Exoplanètes : la Terre est loin d’être unique en son genre !

Des astronomes ont analysé les restes désintégrés d’exoplanètes lointaines consumées par leurs étoiles. Ils en concluent que notre Terre est loin d’être unique en son genre.

Vous voyez notre Planète comme une exception de la nature ? Vous vous trompez, affirment des astronomes de l’université de Californie à Los Angeles (Ucla – États-Unis). « Nous venons juste de faire exploser la probabilité selon laquelle de nombreuses exoplanètes rocheuses ressemblent à la Terre. Et il existe un très grand nombre d’exoplanètes rocheuses dans l’univers », déclare ainsi Edward Young, chercheur à l’Ucla.

Remarquez qu’il est très difficile de déterminer la composition des planètes extrasolaires. Les chercheurs de l’Ucla ont même été contraints d’inventer une méthode bien à eux, pour cela. Une méthode basée sur l’étude de l’atmosphère des naines blanches et qui leur a donné accès à la géochimie des roches que l’on peut trouver en dehors de notre Système solaire.

Terre pas unique

Après avoir englouti les planètes qui orbitaient autour d’elles, les naines blanches gardent la trace de leur composition (Source : Mark Garlick/Université de Californie).

Rappelons que les naines blanches sont des restes d’étoiles relativement modestes qui ont épuisé leur carburant nucléaire. Il s’agit d’objets incroyablement denses. On dit qu’une cuillère à café de leur matière ne pèse pas moins de 5 tonnes. Ils sont ainsi capables d’attirer à eux des éléments lourds. Et les astronomes y ont déjà trouvé du carbone, de l’oxygène, de l’azote ou même du silicium, du magnésium ou du carbone. « Observer une naine blanche, c’est comme faire l’autopsie de son contenu stomacal. On retrouve dans son atmosphère tout ce qu’elle a englouti de son système planétaire », explique Alexandra Doyle, chercheuse en géo- et en astrochimie.

Mais revenons un instant à notre Système solaire pour remarquer que les roches des planètes qui le composent apparaissent étrangement oxydées. On y note des niveaux d’oxygène jusqu’à 100.000 fois plus élevés que ceux que l’on peut trouver dans notre Soleil. « Nous nous demandions si cela pouvait être le cas ailleurs. Nos travaux apportent une réponse claire : oui », déclare Edward Young, lui aussi chercheur en géo- et en astrochimie.

En mesurant l’abondance de fer oxydé dans les roches tombées dans les naines blanches qu’ils étudiaient, les astronomes ont en effet pu montrer que ces roches présentaient des propriétés chimiques similaires à celle que l’on rencontre sur Terre. Et comme selon les chercheurs, le phénomène d’oxydation influe notamment sur la composition de l’atmosphère, du noyau et des roches d’une planète, ces résultats suggèrent que les chances de rencontrer des exoplanètes rocheuses semblables à la Terre sont grandes.

« Nous pensons avoir prouvé l’existence d’exoplanètes similaires à la Terre ou à Mars. Mais dans nos résultats se cachent peut-être aussi des preuves de mondes ressemblant à Mercure », rapporte par ailleurs Alexandra Doyle. Une information que les astronomes pourront vérifier en analysant de la sorte d’autres naines blanches.

Source : Futura-Sciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, les expositions « Promenade spatiale au fil des ondes » et « La recherche de la vie dans l’Univers« , ainsi que la page Astronomie/Physique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.