Stockage d’énergie : l’invention géniale d’une startup suisse

Oubliez les barrages et les batteries géantes ! La startup suisse Energy Vault a imaginé un moyen étonnant pour stocker l’énergie renouvelable : empiler des blocs de béton comme dans un Lego géant. Une solution low cost et très efficace.

Imaginez un barrage hydraulique servant à stocker l’énergie, mais où l’eau aurait été remplacée par d’énormes blocs de béton de 35 m3 qui s’empilent les uns sur les autres comme des Legos, montés et descendus dans un étrange ballet de grues. Voilà l’idée un peu loufoque de la startup suisse Energy Vault, qui vient de conclure début novembre son premier contrat commercial avec le géant indien Tata. En 2019, ce dernier sera ainsi équipé d’une unité de stockage low cost capable d’injecter de l’électricité sur le réseau en moins de 3 secondes.

Comment ça marche ? Lorsque l’électricité est excédentaire, une grue à six branches monte les blocs de béton en haut de la tour, jusqu’à une hauteur de 120 mètres : l’énergie cinétique est transformée en énergie potentielle. En cas de besoin, les blocs sont redescendus par les grues, alimentant une turbine grâce à l’énergie cinétique restituée. Le tout géré par un algorithme spécialement développé par la startup, qui calcule en temps réel où doit être placé le bloc et le stockage nécessaire en fonction de multiples paramètres, comme les prévisions de demande, les prix de l’électricité ou la météo qui influe sur la production des autres énergies renouvelables.

Stockage énergie béton

Une technologie de stockage low cost : aucun matériau coûteux comme le lithium ou le platine, mais de simples blocs de béton issus de la récupération de déchets de construction (Source : Energy Vault).

Lire la suite

Publicités

Un vaccin contre le chikungunya bientôt sur le marché ?

Le chikungunya est cette maladie infectieuse ayant connu un grand développement à l’échelle mondiale dans les dix dernières années. Elle pourrait bien être vaincue grâce à un vaccin dérivé de celui de la rougeole. L’équipe qui l’a développé se montre confiante dans ce médicament qui achève sa seconde phase d’essais cliniques.

Le développement de vaccins contre les maladies infectieuses émergeantes est un défi de la santé publique mondiale. Une équipe de chercheurs du MedUni Vienne, en coopération avec l’Institut Pasteur à Paris, le Walter Reed Army Institute aux Etats-Unis et la compagnie viennoise Themis Bioscience GmbH est en train d’évaluer un vaccin contre le virus du chikungunya, une maladie transmise par les moustiques. A l’issue de la deuxième phase de tests cliniques, l’équipe, dirigée par Bernd Jilma, a publié dans la revue The Lancet infectious diseases un article qui annonce des résultats très satisfaisants.

Les symptômes de l’infection par le virus du chikungunya incluent une forte fièvre, une faiblesse musculaire et des douleurs articulaires, auxquels peuvent s’ajouter des maux de tête, des conjonctivites et de la fatigue chronique. Ces symptômes régressent en général spontanément en une à deux semaines, mais peuvent parfois se prolonger sur des mois, voire des années. Et il arrive qu’il y ait des complications graves chez les personnes âgées ou immunodéprimées. La maladie peut alors être mortelle. Il n’existe actuellement aucun antiviral contre le chikungunya. Les traitements utilisés, des anti-inflammatoires non-stéroïdiens, traitent seulement les symptômes.

Aedes aegypti

Aedes aegypti

Lire la suite

New Horizons : premières images détaillées d’Ultima Thulé, l’objet le plus lointain jamais exploré

Voici à quoi ressemble 2014 MU69, surnommé Ultima Thulé. Un bonhomme de neige ! Trois ans après avoir révélé au monde le visage de Pluton, la sonde New Horizons marque à nouveau l’Histoire en approchant et photographiant un fossile de la formation du Système solaire, circulant dans la ceinture de Kuiper, à plus de 6,6 milliards de kilomètres. C’est le monde le plus éloigné jamais visité par un vaisseau terrestre.

L’équipe de New Horizons continue de nous faire rêver en nous faisant découvrir progressivement Ultima Thulé, au fur et à mesure que les données collectées par la sonde arrivent. Hier soir, mercredi 2 janvier, soit quelques heures seulement après le passage du vaisseau à 3.500 kilomètres du centre de l’objet de la ceinture de Kuiper, Alan Stern et ses collègues nous ont régalés en dévoilant les premières images détaillées de l’astéroïde.

