Des scientifiques pensent avoir trouvé ce qui a causé la disparition des dinosaures !

Une nouvelle étude nous en apprend plus sur l’éruption massive qui aurait participé à l’extinction des dinosaures. Celle-ci serait survenue suite à l’impact d’une météorite à l’autre bout du globe.

Nous en savons désormais un peu plus sur les coulées de lave des trapps du Deccan – une province magmatique de l’Ouest de l’Inde –, l’un des coupables présumés de la disparition des dinosaures. De nouvelles données suggèrent que celles-ci seraient corrélées à l’impact de la météorite responsable de la disparition d’un grand nombre de créatures lors de la crise Crétacé-Tertiaire.

L’étude publiée dans la revue Science semble en effet renforcer l’hypothèse selon laquelle l’impact de la météorite dans la mer des Caraïbes aurait causé la réactivation de chambres magmatiques à l’autre bout de la Terre, en Inde, déclenchant des éruptions volcaniques massives. Jusqu’à présent, il avait difficile de dire dans quelles proportions ces deux événements avaient contribué à la disparition des dinosaures.

Trapps du Deccan

Les empilements de coulées basaltiques des trapps du Deccan en Inde.

Néanmoins, de nouvelles pièces ont désormais été ajoutées au puzzle. Après avoir étudié la géochronologie des trapps, les chercheurs suggèrent que les éruptions auraient eu lieu dans les dizaines de milliers d’années entourant l’impact, suggérant la simultanéité de ces deux événements, et offrant un nouveau regard sur la façon dont ceux-ci ont contribué au changement climatique.

« Maintenant que nous avons daté les coulées de lave des trapps du Deccan à des emplacements plus nombreux et variés, nous voyons que la transition semble la même partout. Je dirais, avec un degré de certitude relativement élevé, que les éruptions seraient survenues dans les 50.000, voire 30.000 ans, entourant l’impact, ce qui signifie qu’ils pourraient être synchrones en prenant en compte la marge d’erreur », déclare Paul Renne, auteur principal de l’étude.

Ces données se positionnent en opposition aux précédentes théories, postulant que 80% des éruptions des trapps du Deccan seraient survenues avant l’impact, contribuant massivement à refroidir la planète en émettant des gaz à effet de serre. Les résultats de Renne et de son équipe suggèrent quant à eux que trois quarts des coulées de lave auraient plutôt eu lieu après l’impact, et se seraient poursuivies durant un million d’années.

Source : Maxisciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Le volcanisme« , ainsi que la page Risques majeurs.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.