Un terrible séisme fait plus de 400 morts à la frontière entre l’Iran et l’Irak

Un tremblement de terre de magnitude 7,3 est survenu dans la nuit du dimanche 12 novembre 2017. Un nouveau bilan fait état d’au moins 407 morts et plus de 6700 blessés.

Darbandikhan, localité montagneuse du Kurdistan irakien proche de la frontière iranienne, s’est réveillée lundi 13 novembre 2017 sous le choc, après avoir payé le plus lourd tribut en Irak du séisme survenu dimanche soir, qui a fait au total plus de 300 morts. Dans la nuit, quatre corps, dont ceux d’une femme et d’un enfant, ont été sortis des décombres : c’est ici que la moitié des victimes irakiennes -le bilan officiel fait état de huit morts- sont décédées. Et la menace plane encore, assurent les habitants, qui redoutent tout à la fois d’éventuelles répliques et des fissures dans le barrage proche, sur le fleuve Diyala.

Autour des décombres des maisons entièrement détruites ou aux murs endommagés par le secousse d’une magnitude de 7,3, des attroupements se forment. Nizar Abdullah a passé la nuit avec les autres voisins à inspecter les ruines de la maison qui jouxte la sienne. La bâtisse qui se dressait autrefois sur deux étages n’est plus qu’un immense tas de pierre et de béton. « Il y avait huit personnes à l’intérieur », rapporte-t-il à l’AFP. Certains membres de la famille ont pu s’échapper à temps, mais « la mère de famille et un des enfants ont été sortis morts des décombres par des voisins et des membres des services de secours », affirme ce Kurde irakien de 34 ans.

Séisme Iran Irak 13/11/2017

Violent séisme aux confins de l’Iran et de l’Irak (Source : AFP).

Lire la suite

Publicités

Le noyau de la Terre serait responsable de séismes majeurs

Le noyau de la Terre ne se contenterait pas de générer son champ magnétique. En freinant la rotation de notre planète, via des interactions avec le manteau, il augmenterait périodiquement le nombre de grands séismes.

Quoi de plus banal que la rotation de la Terre ? Pourtant, ce phénomène n’est pas si simple : l’axe de rotation de notre Planète n’est pas fixe au cours du temps et la durée du jour elle-même varie. En étudiant et en cherchant à comprendre cela, mathématiciens, astronomes et géophysiciens sont allés de surprise en surprise depuis presque deux siècles.

Axe et vitesse de rotation sont d’abord influencés par les forces de gravité de la Lune et du Soleil mais la façon dont la Terre répond à ces forces dépend de sa structure interne et de la présence de ses océans et de son atmosphère. Au XIXe siècle, il y a ainsi eu une controverse célèbre sur le caractère fluide ou non de l’intérieur de la Terre et sur le fait qu’il fallait ou non considérer celui-ci comme un solide indéformable ou, au minimum, comme un corps élastique. Laplace, Kelvin et Poincaré se sont penchés sur ces questions et il y eut, finalement, d’importants travaux à ce sujet, auxquelles sont associés les noms de Chandler, Newcomb et Love, car la rotation de la Terre peut nous renseigner sur sa structure.

On sait en effet, depuis les travaux d’Euler (à qui l’on doit des équations décrivant les mouvements de rotation des corps solides, voire élastiques), que la distribution et les mouvements des masses à l’intérieur d’un objet comme la Terre influent sur sa rotation. Or, même en considérant que la Terre n’est pas soumise aux forces d’autres corps célestes, distributions et mouvements peuvent varier, par exemple lors d’échanges du moment cinétique entre les différentes enveloppes (atmosphère, océan, manteau, etc.) ou simplement du fait d’une redistribution des masses à l’occasion de grands séismes. De fait, la longueur du jour a changé lors de grands tremblements de Terre, comme celui du Chili en 2010.

Séisme Lire la suite

Un séisme de magnitude 8,2 au Mexique fait au moins 15 morts

La secousse de magnitude 8,2 a touché le sud du pays au large de l’État de Chiapas. « Il s’agit du séisme le plus fort en un siècle », a déclaré le président Enrique Pena Nieto. Une alerte au tsunami a été lancée pour le Mexique ainsi que plusieurs pays d’Amérique centrale.

La terre a tremblé au Mexique dans la nuit de jeudi à vendredi. Un séisme de magnitude 8,2 sur l’échelle de Richter a touché le sud du Mexique au large de la côte de l’État de Chiapas, selon le centre américain de veille géologique (USGS). « Il s’agit du séisme le plus fort en un siècle », a déclaré le président mexicain Enrique Pena Nieto, depuis le centre national de prévention des désastres où il a précisé que le séisme était de 8,2 et non de 8,4, comme indiqué dans un premier temps par les autorités. Le total des victimes « est de 15, sur la base du décompte effectué par les Etats », a indiqué le directeur de la protection civile mexicaine. Le gouverneur de l’Etat de Chiapas (sud), Manuel Velasco, avait précisé un peu plus tôt que trois personnes, dont deux femmes, étaient décédées « dans l’effondrement de leur maison ». Dans l’Etat de Tabasco (sud-est), un enfant est également mort dans l’effrondrement d’une maison. Un nourrisson qui se trouvait sous assistance respiratoire, est lui décédé suite à la coupure d’électricité provoquée par le séisme.

