La météorite qui a exterminé les dinosaures aurait engendré une vague de 1,5 km de haut !

L’impact qui a exterminé les dinosaures il y a 66 millions d’années aurait créé un gigantesque tsunami puis une série de vagues immenses touchant la totalité des océans.

Des ondes de choc et des tremblements de terre, de gigantesques incendies, des éruptions exceptionnelles ainsi qu’un épais nuage de suies et de poussières obscurcissant le ciel et bloquant les rayons du Soleil pendant des années… Le météorite de Chicxulub, qui s’est écrasé sur Terre il y a 66 millions d’années dans l’actuelle péninsule du Yucatan, au sud-est du Mexique, a engendré des conditions dantesques provoquant l’extinction de 50 à 75% des espèces vivantes, dont les dinosaures non aviaires.

Ce qu’on ne savait pas, en revanche, ce que cet impact aurait provoqué un incroyable tsunami avec une première vague avoisinant… 1,5 kilomètre de haut !  » A notre connaissance, nous sommes les premiers à avoir modélisé le tsunami de façon globale, depuis l’impact jusqu’aux dernières ondes qui se sont propagées « , a précisé Molly Range, chercheuse à l’université du Michigan (Etats-Unis).

Météorite géante extinction dinosaures

Vue d’artiste de l’impact survenu il y a 65 millions d’années ayant causé le cratère de Chicxulub et sans doute provoqué l’extinction des dinosaures (Source : Cambridge Press).

Avec ses collègues de l’université Princeton, de l’université Brown et du Massachusetts Institute of Technology, elle a présenté ses travaux lors de la dernière réunion annuelle de l’Union américaine de géophysique à Washington, qui seront bientôt publiés dans une revue scientifique. Un premier modèle s’est attaché à reproduire ce qu’il s’est passé lors des dix premières minutes en fonction de la topographie du lieu d’impact et de la croûte océanique telles qu’elles devaient se présenter à la fin du Crétacé.

Lorsque la météorite de 14 km de diamètre (soit un peu moins que la taille de Paris !) a percuté les eaux côtières peu profondes, elle a créé un cratère de plus d’un kilomètre de profondeur. Le souffle a été si puissant que ce dernier été complètement asséché pendant quelques instants. Mais l’eau s’est précipitée ensuite à l’intérieur du cratère, avant d’en ressortir sous la forme d’une colossale  » vague d’effondrement « .

Un second modèle a permis de simuler les effets à plus long terme. Il montre que de nouvelles séries de vagues allant jusqu’à 100 mètres de hauteur et se propageant à la vitesse de 140 km/h ont déferlé dans le Golfe du Mexique. Mais en passant notamment par la bande de terre qui sépare l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud, la houle atteint en moins de 24 heures tous les océans de la planète, déplaçant d’immenses quantités de sédiments et provoquant des phénomènes d’érosion ainsi que des murs d’eau de quelques mètres à plusieurs dizaines de mètres dans l’Atlantique Nord ou le Pacifique Sud.

Selon les calculs des chercheurs, ce tsunami aurait véhiculé, pendant les sept premières heures suivant l’impact, jusqu’à 29.000 fois plus d’énergie que celui qui a ravagé l’Indonésie en 2004, occasionnant alors près de 230.000 morts.

Source : Sciences & Avenir

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les pages Risques majeurs et Astronomie/Physique.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.