Maintenant, il est clair qu’Ultima Thulé, de son vrai nom 2014 MU69, n’est pas double. Il s’agit en réalité d’un binaire par contact. (Un peu comme la comète Tchouri suivie durant deux ans par la sonde Rosetta.) Alors que sur les images du 31 décembre (voir article plus bas), on imaginait volontiers une quille de bowling ou une cacahuète, il est difficile à présent de ne pas voir un bonhomme de neige dans cet assemblage de corps glacés. On pense aussi au robot BB-8.

Ultima Thulé  01/01/2019

2014 MU69 alias Ultima Thulé photographié à 28.000 kilomètres de distance, le premier janvier, une demi-heure avant le passage de New Horizons au plus près de l’objet de la ceinture de Kuiper. Sa période de rotation est estimée à 15 heures. (Source : NASA/SwRI/JHUAPL)

Lire la suite

Des milliers de touristes fuient les îles de Thaïlande avant la tempête Pabuk

Des dizaines de milliers de touristes ont fui certaines des îles les plus populaires de Thaïlande à l’approche de la tempête tropicale Pabuk qui devrait provoquer vendredi dans le sud du royaume de fortes pluies, des vents violents et des vagues de plusieurs mètres.

Même si aucun ordre officiel d’évacuation n’a été donné, les vacanciers, très nombreux pendant les fêtes de fin d’année, ont commencé à évacuer mercredi alors que la tempête devrait notamment frapper vendredi après-midi les îles très touristiques de Koh Samui, Koh Phangnan et Koh Tao, situées dans le golfe de Thaïlande. « Entre 30.000 et 50.000 personnes sont parties depuis les fêtes du 31 décembre », a déclaré à l’AFP Krikkrai Songthanee, chef du district de Koh Phangnan. Le maire suppléant de Koh Tao, l’un des meilleurs sites de plongée d’Asie du Sud-Est, a pour sa part indiqué que les bateaux à destination de Chumpon, sur le continent, étaient remplis de touristes, même si plusieurs milliers d’entre eux ont décidé de rester.

À Koh Samui, un ressortissant russe de 56 ans, parti nager avec sa famille malgré les drapeaux rouges interdisant la baignade, s’est noyé, emporté par le courant, a indiqué le capitaine de police Boonnam Srinarat. Les autorités locales ont annoncé la mise en place d’abris pour ceux qui décideraient de rester alors que de nombreux touristes n’ont pu trouver un vol. Bangkok Airways, qui détient un quasi-monopole sur la liaison aérienne avec l’île, a annulé tous ses vols à destination de Samui vendredi.

Tempête Pabuk Thaïlande Lire la suite

Avec Chang’e 4, la Chine réussit le premier alunissage sur la face cachée de la Lune

La Chine vient de réussir le premier alunissage sur la face cachée de la Lune. Tôt ce matin, le rover de la mission Chang’e 4 s’est posé dans le cratère Von Kármán. Un exploit technique qui ouvre un nouveau chapitre de l’exploration robotique de la Lune, prélude aux premières missions habitées qui devraient débarquer d’ici la fin de la prochaine décennie. En attendant, en 2019, la Chine lancera un autre rover qui aura pour tâche de rapporter sur Terre deux kilogrammes de roche lunaire.

Cinq ans après le rover Yutu de la mission Chang’e 3, posé sur la face visible de la Lune en décembre 2013, la Chine a de nouveau réussi à poser un rover. Mais cette fois-ci la mission s’est posée sur la face cachée de la Lune. Un exploit inédit dans l’histoire de l’exploration de notre satellite, car ni les États-Unis ni la Russie et encore moins l’Europe ont exploré depuis le sol cette partie méconnue de la Lune. Certes, des sondes en orbite autour de la Lune l’ont survolée, ce qui a permis de tracer de nombreuses cartes, mais la Chine est le premier pays à réussir un alunissage sur la face cachée.

Le rover de la mission Chang’e 4, qui avait quitté la Terre le 8 décembre, s’est posé sans encombre à 10 h 26, heure de Pékin, a indiqué l’Administration spatiale nationale chinoise dans un communiqué de presse. Il a atterri dans le cratère Von Kármán à 177,6 degrés de longitude est et à 45,5 degrés de latitude sud. Large de 186 kilomètres, ce cratère est situé dans le bassin Aitken, un ancien cratère d’impact d’une largeur de 2.500 kilomètres et d’une profondeur de 12 kilomètres.

Face cachée Lune

La face cachée de la Lune vue depuis la sonde LRO de la NASA (Source : NASA/LRO Science Team).

Lire la suite