18 morts et plus de 500 blessés après un séisme dans l’est de la Turquie

Selon le ministre turc de l’intérieur Suleyman Soylu des immeubles se seraient écroulés dans la région de Sivrice. Le dernier bilan fait état de 18 morts.

Un séisme de magnitude 6,8 a frappé vendredi 24 janvier l’est de la Turquie, ont annoncé les autorités. Au moins dix-huit personnes ont perdu la vie, 13 dans la province d’Elazig et cinq autres dans la province voisine de Malatya, a indiqué le ministre de la santé Fahrettin Koca, cité par les médias. Selon lui, plus de 500 personnes ont été blessées.

Les secouristes tentent d’extraire au moins 30 personnes bloquées sous les décombres de bâtiments effondrés à Elazig, a pour sa part indiqué le ministre de l’intérieur Suleyman Soylu. La terre a tremblé dans cette province vers 20 h 55 locales (18 h 55 à Paris), selon l’agence gouvernementale des situations de catastrophe (AFAD). L’institut américain USGS a mesuré la secousse à 6,7.

Le district de « Sivrice a été très sérieusement touché, des équipes de secours sont en route », a ajouté le ministre turc de l’intérieur. « Nous avons dépêché quatre équipes dans la région » a précisé à l’AFP Recep Salci, de l’Association turque de recherches et de secours (AKUT). « Nous avons appris que des immeubles se sont effondrés, nous nous préparons à envoyer d’autres équipes si nécessaire. »

Séisme Turquie 24/01/2020

Séisme en Turquie le 24 janvier 2020 (Source : AFP).

Lire la suite

Séisme : l’Albanie en deuil recherche désespérément des survivants

L’Albanie en deuil au lendemain d’un violent séisme qui a fait près de 30 morts continuait d’extraire mercredi des corps maculés de poussière d’immeubles en ruines, tout en redoublant d’efforts pour libérer des survivants.

Après le tremblement de terre de magnitude 6,4 survenu la veille avant l’aube, le plus puissant séisme à frapper ce pays des Balkans depuis plusieurs décennies, les autorités ont décrété l’état d’urgence dans les deux villes les plus durement touchées : la localité touristique côtière de Durres, sur l’Adriatique, et Thumane, au nord de la capitale Tirana. Depuis, les secours sont engagés dans une course contre la montre pour trouver des survivants dans les montagnes de gravats après avoir déjà sauvé 45 personnes. Ils ont le renfort de plus de 200 experts italiens, grecs et français, et le concours de chiens et d’appareils spécialisés pour détecter les victimes dans les décombres. Mais les sauveteurs continuent de sortir des corps et les cris de désespoir jaillissent des ruines.

A Thumane, les dépouilles d’un couple, Pellumb et Celike Greku ont été retrouvées dans la matinée. Leur fils Saimir avait été extrait vivant la veille au soir mais il est décédé à l’hôpital, expliquent à l’AFP des proches et des voisins. Ils pleurent. « C’est terrible, terrible », se lamente une vieille dame en s’arrachant les cheveux. Saimir, qui vivait à l’étranger comme de nombreux Albanais, était venu rendre visite à ses parents. « Ils sont allés ensemble au paradis », dit Valbona Cupi, 60 ans, le visage recouvert de larmes. « C’était des gens très honnêtes et pauvres ». A quelques mètres de là, les secouristes ont extrait la dépouille d’un jeune homme d’un autre immeuble écroulé, où les sauveteurs recherchaient également une jeune fille dont ils pensent qu’elle est toujours en vie.

Selon un dernier bilan du ministère de la Défense, 28 personnes sont mortes. Mais il n’existe pas d’estimations sur le nombre de personnes encore coincées et ce bilan pourrait s’alourdir. La catastrophe a également fait 650 blessés, pour la plupart légers.

Séisme Albanie 26/11/2019

Séisme en Albanie le 26 novembre 2019 (Source : AFP).

