Pourquoi le ciel se teinte d’orange en Bretagne ?

En Bretagne, le ciel s’est teinté de jaune et d’orange le 16 octobre 2017. C’est la faute de l’ouragan Ophelia, qui fait tournoyer des masses d’air provenant du Sahara, mais aussi de la péninsule ibérique, où brûlent d’importants feux de forêts.

Il n’y a, paraît-il, pas de fumée sans feu. Même lorsque les foyers d’incendie se situent à des centaines de kilomètres au sud ? C’est pourtant l’étonnant phénomène qui s’est produit en Bretagne, au matin du lundi 16 octobre 2017.

Les Bretons ont ainsi pu observer un ciel jaune-orangé paré de lueurs crépusculaires. L’explication météorologique tient en réalité à 2 phénomènes quasi-conjoints : la remontée de sable du Sahara, entraîné du sud au nord par l’ouragan Ophelia, lequel entraîne aussi dans son sillage… des aérosols produits par les redoutables incendies qui sévissent actuellement au Portugal et en Espagne !

Aérosols Europe 16/10/2017

Localisation des masses d’aérosols en mouvement le 16/10/2017 à 9h, vues par le satellite européen Copernicus.

Lire la suite

Publicités

La tempête tropicale Ophelia a fait deux morts en Irlande

L’Irlande a ordonné la fermeture de toutes les écoles lundi en prévision de l’arrivée de l’ouragan Ophelia, le plus important jamais enregistré aussi loin à l’est dans l’océan Atlantique.

L’ouragan Ophelia s’est transformé en tempête «post-tropicale» mais reste «puissant» lundi, à l’approche de l’Irlande et du Royaume-Uni, selon les dernières prévisions du Centre américain des ouragans (NHC). Ces deux pays pourraient subir «un impact direct provoqué par le vent et la forte pluie, mais aussi par des conditions maritimes dangereuses», a précisé le NHC, basé à Miami (Floride).

Alors que la tempête balaie les côtes sud du pays, l’Irlande doit faire face à ses premières pertes humaines. Lundi, une femme d’une cinquantaine d’années est morte à cause de la chute d’un arbre sur sa voiture. Selon RTE, la chaîne publique irlandaise, la conductrice était seule le véhicule et est décédée sur le coup. L’accident a eu lieu dans le comté de Waterford. Une septuagénaire a également été blessée dans le village d’Aglish, près du lieu de l’accident.

Les autorités ont également annoncé la mort d’un homme d’une trentaine d’années, qui a succombé aux blessures provoquées par la tronçonneuse qu’il utilisait pour dégager un arbre couché par la tempête, dans la ville de Cahir (sud).

Ophelia Irlande

Passage d’Ophelia sur l’Irlande (Source : NOAA)

Lire la suite

José, nouvel ouragan à l’horizon, « sans commune mesure » avec Irma

L’ouragan José se rapproche des Antilles, mais, « sans commune mesure avec Irma », il devrait éviter les terres, apportant toutefois des perturbations notamment sur Saint-Martin et Saint-Barthélemy, indique Météo France jeudi.

Situé à environ 1.400 km à l’est de l’arc antillais, José est actuellement classé en catégorie 1 (sur une échelle de 5). « Il va se rapprocher d’ici samedi et passera à quelques petites centaines de km au nord/nord-est de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, probablement en catégorie 2 samedi », indique le prévisionniste Etienne Kapikian.

« La nature du phénomène est la même que pour Irma mais en plus faible », explique-t-il, ajoutant qu’il n’est à ce stade « pas prévu » que « le coeur du système » passe sur une terre. En revanche, la « périphérie » de cet ouragan pourrait donner « des averses orageuses, une houle assez marquée » notamment pour ces îles dévastées par Irma, ajoute le spécialiste. « Ce ne sont pas des conditions idéales pour les opérations de secours. Mais c’est sans commune mesure, rien de comparable, avec Irma. »

IRMA & JOSE 07/09/2017 11h30

Image satellite montrant IRMA longeant l’île d’Hispaniola et JOSE à l’est de l’arc antillais (Source : Météo France).

Lire la suite

Ouragan IRMA : « A Saint-Barthélemy, on a été rayé de la carte »

Après le passage du cyclone de catégorie 5, des habitants des îles Saint-Martin et Saint-Barthélemy commencent à raconter leur isolement et leur détresse.

« Scène d’horreur », « cauchemar », « paysage apocalyptique ». Le passage de l’ouragan monstre IRMA, qui poursuit sa route dans les Caraïbes, a dévasté les îles Saint-Barthélemy et Saint-Martin, où les premiers habitants que des médias ont réussi à contacter font part, d’une même voix, de leur désarroi face au désastre.

Sur place, les communications restent très parcellaires et les aéroports sont quasi impraticables. Les photos sur les réseaux sociaux montrent des rues inondées ou très endommagées, des bateaux transformés en petits bois dans un port, des arbres balayés par les rafales de vent, des toitures envolées et parfois retrouvées sur la route, des voitures immergées sous des mètres d’eau ou renversées. Des paysages bien loin de l’île paradisiaque que connaissent les touristes.

Les premiers témoignages de détresse ont été relayés avant même le passage du cyclone, alors que les habitants étaient appelés à se barricader chez eux après que l’ouragan a été placé, dans la nuit de mercredi à jeudi, en vigilance violette, le plus haut niveau d’alerte météorologique. Un homme, confiné à son domicile avec sa famille à Saint-Martin, filme au petit matin l’arrivée progressive de l’ouragan, avant qu’un impact s’écrase sur son toit et que la panique se lise sur son visage. « On est mal », répète-t-il comme un leitmotiv sur cette vidéo diffusée par France 2.

