70 empreintes de dinosaures et de mammifères découvertes dans un centre de la NASA

Une piste mêlant près de 70 empreintes de mammifères et de dinosaures à été découverte sur le campus du centre Goddard de la NASA par le mari d’une des employées.

Au centre Goddard de la NASA, à Greenbelt près de Washington, 10.000 personnes travaillent dans des locaux immaculés pour concevoir les engins spatiaux du futur. Dans ces locaux ont, par exemple, été conçus les télescopes SWIFT, JWST, l’observatoire COBE et de nombreux satellites.

C’est au cœur de ce campus high-tech qu’a été découverte en 2012 une piste d’empreintes mêlant traces de dinosaures et de mammifères datant de plus de 100 millions d’années. La trouvaille a été faite par Ray Stanford, un « chasseur » de dinosaures dont l’épouse travaille à Goddard.

Empreinte nodosaure NASA

Une des empreintes découvertes, elle correspond aux traces d’un nodosaure (Source : NASA).

Le paléontologue est d’abord tombé sur une empreinte d’une trentaine de centimètres de large identifiée comme celle d’un nodosaure, un dinosaure herbivore ressemblant à un tatou géant de cinq mètres de long environ. Cette trace a été laissée sur une dalle argileuse d’environ deux mètres sur deux dont un examen plus complet a révélé une extraordinaire concentration de marques laissées par plusieurs animaux à quelques jours d’intervalles.

C’est d’abord celle d’un bébé nodosaure qui a été identifiée à côté et à l’intérieur de la grosse empreinte, laissant penser que les deux bêtes marchaient de concert. Puis Ray Stanford a retrouvé les signes du passage de toute une faune : d’autres dinosaures (théropodes plus une espèce apparentée au velociraptor) et de petits mammifères de la taille d’un gros écureuil.

En tout, près de 70 empreintes correspondant à huit morphotypes différents coexistent sur cette petite dalle. Afin qu’elle puisse être étudiée en détail, elle a été excavée en 2013 et les paléontologues en ont réalisé plusieurs moulages qui ont été analysés au Musée marin de Calvert. Les premiers résultats de ces recherches sont publiés dans la revue Scientific Reports.

Mais que fabriquaient donc là tous ces animaux ? Un premier élément de réponse est fourni par Martin Lockley, paléontologue à l’Université du Colorado à Denver qui est co-auteur de l’article. Il explique dans un communiqué de la NASA qu’il y a 100 millions d’années, il faisait tout simplement bon vivre au Maryland : l’endroit était beaucoup plus chaud et plus marécageux et était donc très peuplé. Tous, animaux comme dinosaures, déambulaient à la recherche de nourriture les un uns servant parfois de proies aux autres.

Source : Sciences & Avenir

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s