Grand final de Cassini : les 5 derniers tours de la sonde autour de Saturne

Lundi prochain, la sonde Cassini va entamer une série de cinq orbites rapprochées, les dernières avant le grand plongeon final du 15 septembre qui la verra disparaître au cœur de Saturne. En s’approchant très près de la haute atmosphère et des nuages, elle va l’observer comme elle ne l’avait encore jamais fait. L’engin spatial, qui a quitté la Terre en 1997, utilise son carburant jusqu’à la dernière goutte pour travailler…

Le dernier chapitre du « Grand final », dernière phase de la longue mission Cassini-Huygens, débutée en avril, s’ouvre ce week-end avec la première des cinq dernières orbites rapprochées autour de Saturne. Lundi 14 août, à 18 h 22 heure de Paris, la sonde de la Nasa, inscrite sur une trajectoire elliptique, passera à seulement 5.990 km du bord interne de l’anneau et survolera les plus hauts nuages de la géante gazeuse, à une hauteur comprise entre 1.630 et 1.710 km.

À cette faible distance, l’atmosphère est très ténue, mais présente. L’engin spatial devra allumer ses propulseurs pour maintenir sa route. Il lui reste encore un peu de propergol (de l’hydrazine), ce qui permet ces ultimes survols avant le plongeon final dans Saturne, le 15 septembre prochain.

Cassini

Vue d’artiste de la sonde Cassini (Source : NASA/JPL).

Durant ce Grand final, troisième extension de la mission commencée autour de Saturne en 2004, Cassini poursuit ses observations. Pour les scientifiques, c’est un bonus : il n’était nullement certain, au lancement de la sonde en 1997, qu’elle travaille jusqu’en 2017. Elle est même en pleine possession de ses moyens. Le sous-système d’imagerie (ISS, pour Imaging Science Subsystem) va scruter dans l’anneau D de curieux « traits », comme ceux déjà observés et résultant de l’impact de petits astéroïdes.

La haute atmosphère sera l’objet d’attentions particulières. Le spectromètre infrarouge (CIRS, Composite Infrared Spectrometer) mesurera les températures et du gaz sera prélevé. Le spectromètre de masse INMS (Ion and Neutral Mass Spectrometer) l’analysera, comme il l’avait fait pour les panaches d’Encelade, tandis que, simultanément, le radar, en mode passif, observera l’atmosphère, notamment pour y repérer des concentrations d’ammoniac.

Source : Futura-Sciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Initiation à l’astronomie« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s