Saint Martin 06/09/2017

Saint Martin le 6 septembre 2017 après le passage de l’ouragan IRMA.

Lire la suite

Passé en catégorie 5, l’ouragan IRMA est devenu « extrêmement dangereux »

Le deuxième ouragan majeur de la saison balaiera les Antilles entre mardi et mercredi soir. Les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélémy devraient être particulièrement touchées. À 8 heures, IRMA se trouvait à 440 kilomètres à l’est d’Antigua et affichait des vents de 280 km/h.

Les Antilles se préparent à l’arrivée de l’ouragan IRMA. La tempête tropicale s’est formée au large du Cap Vert la semaine dernière. Baptisé mercredi dernier, le phénomène cyclonique est ainsi devenu, jeudi, le deuxième ouragan majeur de la saison 2017. Ce mardi, IRMA a atteint la catégorie 5, un niveau supérieur à la tempête Harvey, qui a frappé le Texas et la Louisiane la semaine dernière.

Il est devenu « un ouragan extrêmement dangereux », a annoncé le Centre américain de surveillance des ouragans (NHC). Les préparatifs à l’arrivée de l’ouragan « doivent être accélérés et complétés dans la zone d’alerte de l’ouragan », insiste le NHC. À 8 heures, IRMA se trouvait à 440 kilomètres à l’est d’Antigua et affichait des vents de 280 km/h.

IRMA devrait se diriger vers le nord de Porto Rico, un territoire américain, à 7 heures mercredi (heure guadeloupéenne), provoquant dans son sillage une montée du niveau de la mer jusqu’à trois mètres au-dessus de la normale, jusqu’à 25 centimètres de précipitation et de « grandes vagues destructrices », selon le NHC. Le gouverneur, Ricardo Rossello Nevares, a activé la garde nationale et a annoncé l’ouverture d’abris pour accueillir jusqu’à 62.000 personnes.

IRMA 05/09/2017 8h00

IRMA le 5 septembre 2017 à 8h heure locale (Source : Météo France).

Lire la suite

L’ouragan Irma menace la moitié Nord de l’arc antillais

Repéré mercredi 30 août 2017 à l’ouest des îles du Cap Vert, l’ouragan Irma de catégorie 3 menace sérieusement le Nord de l’arc Antillais.

Classé en catégorie 3 (sur 5) sur l’échelle de Saffir-Simpson de classification de l’intensité des cyclones tropicaux (voir encadré ci-dessous), l’ouragan Irma continue de se renforcer. Selon les informations délivrées par Météo France le 3 septembre 2017, « la pression en son centre est actuellement de 969 hPa, et les vents atteignent 220km/h. Irma se dirige vers le Nord de l’arc Antillais et devrait passer à proximité des îles de Saint Barthélémy et de Saint Martin d’ici mercredi 6 septembre ».

Irma, repéré à environ 500 km à l’ouest des îles du Cap Vert mercredi 30 août 2017 en fin de matinée est rapidement devenu le 2e ouragan majeur de la saison 2017 après Harvey qui a sévèrement frappé le Texas. Le cyclone poursuit sa route, avec une intensité fluctuante, vers l’arc antillais avec une trajectoire vers l’Ouest-Sud-Ouest qui devrait s’incurver lundi 4 septembre vers l’Ouest-Nord-Ouest.

IRMA 04/09/2017 8h

L’ouragan IRMA le 4 septembre 2017 à 8h heure locale (Source : Météo France).

Lire la suite

Tempête Harvey : quels risques pour la santé des habitants ?

Après les inondations en Inde, au Népal et au Bangladesh il y a deux semaines, c’est la région de la ville de Houston (Texas, États-Unis) qui est durement touchée à cause de la tempête Harvey. Quels sont les risques sanitaires pour les populations pendant et après de telles inondations ?

Au-delà du danger immédiat pour les personnes piégées, les inondations causées par la tempête Harvey engendrent une pollution par des eaux usées qui fait peser un risque sanitaire important sur les populations touchées, parfois des années durant. Si les efforts actuels se concentrent sur l’évacuation pour éviter noyades, électrocutions ou hypothermies, le tableau à long terme pourrait être plus tragique encore, en raison des énormes quantités d’eaux polluées qui ont envahi rues, maisons ou entreprises de quartiers entiers, soulignent les experts.

Quand une zone aussi peuplée que Houston, quatrième ville des États-Unis avec 2,3 millions d’habitants, est inondée, la saleté fait partie du danger, expliquent-ils. « Il y a des eaux usées, toutes sortes de pesticides, de déchets, d’herbicides, des toxines dont nous ignorons la nature, et tout cela va se mélanger », explique Ranit Mishori, médecin généraliste et professeur à la faculté de médecine de Georgetown University.

« Des centaines de types de bactéries et de virus différents peuvent venir contaminer les eaux », a-t-elle ajouté. Les gens peuvent tomber malades rien qu’en marchant dans les zones inondées s’ils ont une blessure ou une égratignure. « Le risque principal, c’est le déversement d’eaux usées et les infections bactériennes », souligne Howard Selinger, professeur de médecine générale à la faculté de médecine de Quinnipiac University.

Inondations Houston

Des inondations « catastrophiques » causées par la tempête Harvey à Houston (Source : The Guadian).

Lire la suite