Le virus de la banane éradiqué grâce aux ciseaux génétiques

Un virus qui se cachait dans de nombreuses bananes cultivées en Afrique a été détruit en modifiant de l’ADN. Et les perspectives de cette technologie sont encore plus vastes.

Des chercheurs ont trouvé un moyen d’éradiquer le virus de la banane en modifiant le génome du fruit. Ce virus, qui provoquait des stries sur les feuilles des bananiers avant de les pousser à mourir, les cultivateurs perdant ainsi une source de revenus importante.

Le virus était non seulement transmis de plante à plante par les insectes, mais il faisait mieux que ça : il intégrait le génome des bananiers qu’il infectait. En Afrique de l’ouest, la majorité des bananes, même celles destinées à la consommation, renferme le virus.

Si celui-ci est dormant la plupart du temps, il se réveille une fois que les plantes sont soumises à des chaleurs extrêmes ou à la sécheresse. Et peut causer la destruction de plantations entières, sans que les producteurs ne puissent rien y faire.

Bananes Lire la suite

Publicités

Antarctique : une cavité géante se creuse dans un glacier

Une gigantesque cavité se développant au fond du glacier Thwaites dans l’Antarctique a été découverte par la NASA. Si celui-ci continue de grandir, le niveau des eaux augmentera dangereusement.

Le glacier de Thwaites est l’un des plus vastes d’Antarctique occidental et c’est aussi l’un des plus étudiés par les scientifiques qui redoutent son effondrement proche, au cours de ce siècle. Les dernières données le concernant n’incitent pas à l’optimisme.

Le Thwaites est grand comme la Floride et il est surveillé depuis le ciel par les satellites d’observation braqués sur la Terre. Depuis 2010, dans le cadre de l’opération IceBridge, la NASA étudie aussi l’Antarctique et le Groenland avec un radar embarqué dans un avion. C’est ce dernier qui a repéré sous ce glacier une immense cavité longue de 10 kilomètres sur quatre de large et de 350 mètres de hauteur. Elle se forme entre le substrat rocheux sur lequel repose le glacier et les premières glaces au-dessus. Dans cette cavité, l’eau de mer pénètre et grignote la glace à un rythme effréné puisque selon une nouvelle étude publiée dans la revue Science Advances qui est basée sur les résultats de la campagne IceBridge, l’équivalent de 14 milliards de tonnes de glace a disparu en l’espace de trois ans !

Glacier de Thwaites en Antarctique

Le glacier de Thwaites est situé en Antarctique de l’ouest (Source : NASA/OIB/Jeremy Harbeck).

Lire la suite

Les astronomes dévoilent les entrailles invisibles des galaxies

Les astronomes du projet Phangs ont réussi à cartographier l’hydrogène gazeux qui alimentera potentiellement la formation de nouvelles étoiles dans 74 galaxies proches.

Les galaxies sont les unités structurelles de base de l’univers. Des îlots de matière perdus dans un vide incommensurable. Quelques milliers de milliards de grumeaux qui errent au milieu d’un gigantesque rien. En schématisant grossièrement, les galaxies sont formées de trois choses: des étoiles (100 milliards dans notre Voie lactée par exemple), une mystérieuse «matière noire» dont on ne sait rien mais qui semble assurer leur cohésion, et de grandes quantités d’hydrogène qui alimentera la formation de nouvelles étoiles.

L’un des enjeux fondamentaux de la recherche est actuellement de comprendre quand et comment une partie de cet hydrogène (environ 1%) s’effondre sur lui-même pour donner naissance à de nouvelles étoiles. C’est un paramètre clé pour comprendre l’évolution, passée et future, des galaxies, mais aussi leur apparence actuelle. «Les petites galaxies produisent des étoiles de manière plus efficace que les grandes, par exemple, mais on ne comprend pas bien pourquoi», explique Jérôme Pety, spécialiste de la formation des étoiles à l’Institut de radioastronomie millimétrique, à Grenoble.

C’est dans ce cadre qu’un grand projet international, baptisé PHANGS, a émergé ces dernières années. Son objectif: observer des galaxies proches avec trois instruments différents afin d’isoler trois étapes clés du processus de formation des étoiles que l’on pourrait grossièrement résumer comme étant l’avant, le pendant et l’après.

Projet Phangs galaxies

Les cherhceurs ont identifié 100.000 nuages smoléculaires d’hydrogène dans 74 galaxies différentes (Source : ESO/NAOJ/NRAO/NRAO/AUI/NSF/B. Saxton).

Lire la suite