Lire la suite

Les séismes importants sont presque toujours précédés de petites secousses

Pour prédire la survenue d’un séisme, il faut en identifier les éventuels signes avant-coureurs. Et des chercheurs affirment aujourd’hui avoir fait un pas en ce sens. Selon eux, la grande majorité des tremblements de terre importants survient après des secousses plus modestes.

Ce mardi, un séisme a été ressenti dans la région de Brest. Un séisme de magnitude 2,9 dont l’épicentre se situait sur la presqu’île de Crozon. Un phénomène pas si rare. Mais il n’en reste pas moins que « l’une des questions principales que pose la sismologie, c’est de savoir comment commencent les séismes », estime Daniel Trugman, sismologue au Los Alamos National Laboratory (États-Unis).

Les chercheurs pensaient déjà qu’environ la moitié des séismes majeurs ou modérés étaient précédés d’évènements précurseurs de moindre intensité. Mais en étudiant 46 tremblements de terre d’une magnitude supérieure ou égale à 4 – hors répliques de séismes plus importants – et survenus dans le sud de la Californie entre 2008 et 2017, l’équipe de Daniel Trugman conclut que c’est en réalité le cas pour au moins 72 % d’entre eux.

Une découverte intéressante d’un point de vue strictement scientifique. Mais qui ne permettra sans doute pas aux sismologues de prédire de manière précise un séisme important. Les évènements avant-coureurs peuvent en effet se produire entre 3 et 35 jours avant le plus grand séisme. Comme des secousses en rafale à proximité du futur épicentre ou sous la forme d’une augmentation du taux des séismes dans la région du futur grand tremblement de terre. Et finalement, seulement 5 % des petites secousses sont suivies d’un séisme important.

Séisme secousses

Une nouvelle technique de traitement du signal permettant d’enregistrer les séismes de magnitude très faible dévoile aux chercheurs que les grands tremblements de terre sont généralement précédés de petites secousses.

Lire la suite

Alerte au tsunami après un fort séisme en Indonésie

Un fort séisme a secoué l’Indonésie et fait craindre un tsunami avec des vagues hautes de trois mètres.

Un fort séisme, ressenti notamment à Jakarta, s’est produit vendredi 2 août 2019 au large des côtes du sud-ouest de Java, a annoncé l’agence indonésienne de gestion des catastrophes, avertissant qu’il pourrait engendrer un tsunami avec des vagues de 3 mètres. Selon l’institut de géophysique américain USGS, le séisme de magnitude 6,9 est survenu à une profondeur de 42 kilomètres, à quelque 150 kilomètres au large de Labuan, dans l’ouest de Java, l’île indonésienne la plus densément peuplée où se trouve la capitale Jakarta.

L’agence indonésienne de gestion des catastrophes avait elle évoqué une magnitude de 7,4 et une profondeur de 10 km. « Il y a des zones exposées à un sérieux risque de tsunami, qui pourrait atteindre une hauteur de trois mètres », a indiqué un responsable de cette agence, Rahmat Triyono. « Nous sommes dans l’attente d’informations concernant les dégâts » engendrés par le séisme, a-t-il dit.

Séisme Indonésie 02/08/2019

Séisme du 2 août 2019 en Indonésie (Source : USGS).

Lire la suite

La terre a tremblé en Guadeloupe

Il était 06h15 ce jeudi matin, lorsqu’un séisme d’une magnitude de 5.1 sur l’échelle de Richter a été ressenti en Guadeloupe et légèrement en Martinique. Explications.

Vous étiez certainement en train de vous réveiller ou de prendre votre petit-déjeuner et il n’est pas passé inaperçu. Un tremblement de terre d’une magnitude de 5.1 sur l’échelle de Ritcher a réveillé la Guadeloupe ce jeudi matin à 06h15.

