Les mystérieux requins en Bretagne désormais suivis à la trace par des scientifiques

Une association étudiant le mystérieux requin pèlerin a posé quatre balises sur trois individus.

Mari B, Fanch et Bazil. Ces trois beaux bébés mesurent entre six et huit mètres. Début mai, ces requins pèlerins ont été aperçus au large des côtes du Finistère où ils ont l’habitude de se reposer avant l’été. Des scientifiques ont profité du passage des trois géants pour leur poser quatre balises (Mari B en a reçu deux différentes). Méconnue, l’espèce sera désormais suivie à la trace grâce à des émetteurs satellite.

Posées par l’Association pour l’étude et la conservation des sélaciens (Apecs), ces balises émettront un signal à chaque fois que les trois requins remonteront à la surface. Un outil précieux pour apprendre à connaître ce mystérieux poisson, le deuxième plus gros du monde. « On ne connaît pas la taille de la population, on ne sait pas où ils se reproduisent. C’est un animal qui reste secret », expliquait Alexandra Rohr, chargée de mission à l’Apecs, lors du lancement de la campagne de recensement fin avril.

Requin pélerin Fanch

Fanch, un requin pèlerin observé en mai 2018 au large des côtes du Finistère par l’association Apecs (Source : Apecs).

L’an passé, l’association brestoise avait déjà pu suivre le parcours d’Anna, une femelle équipée d’une balise. Repéré au large des Glénan, l’animal était remonté jusqu’au nord de l’Ecosse avant de faire route vers le sud et de nager jusqu’aux côtes de la Mauritanie soit un périple de plus de 4.000 km. Jamais un requin pèlerin n’avait été observé à une telle latitude.

Inoffensif pour l’homme, le requin pèlerin est un géant des mers. Pouvant mesurer jusqu’à douze mètres, il ne se nourrit que de plancton et de copépodes (petites crevettes). Cinquante à 250 observations sont enregistrées chaque année au large des côtes bretonnes. Les plaisanciers ou plongeurs croisant la route du mystérieux poisson sont invités à contacter l’Apecs pour leur signaler.

Source : 20 Minutes

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin/Biodiversité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.