Au Guatemala, une cité maya découverte sous la jungle par des scientifiques

Un consortium international de chercheurs a annoncé avoir découvert des maisons, des fortifications et des palais dissimulés depuis des siècles sous la jungle guatémaltèque.

Sous la jungle, une cité endormie depuis des siècles. Un consortium international d’une trentaine de chercheurs vient de découvrir une cité maya de plus de 2 000 km² sous la jungle de la région de Petén, au nord du Guatemala. Selon la revue National Geographic, 60 000 structures (maisons, fortifications, routes, palais) ont été détectées grâce à une technologie connue sous le nom de LiDAR pour « Light detection and ranging » (détection et télémétrie par ondes lumineuses).

Grace à elle, aucun dégât n’est à craindre. Plus besoin de couper des arbres. Elle cartographie le paysage et les mouvements d’eau grâce à des drones capables de pénétrer dans les feuillages et équipés de capteurs thermiques. Ceci avant que les chercheurs ne scannent les environs en retirant « numériquement » la végétation.

Le but : découvrir ce qui se cache sous la jungle en le restituant en trois dimensions. Un procédé qui a permis de révéler les ruines d’une civilisation précolombienne tentaculaire. Bien plus grande que ce que supposaient les spécialistes de la question jusqu’ici.

Cité maya jungle Guatemala

À gauche, une photo classique du site de El Zotz, dans la région de la cité maya géante découverte récemment, et, à droite, une image créée grâce aux données Lidar (Source : Ithaca College).

Selon les experts, ce n’est plus 2 à 5 millions d’habitants qui vivaient dans les plaines pendant la période de la civilisation maya classique (200 à 900 après J-C) mais plutôt 15 à 20 millions. « Ces recherches représentent l’aboutissement le plus important de l’archéologie Maya en l’espace d’un siècle », a confié Thomas Garrison, archéologue à la tête du projet.

Dans la cité, une pyramide maya près du centre de la cité a été identifiée. Elle était jusqu’à présent dissimulée et considérée comme une colline naturelle. De plus, une structure décrite comme « d’apparence naturelle » pourrait être le tombeau encore intact d’un roi maya.

Les résultats laissent penser que l’Amérique centrale abritait une civilisation plus avancée qu’on ne le pensait. A son apogée, il y a 1 200 ans, son fonctionnement serait comparable aux cultures sophistiquées de la Grèce ancienne ou de la Chine antique d’après les conclusions des scientifiques de la fondation PACANUM, un fond de recherche guatémaltèque, à l’origine de ces recherches.

Cependant, même avec les résultats permis par ces moyens technologiques, l’équipe de chercheurs a prévu de se rendre prochainement sur place pour des fouilles approfondies plus traditionnelles. Il doivent s’assurer que ce qui est représenté dans les images LiDAR correspond une réalité sur le terrain.

Les résultats définitifs de l’enquête doivent être rendus publics dans un documentaire intitulé « Les mystères de la dynastie des serpents Mayas » diffusé dans les semaines à venir sur National Géographic. Avec, peut-être, d’autres révélations surprises.

Source : L’Express

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.