La sonde Parker Solar Probe bouleverse l’énigme de la couronne solaire

Parker Solar Probe, la sonde spatiale chargée de percer les mystères du Soleil, a effectué trois des 24 passages planifiés dans des parties de l’atmosphère solaire jamais encore explorées. Le 4 décembre 2019, quatre articles dans la revue Nature décrivent ce que les scientifiques ont appris et les surprises sont au rendez-vous.

Les physiciens solaires analysant les résultats de la mission Parker Solar Probe (certains sont Français et membres du CNRS), la première mission spatiale à pénétrer littéralement dans l’atmosphère solaire lancée avec succès le 12 août 2018 à partir de Cap Canaveral, viennent de publier dans Nature leurs conclusions au sujet des premières données collectées par la sonde de la NASA. Rappelons que les deux objectifs principaux de cette mission sont de mieux comprendre l’énigme du chauffage de la couronne solaire et de percer les secrets de la production du vent solaire pour la constitution d’une météorologie spatiale fiable.

Pour comprendre en quoi consiste l’énigme du chauffage de la couronne solaire, imaginez quelle serait votre stupéfaction si vous découvriez subitement qu’il est possible de faire bouillir de l’eau en posant une casserole sur un bloc de glace ! La température de surface du Soleil est d’environ 6.000 kelvins mais celle de la couronne – la partie principale de son atmosphère qui s’étend sur des millions de kilomètres – dépasse, elle, le million de degrés. Le fait est connu depuis plus de 70 ans et l’idée est même venue qu’il s’agissait peut-être d’une violation du second principe de la thermodynamique, lequel veut que la chaleur se propage toujours spontanément d’un corps chaud à un corps froid. C’est difficile à croire tellement ce principe est un des piliers de la physique, sauf, éventuellement, dans le nanomonde.

Il existait pourtant des solutions possibles bien moins révolutionnaires comme ont commencé à le comprendre de grands astrophysiciens comme Evry Schatzman dès les années 1940. Des ondes s’élevant de la surface du Soleil peuvent chauffer la couronne. Parmi les candidats très tôt proposés figuraient les ondes d’Alfvén, découvertes par le prix Nobel de physique suédois Hannes Alfvén en couplant les équations de Maxwell de l’électromagnétisme avec les équations de Navier-Stokes de l’hydrodynamique. Ces dernières décennies, on a annoncé à plusieurs reprises que des percées importantes avaient été accomplies pour résoudre l’énigme de la couronne mais il reste encore du travail pour être sûr que l’on comprend vraiment ce qui se passe. La prudence s’impose en effet car l’on sait que l’Univers est souvent surprenant, déjouant les théories qui semblaient trop plausibles pour ne pas être vraies.

Sonde Parker Solar Probe

Vue d’artiste de la sonde Parker Solar Probe, qui frôlera le Soleil en 2025 (Source : NASA/Johns Hopkins University) .

Lire la suite

Abeilles : la justice interdit la vente en France de 2 pesticides

La justice française vient d’interdire deux pesticides qui présentent un risque pour les abeilles. Ils avaient été contestés dès leur mise sur le marché.

La vente de deux pesticides du fabricant américain Dow AgroSciences, filiale de Dow Chemical, accusés de présenter un risque pour les abeilles a été interdite par un jugement notifié mercredi 4 décembre 2019 du tribunal administratif de Nice. Il avait été saisi en 2017 par des défenseurs de l’environnement. « Le tribunal a estimé que le sulfoxaflor, qui entre dans la composition de ces pesticides et a pour effet d’agir sur le système nerveux central des insectes, était susceptible, en l’état des connaissances scientifiques, de présenter un risque de toxicité important pour les insectes pollinisateurs », selon un communiqué du tribunal.

Le tribunal administratif de Nice a fait valoir le principe de précaution pour justifier l’annulation de l’autorisation de mise sur le marché du Transform et du Closer accordée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) en septembre 2017. Selon Dow AgroSciences, ces deux produits sont déjà autorisés dans de nombreux pays. Leur autorisation de mise sur le marché en France avait été immédiatement contestée par deux associations écologistes, Agir pour l’environnement et Générations Futures, et par l’Union nationale de l’apiculture française.

Statuant en référé, le tribunal avait déjà suspendu la vente du Transform et du Closer en novembre 2017, une décision confirmée par le Conseil d’Etat trois mois plus tard. Les deux pesticides visés servent à traiter les cultures de grands champs et les fruits et légumes contre les pucerons grâce à une substance active, le sulfoxaflor, présentée par les associations comme « un néonicotinoïde de nouvelle génération » sur la base de diverses études scientifiques. Les néonicotinoïdes s’attaquent au système nerveux des insectes, désorientent les pollinisateurs, contribuant au déclin spectaculaire des colonies d’abeilles. Ils touchent aussi des invertébrés terrestres et aquatiques et persistent dans l’eau et les sols. Le fabricant Dow avait, lui, contesté en 2017 tout amalgame entre les néonicotinoïdes et le sulfoxaflor, présenté au contraire comme « plus respectueux de la biodiversité ».

Abeille Lire la suite