Le séisme a été localisé entre Marie-Galante et la Désirade à peu près à une vingtaine de kilomètres. Selon Roberto Moretti, Directeur de l’Observatoire Volcanologique et Sismologique de la Guadeloupe :  » Pour le moment, la donnée que nous enregistrons est une magnitude de disons 5 sur l’échelle de Richter. Il y a eu pour le moment 9 répliques. Il a également été ressenti en Martinique. Nous travaillons en collaboration avec nos confrères de la Martinique. »

Séisme Guadeloupe 25/07/2019 6h15

Séisme du 25 juillet 2019 à 6h15 en Guadeloupe (Source : OVSG-IPGP)

Lire la suite

Un séisme majeur pourrait frapper Istanbul

La faille nord-anatolienne constitue une frontière tectonique majeure entre l’Anatolie et l’Europe. Les mouvements relatifs, de l’ordre de 2 cm par an actuellement, y provoquent régulièrement des séismes dévastateurs. Mais l’un des segments marins de cette faille, en mer de Marmara, ne semble pas avoir enregistré de séisme important depuis 1766. Cette faible activité ne manque pas de questionner et d’inquiéter les chercheurs car ce n’est pas forcément de bon augure.

Au vu des ruptures successives récurrentes observées sur les segments adjacents, à terre et en mer, se posent deux questions, à savoir si ce segment de faille est bloqué et accumulant donc des contraintes susceptibles de provoquer un séisme de forte magnitude à moins de 50 km de la métropole d’Istanbul, ou bien si, au contraire, il coulisse de façon continue et asismique pour absorber le mouvement observé tout au long de la faille nord-anatolienne.

Pour tenter de répondre à ces interrogations, une équipe de scientifiques français, allemands et turques se sont associées pour réaliser une expérience de géodésie fond de mer innovante. Un réseau de distance-mètres sous-marins a été déployé de part et d’autre de la trace sous-marine de cette faille pendant 2 ans et demi. Ces instruments mesurent en quasi continu les distances qui les séparent (temps de parcours aller-retour de signaux acoustiques). Après une trentaine de mois d’observation, le réseau n’a enregistré aucun déplacement significatif discernable de la faille.

Istanbul

Vue aérienne du Détroit du Bosphore, avec la ville d’Istanbul et la mer de Marmara.

Lire la suite

Séisme en Californie : la menace d’un « Big One » dévastateur pèse sur Los Angeles

Au cas où… Prévoyante, Christina Alhamad avait préparé un sac d’affaires pour son bébé d’un mois. Placé en évidence devant la porte, prêt pour un second séisme, on ne sait jamais… Peine perdue ! Encore plus puissant que le séisme de jeudi dernier, celui de vendredi l’a contrainte à s’enfuir si rapidement qu’elle en a oublié son bagage.

À peine le temps de prendre son bébé sous le bras et elle est partie, complètement paniquée. « J’étais sous le choc, je ne savais pas quoi faire », explique cette habitante de Los Angeles de 29 ans à l’AFP. Comme elle, les habitants de Californie ont grandi avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête : la peur du « Big One », ce séisme d’une magnitude telle qu’il devrait dévaster la Californie, État placé sur la faille de San Andreas et régulièrement sujet aux secousses, plus ou moins dangereuses. Cette catastrophe naturelle est souvent dépeinte dans la culture populaire comme d’ampleur quasi-apocalyptique.

Les craintes se sont ravivées avec les deux tremblements de terre de cette semaine (6,4 et 7,1 de magnitude), à près de 250 km de Los Angeles. Les responsables politiques ont appelé les habitants à se préparer pour d’autres secousses. Mais, selon l’institut américain de géophysique USGS, la probabilité qu’un nouveau séisme de magnitude 7 ou supérieure se produise n’est que de 3 %. Il n’empêche…

Los Angeles Big One

Le Sud de la Californie vient de subir son deuxième tremblement de terre majeur en deux jours, une secousse d’une magnitude de 7,1.

Lire la suite