

Selon le rapport du BOM, la moitié nord du pays a été la plus touchée par cette vague de chaleur inhabituelle: dans les Etats du Queensland, du Territoire du Nord et de l’Australie-Occidentale, le mercure a atteint en juillet des niveaux inédits. Dans certaines de ces régions (notamment au sud du Territoire du Nord), la moyenne des températures maximales a surpassé la normale de 3°C.

Les précipitations enregistrées en juillet ont été inférieures à la moyenne dans la majeure partie de l’Australie méridionale, indique aussi le rapport du BOM. La sècheresse observée en juin a persisté sur la quasi-totalité de l’Etat de La Nouvelle-Galles du Sud, qui a enregistré son mois de juillet le plus sec depuis 2002. Les régions agricoles de l’Australie-Méridionale ont toutefois été relativement épargnées, avec une moyenne de pluies proche des normales.

Douceur hiver Australie

L’Australie a connu son mois de juillet le plus doux (Source : AFP).

Lire la suite

Atmosphère de Titan : une molécule prébiotique découverte

Y a-t-il de la vie sur Titan, la plus grande lune de Saturne ? En tout cas, les chercheurs ont détecté dans son atmosphère dense, où s’opère une chimie complexe, des ingrédients précurseurs de la vie.

Titan se trouve en orbite autour de Saturne, à environ 1,3 milliard de kilomètres de notre étoile, donc loin, très loin de la zone habitable du Système solaire. Il n’en demeure pas moins un des astres qui captivent le plus les astronomes et les astrobiologistes du monde entier (de même qu’Encelade, également autour de Saturne, Europe, autour de Jupiter, et, bien sûr, Mars).

Les raisons ? Ce satellite de quelque 5.150 km de diamètre est enveloppé d’une épaisse atmosphère dont la composition n’est pas sans rappeler celle de la Terre primitive… Pour les chercheurs qui aimeraient connaître les recettes ayant conduit à l’apparition du vivant, c’est donc comme s’ils avaient un laboratoire à leur portée : un monde où, dans ses brumes orangées, se développe une chimie prébiotique. L’aubaine pour les scientifiques est que cela se passe près de chez nous et, peut-on imaginer, aussi ailleurs, autour de millions d’autres soleils.

Sur ce satellite où la température moyenne est de -180 °C, les sources d’énergie qui transforment l’azote et le méthane, principaux composés de son atmosphère, sont les particules solaires et les particules énergétiques de la magnétosphère de la géante Saturne. Ensemble, ils produisent une chimie organique complexe, à l’origine d’ingrédients précurseurs de la vie, comme cela a pu se passer sur Terre au début de son histoire.

Titan

Titan photographiée par la sonde Cassini (Source : NASA)

Lire la suite