L’ONU veut intensifier la lutte contre la pollution plastique qui ravage les océans

La présidente de l’Assemblée générale des Nations unies, l’Equatorienne Maria Fernanda Espinosa, a annoncé mardi 4 décembre 2018 sa volonté d’intensifier la lutte mondiale contre la pollution des plastiques qui contaminent les corps humains partout sur la planète.

« 80% des plastiques finissent dans les océans. Cela représente entre 8 et 12 millions de tonnes chaque année », a déclaré la présidente lors d’une conférence de presse tenue avec le Premier ministre d’Antigua-et-Barbuda, Gaston Browne, actif contre ce fléau. « D’ici 2050, il y aura plus de plastique dans les mers que de poissons, a-t-elle mis en garde.

Des micro-plastiques sont désormais trouvés dans le sel et dans l’eau et à cause de cela chaque personne sur la planète est présumée avoir du plastique dans son corps » a précisé Maria Fernanda Espinosa. En octobre 2018, une étude avait en effet montré que les micro-plastiques étaient omniprésents dans la chaîne alimentaire humaine, leur présence ayant été détectée dans les selles de personnes habitant en Europe, en Russie et au Japon.

Déchets plastiques océans Lire la suite

Publicités

Si le réchauffement climatique se poursuit, voilà ce à quoi les océans pourraient finir par ressembler

La mer Baltique nous offre un aperçu de ce que pourraient devenir les océans dans quelques années. Touchée sévèrement par le réchauffement climatique, elle est devenue une sorte de laboratoire d’observation pour les chercheurs.

La mer Baltique est comme un terrain expérimental pour les chercheurs. Touchée sévèrement par les conséquences du réchauffement climatique, elle offre un aperçu de la situation qui pourrait attendre les océans d’ici quelques années. Or, l’affaiblissement et la disparition de sa vie marine n’ont rien de rassurant.

Dans les années 1990, la population de harengs s’est retrouvée réduite à un tiers de ses effectifs, tandis que la morue se fait toujours plus chétive. « On aurait dit qu’ils étaient affamés », commente l’écologiste Jan Dierking à propos des poissons de la mer Baltique. Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls à pâtir de la situation : des étoiles de mer et d’autres maillons fragiles de la faune marine ont en effet gravement souffert ces dernières années.

Mer baltique

Mer baltique

Lire la suite

Nouvelle-Calédonie : l’alerte au tsunami levée après un violent séisme

L’alerte au tsunami lancée à la suite d’un puissant séisme mercredi 5 décembre 2018 a été levée par les autorités.

L’alerte est tombée vers 1h du matin (heure de Guadeloupe) sur le compte twitter la préfecture de Wallis et Futuna, le 5 décembre 2018. Le message « Alerte tsunami sur l’ensemble de la Calédonie. Ordre d’évacuation immédiat des populations vers les zones refuges et application des consignes de sécurité » a sonné l’alarme.

L’alerte avait été lancée par le Centre d’alerte au tsunami du Pacifique à la suite d’un séisme d’une magnitude estimée à 7,7 que la sécurité civile néo-calédonienne a enregistré à 15h18 heure locale (04h18 GMT). Son épicentre a été localisé au sud-est des îles Loyauté, à 160 km de Maré, à une profondeur de 10 km. La protection civile néo-calédonienne avait alors appelé à l’évacuation des populations vivant sur 300 mètres de bande côtière sur la côte Est de la Grande île (la principale île de l’archipel français) ainsi que sur l’île des Pins et sur les îles Loyauté.

Alerte Tsunami Nouvelle-Calédonie 05/12/2018

Communiqué d’alerte au tsunami en Nouvelle-Calédonie le 5 décembre 2018.

Lire la suite

Inédit : les premiers instants de l’explosion d’une supernova

Dans une galaxie lointaine, une supernova explose. La scène se passe il y a environ 170 millions d’années. Et sur terre, un arsenal de télescopes ultra-sensibles surprend le phénomène. En même temps que Kepler, depuis l’espace. De quoi saisir les premiers instants de l’explosion d’une supernova avec plus de détails que jamais.

Le 4 février 2018, l’All-Sky Automated Survey for Supernovae (ASAS-SN) a détecté dans le ciel, de la lumière émanant d’une supernova de type Ia. Une supernova baptisée SN 2018oh ou encore ASASSN-18bt. Ces télescopes au sol ont rapporté des informations relatives aux changements de couleur et à la composition atomique de cette supernova. Des informations enrichies par une observation du télescope spatial Kepler et sa grande sensibilité aux variations de lumière.

« Grâce aux données combinées de ces télescopes, les astronomes ont réalisé ce qu’ils espéraient : une observation sans précédent des premiers instants de l’explosion d’une supernova », s’enthousiasme le docteur Tucker, de l’Australian National University (Australie). Et cette observation leur a réservé une belle surprise.

Explosion supernova

Cette supernova observée à 170 millions d’années-lumière fera-t-elle la lumière sur ce phénomène encore mal compris par les astronomes ? (Source : Carnegie Science)

Lire la suite