Les insectes, un déclin mondial sans précédent

Près de la moitié des espèces d’insectes, essentiels aux écosystèmes comme aux économies, sont en déclin rapide dans le monde entier, alerte une étude qui met en garde contre un « effondrement catastrophique » des milieux naturels.

« La conclusion est claire : à moins que nous ne changions nos façons de produire nos aliments, les insectes auront pris le chemin de l’extinction en quelques décennies », soulignent les auteurs de ce bilan « effrayant », synthèse de 73 études, qui pointe en particulier le rôle de l’agriculture intensive. Aujourd’hui, environ un tiers des espèces sont menacées d’extinction « et chaque année, environ 1% supplémentaire s’ajoute à la liste », ont calculé Francisco Sanchez-Bayo et Kris Wyckhuys, des universités de Sydney et du Queensland. Ce qui équivaut, notent-ils, « au plus massif épisode d’extinction » depuis la disparition des dinosaures.

« La proportion d’espèces d’insectes en déclin (41%) est deux fois plus élevée que celle des vertébrés et le rythme d’extinction des espèces locales (10%) huit fois plus, » soulignent-ils. Quand on parle de perte de biodiversité, le sort des grands animaux capte souvent l’attention. Or les insectes sont « d’une importance vitale pour les écosystèmes planétaires » : « un tel événement ne peut pas être ignoré et devrait pousser à agir pour éviter un effondrement qui serait catastrophique des écosystèmes naturels », insistent les scientifiques dans ces conclusions à paraître dans la revue Biological Conservation.

Insecte Lire la suite

Publicités

Diabète : une pilule d’insuline pour remplacer les injections

Des chercheurs américains ont inventé une pilule qui pourrait remplacer les injections d’insuline chez des patients diabétiques. Testé sur des cochons, ce médicament a fourni de l’insuline en quantités suffisantes pour réduire la glycémie des malades.

Lorsqu’il est question de prendre un médicament, la voie orale apparaît souvent comme le moyen le plus simple. Mais certaines molécules ne survivent pas au passage dans l’estomac et le tube digestif. C’est le cas de l’insuline et de nombreux autres médicaments qui sont donc injectés dans la circulation sanguine. Pour les diabétiques qui se font des injections tous les jours, un médicament oral faciliterait leur traitement et améliorerait leur quotidien.

Dans cette étude parue dans Science, des chercheurs du MIT, du Brigham and Women’s Hospital, de Harvard et de l’entreprise Novo Nordisk, ont créé une capsule qui pourrait changer la vie de ces patients. Pour éviter que l’insuline soit libérée dans l’estomac où elle risque d’être dégradée par les acides gastriques, les auteurs ont imaginé une capsule avec une aiguille.

La pointe de l’aiguille est formée d’insuline lyophilisée et comprimée, grâce à un processus déjà utilisé pour d’autres médicaments. Un communiqué du MIT explique le fonctionnement de cette pilule révolutionnaire : « Dans la capsule, l’aiguille est fixée à un ressort comprimé maintenu en place par un disque en sucre. Lorsque la capsule est avalée, l’eau dans l’estomac dissout le disque de sucre, libère le ressort et injecte l’aiguille dans la paroi de l’estomac. »

Capsules insuline

Des chercheurs américains ont développé une capsule qui peut délivrer de l’insuline (Source : Felice Frankel).

Lire la suite

Surprise, l’astéroïde Ultima Thulé est plat comme une crêpe

Le plus lointain objet visité par l’homme, bien au-delà de Pluton, se dévoile peu à peu à mesure que les images du survol réalisé dans la nuit du 31 janvier nous parviennent.

Fini le bonhomme de neige. Les équipes de la sonde New Horizons de la NASA parlent désormais d’un grand lobe en forme de pancake (Ultima) et d’un petit en forme de noix cabossée (Thulé). C’est peut-être la plus grande surprise que réservait Ultima Thulé, le plus lointain astéroïde jamais visité par l’homme. Non seulement c’est un corps binaire composé de deux parties en contact (au même titre que la comète 67P visitée par Rosetta) mais il est surtout aplati comme une crêpe.

Les images du survol réalisé dans la nuit du 31 décembre dernier arrivent au compte-gouttes (il faudra encore un an et demi pour récolter l’intégralité des données récoltées en quelques heures). Une série de 14 clichés dévoilés vendredi dernier montre les derniers instants du survol, quand la sonde passe derrière l’astéroïde pour continuer sa route vers les confins du Système solaire. L’astéroïde ne présente alors qu’une fine surface illuminée par le Soleil.

Ultima Thulé

Il apparaît maintenant que le lobe le plus grand (Ultima) ressemble plutôt à une grosse crêpe moelleuse qu’à une sphère, tandis que le lobe le plus petit (Thule) ressemble à une noix bosselée (Source : NASA/JHU APL/SwRI).

Lire la suite

Un herbicide à base de sucre pour remplacer le glyphosate ?

L’herbicide le plus utilisé et le plus controversé au monde va peut-être se faire supplanter par un nouveau sucre. Ce dernier, 100 % naturel, utilise le même mode d’action pour inhiber la croissance des plantes et pourrait aussi servir comme agent antifongique et antibactérien.

Le glyphosate est l’un des désherbants les plus utilisés dans le monde : 825.000 tonnes ont été déversées sur les champs dans le monde en 2014, une multiplication par 12 en dix ans. Bon marché et facile à pulvériser, il est le premier herbicide total ayant permis de semer directement après usage, sans effet pour les cultures suivantes et sans avoir besoin de labourer le sol. Mais depuis quelques années, les soupçons s’accumulent autour de ce produit, accusé d’être « cancérogène probable » pour l’homme, toxique pour les organismes aquatiques ou les abeilles. Résultat, son interdiction est d’ores et déjà actée pour les particuliers et les espaces publics et le sera en principe en 2022 pour les agriculteurs. Seulement voilà : aucune alternative crédible n’avait jusque-là été trouvée.

Des chercheurs de l’université de Tübingen, en Allemagne, assurent aujourd’hui avoir découvert une nouvelle molécule de sucre inoffensive pour l’environnement et les animaux, mais avec la même efficacité que le glyphosate contre les mauvaises herbes et les micro-organismes nuisibles. Et pour cause, ce nouveau sucre utilise le même moyen d’action que l’herbicide controversé.

Synechococcus elongatus

La nouvelle molécule de sucre a été découverte dans une cyanobactérie, Synechococcus elongatus (Source : Université de Tübingen).

Lire la suite