Une boule de matière noire constituée de darkinos pourrait se trouver au centre de la Voie lactée

Les modèles galactiques actuels avancent majoritairement l’hypothèse qu’au centre de chaque grande galaxie se trouve un trou noir supermassif. Et la Voie lactée ne ferait pas exception, avec un trou noir de plus de 4 millions de masses solaires. Toutefois, il se pourrait qu’il ne s’agisse en réalité pas d’un trou noir. Récemment, des physiciens ont proposé une autre hypothèse : il s’agirait d’une boule de matière noire aux contours flous constituée de darkinos.

Les astronomes pensent qu’au cœur de la Voie lactée, une zone connue sous le nom de Sagittarius A*, se trouve un trou noir supermassif. Bien sûr, ils ne peuvent pas voir le trou noir directement, car il n’émet aucune lumière par lui-même. Au lieu de cela, ils déduisent son existence en observant les mouvements d’un amas d’étoiles S. Les étoiles S orbitent autour d’un objet central caché et invisible, et en traçant leurs orbites au fil des ans, les astronomes peuvent déduire la masse et la taille de cet objet central.

Le candidat le plus probable pour cet objet central caché est un trou noir, avec une masse estimée à plus de 4 millions de fois celle du Soleil. Mais les étoiles S ne sont pas les seuls objets à évoluer dans le centre galactique. Des amas de gaz s’y cachent également, et un en particulier, baptisé G2, a attiré l’attention. Peu de temps après que les astronomes ont découvert le nuage il y a des décennies, ils ont réalisé que l’orbite de G2 le rapprocherait dangereusement du trou noir — suffisamment près pour que la gravité intense du trou noir déchire ce nuage de gaz.

Mais après le passage le plus proche de G2 du trou noir en 2014 — lorsqu’il est passé à seulement 260 UA du géant — le nuage est resté totalement intact. L’explication la plus plausible de la survie de G2 est qu’il est plus qu’un simple nuage de gaz. Une étoile ou deux pouvaient être cachées à l’intérieur du nuage, la gravité de cette étoile maintenant toute la structure intacte lors de son passage près du trou noir.

Boule matière noire centre Voie lactée
Une boule de matière noire constituée de darkinos pourrait se trouver au centre de la Voie lactée.
Lire la suite

Covid-19 : le syndrome inflammatoire laisse peu de traces à six mois chez les enfants

Le Covid-19 sévère prend la forme d’une inflammation généralisée chez les enfants. Des médecins anglais ont suivi pendant six mois de jeunes patients malades pour analyser l’évolution de leur état de santé. Si la maladie est intense, elle laisse peu de traces six mois après l’infection.

Lorsque le coronavirus infecte le corps humain, il provoque une réaction inflammatoire intense. Chez les enfants, l’inflammation peut se généraliser et causer tout un tas de dommages collatéraux. Cette forme grave du Covid-19, propre aux cas pédiatriques, est appelée PIM-TS ou MISC selon les études. Décrite il n’y a de ça que quelques mois, son évolution et ses séquelles potentielles ont été étudiées.

Une étude rétrospective, menée en Angleterre, a suivi 46 enfants atteints de ce syndrome inflammatoire généralisé pendant six mois. Justin Penner et ses collègues médecins du département pédiatrique du Great Ormond Street Hospital de Londres ont analysé l’évolution des symptômes et selon leurs résultats, ils disparaissent la plupart du temps au bout de six mois, bien que quelques dysfonctionnements mineurs persistent.

Covid-19 enfant
Est-ce une nouvelle maladie en lien avec le coronavirus ou bien une très rare, connue sous le nom de maladie de Kawasaki, qui se trouve aggravée par le Covid-19 ?
Lire la suite