La Grande Barrière de Corail va de plus en plus mal

Ce n’est pas une surprise, la Grande Barrière de Corail située au large de l’Australie souffre particulièrement du réchauffement climatique. À tel point que le dernier rapport du gouvernement australien est très pessimiste sur son avenir. Menacée par l’Homme et les conséquences de ces bouleversements, l’Australie propose un plan d’action pour sauver cet écosystème unique.

Malgré les efforts financiers et politiques mis en place par le gouvernement australien, la Grande Barrière de Corail a terriblement souffert ces dernières années. En 2016 et en 2017, un phénomène de blanchiment sans précédent a touché presque l’entièreté de cet écosystème exceptionnel.

Selon le rapport du gouvernement australien sur l’avenir de la Grande Barrière de Corail de 2019, le réchauffement climatique est la première menace qui pèse sur les récifs coralliens, en Australie et dans le monde. Les perspectives d’avenir pour celle qui est considérée comme l’une des merveilles du monde sont bien sombres. Les experts du rapport affirment qu’elles sont passées de « mauvaises » à « très mauvaises ».

Corail blanchi Grande Barrière de corail

Un corail de l’espèce Acoropora sp blanchi dans la Grande Barrière de Corail.

2016 et 2017 furent deux années tragiques pour la Grande Barrière de Corail. Six cyclones tropicaux ont provoqué des inondations sur le continent. Des eaux insalubres ont altéré le fragile équilibre dans lequel évoluent les récifs coralliens. De plus, une espèce particulièrement vorace d’étoile de mer, appelée « couronne d’épines », se nourrissant de corail a envahi les côtes australiennes.

Grande Barrière de Corail blanchiment 2016 & 2017

Les deux-tiers de la Grande Barrière de Corail ont été touchés lors des épisodes de blanchiment de 2016 et 2017 (Source : ARC Centre of Excellence for Coral Reef Studies).

D’autres menaces, cette fois-ci directement liées à l’activité humaine, ont été identifiées par les experts à l’origine du rapport. Ils sont particulièrement inquiets par la contamination des cours d’eau qui se jettent in fine dans l’océan, mais aussi par le développement urbain des côtes et de la pêche illégale dans la zone de la Grande Barrière de Corail.

Etoile de mer dévoreuse de coraux

L’étoile de mer « couronne d’épine » se nourrit de coraux (Source : Marine Geology/AFP).

Pour endiguer le blanchiment des coraux et, à terme, leur disparition pure et simple, l’Australie prévoit plusieurs mesures. La première consiste à améliorer la qualité de l’eau dans laquelle les coraux vivent. Pour cela, le pays a débloqué 600 millions de dollars et travaille avec les exploitants agricoles. Le but est de réduire le ruissellement des eaux de rivières polluées jusqu’à la mer, mais aussi de limiter l’érosion des terres dans les bassins côtiers. La qualité de l’eau sera contrôlée tous les ans pour déterminer l’efficacité des mesures.

Source : Futura-Sciences

Vous pouvez consulter, sur le site d’Archipel des Sciences, l’exposition « Espèces en danger de la mer des Caraïbes« , ainsi que la page Milieu marin/Biodiversité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.