Prévision des tsunamis : il serait possible de prédire le pire

Prédire correctement la puissance d’un séisme et du tsunami pouvant être créé peut parfois prendre plusieurs heures, avec le risque de sous-estimer l’ampleur du phénomène. Une nouvelle technique, basée sur les modifications du champ de gravitation lors du tremblement de terre, semble prometteuse. Elle pourrait livrer ses résultats en quelques minutes seulement.

Depuis les travaux des pionniers de la sismologie à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, la Terre s’est couverte de sismomètres et les géophysiciens, qu’ils soient sismologues, géomagnéticiens ou spécialistes de la gravimétrie, ont fait d’énormes progrès. Il reste malheureusement toujours impossible de prédire les tremblements de terre, bien que les scientifiques comprennent mieux les mécanismes les produisant, tout comme les raisons de leur localisation. Les progrès dans le domaine de la puissance de calcul des ordinateurs, et aussi dans celui de l’intelligence artificielle, avec le fameux « deep learning », pourront peut-être nous permettre de progresser, mais cela reste encore à démontrer.

Il existe des régions du globe où les tremblements de terre sont particulièrement meurtriers, de façon indirecte. On se souvient encore du terrible tsunami du 26 décembre 2004 à Sumatra, en Indonésie, et de son impact sur la Thaïlande. Il aurait fait au moins 220.000 morts. Si nous ne pouvons prédire ce type de catastrophes, il est néanmoins possible de détecter l’occurrence d’un séisme, d’évaluer sa puissance et d’alerter les populations à quelques milliers de kilomètres pour qu’elles évacuent en cas de danger.

Malheureusement, affiner l’évaluation de la puissance d’un tremblement de terre peut demander plusieurs heures, ce qui peut laisser penser que le danger est faible alors que ce n’est pas le cas. Or, une équipe internationale de chercheurs du CNRS, de l’IPGP, de l’université Paris-Diderot et du célèbre Caltech de Feynman et Thorne, en Californie, a publié dans Science un article faisant état d’une remarquable découverte.

Tsunami Japon 11/03/11

Tsunami au Japon le 11 Mars 2011

Lorsqu’un séisme se produit, des masses sont redistribuées, ce qui modifie le champ de gravitation de la Terre. Les ondes sismiques elles-mêmes vont faire changer ce champ en comprimant et déplaçant les roches. Ces modifications peuvent sembler faibles mais les géophysiciens font des prodiges depuis des décennies avec des gravimètres. Ils peuvent, par exemple, déduire de ce champ la présence de poches de pétrole ou des informations sur le magma dans un volcan en surveillance. Les modifications du champ de gravitation vont elles-mêmes modifier la répartition des roches, ce qui va générer des signaux sismiques secondaires.

En réponse, le champ de gravitation se modifie de proche en proche à la vitesse de la lumière (300.000 km/s), alors que la célérité des ondes sismiques est comprise entre 3 et 10 km/s. Ainsi, pour des sismomètres situés à 1.000 km de l’épicentre d’un séisme, l’alerte peut être donnée plus de deux minutes avant l’arrivée des ondes sismiques. En soi, ce délai est toujours trop court pour avertir d’un séisme et la mesure de ces modifications du champ de gravitation n’aide donc en rien. Mais, ce qui change la donne, c’est que l’estimation correcte de la puissance est obtenue en quelques minutes, au lieu de quelques heures, en analysant les signaux combinés des modifications du champ de gravitation et les ondes sismiques résultant de ces modifications. Cela permet de savoir s’il est nécessaire, ou pas, de faire évacuer des populations potentiellement menacées par un tsunami.

Les chercheurs sont arrivés à ce résultat étonnant en analysant les données géophysiques mesurées lors du grand séisme de magnitude 9,1 survenu au Japon en 2011. Une dizaine de sismomètres situés entre 500 et 3.000 km de l’épicentre du séisme avaient alors été affectés, aussi bien par les changements du champ de gravitation que par les signaux sismiques (le changement de gravitation se produisant à l’emplacement d’un sismomètre modifie en effet la position d’équilibre de la masse de l’instrument).

Forts de ce succès, les géophysiciens voudraient développer des techniques leur permettant d’évaluer des intensités de séismes de magnitudes inférieures à 8-8,5, car en dessous de ce seuil, le signal est trop faible par rapport au bruit sismique naturellement émis par la Terre pour pouvoir émerger clairement dans les instruments. Mais peut-être que les techniques développées pour faire émerger des signaux aussi faibles que ceux chassés dans les détecteurs d’ondes gravitationnelles en astrophysique pourraient apporter la solution à ces problèmes.

Source : Futura-Sciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Quand la terre tremble…« , ainsi que la page Risques majeurs.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.