La secousse a été ressentie jusque dans la capitale du pays, Mexico. Des centaines de personnes sont sorties dans les rues de la ville après le déclenchement de l’alerte sismique. L’USGS a précisé avoir enregistré six répliques de magnitudes de 4,5 à 5,6. La côte Pacifique du sud du pays se trouvait en alerte au tsunami et des vagues pouvant atteindre 4 mètres étaient attendues. Une partie de la population côtière a été évacuée. « Le tsunami ne représente pas un risque majeur pour le moment », a déclaré le président Pena Nieto.

Séisme Mexique 08/09/2017

Séisme au Mexique le 8 septembre 2017 (Source : Le Figaro/USGS).

Lire la suite

Un tremblement de terre en mer Egée tue deux personnes sur l’île grecque de Kos

Le séisme, d’une magnitude de 6,7, a été ressenti sur les îles grecques de l’archipel du Dodécanèse et sur la côte turque, à Bodrum.

Un Suédois et un Turc sont morts, vendredi 21 juillet, dans le séisme qui a secoué l’île grecque de Kos, faisant plus de 100 blessés, dont cinq graves, en pleine période touristique. Selon le maire de l’île, le tremblement de terre a également provoqué de très importants dégâts matériels.

La secousse – d’une magnitude de 6,7 selon l’Institut géologique américain (USGS), et de magnitude 6 selon l’Observatoire d’Athènes – est survenue au milieu de la nuit et a également été fortement ressentie en Turquie. L’épicentre du séisme était situé à 16,2 kilomètres au large de Kos et à 10 kilomètres au sud-est de la ville côtière de Bodrum en Turquie. La secousse a également été fortement ressentie sur les autres îles grecques de l’archipel du Dodécanèse, en mer Egée, notamment à Rhodes.

A Kos, le plafond d’un café s’est effondré et de nombreuses personnes ont été piégées dans le bâtiment. Deux touristes, âgés de 27 et 39 ans, ont été tués lors de l’effondrement de ce bar ou par des pierres d’autres vieux bâtiments avoisinants qui ont subi d’importants dégâts. Les pompiers ont été dépêchés sur place pour les dégager et procéder à leur évacuation, a fait savoir à l’AFP un responsable du bureau de presse de ce service. Le nombre de blessés s’élève à « 120 » selon le secrétaire d’Etat grec à la Marine Marchande Nektarios Santorinios. D’après lui, de nombreux bâtiments ont subi des dégâts. Ils sont si importants sur le port de Kos que le ferry Blue Star Paros n’a pas pu accoster et a continué son itinéraire vers Rhodes, a signalé l’Agence de presse grecque Ana.

Séisme île de Kos 21/07/2017

Après le séisme du 21 juillet 2017 sur l’île grecque de Kos (Source : AFP).

Lire la suite

Un séisme de magnitude 6,5 fait un mort dans le centre des Philippines

Un séisme de magnitude 6,5 a fait un mort jeudi dans le centre des Philippines, où cinq personnes étaient prises au piège sous les décombres d’un bâtiment, ont annoncé les autorités.

Une personne a été retirée morte des gravats par les secouristes de la ville de Kananga, près de l’épicentre du tremblement de terre sur l’île de Leyte, a déclaré le maire-adjoint Elmer Codilla à l’AFP. Ils sont ensuite parvenus à dégager six personnes saines et sauves des ruines de ce bâtiment de trois étages, mais « il y a toujours des gens à l’intérieur, peut-être plus que cinq. Les opérations de secours se poursuivent », a-t-il ajouté.

La terre a tremblé peu après 16H00 (08H00 GMT). L’épicentre se trouvait à une profondeur de 6 km, à 12 km au nord-est de la ville d’Ormoc, sur l’île de Leyte, selon l’institut géologique américain USGS.

Leyte avait été très durement affectée par le passage du super-typhon Haiyan, l’un des typhons les plus violents à avoir jamais touché terre. La catastrophe avait fait plus de 7.350 morts.

Séisme Philippines 06/07/2017

Séisme Philippines 06/07/2017

Lire la suite

Séisme au Guatemala : au moins deux morts

Un séisme de magnitude 6,9 a frappé tôt mercredi l’ouest du Guatemala et a été ressenti aussi dans le sud du Mexique, faisant au moins deux morts, a-t-on appris de source officielle.

La secousse a été observée à 01h29 locale (07h29 GMT) et son épicentre se situait à environ 156 km à l’ouest de Guatemala City, dans le département de San Marcos, a indiqué l’Institut de sismologie du Guatemala. Il avait d’abord fait état d’une magnitude de 6,6, avant d’annoncer dans un nouveau bulletin qu’elle était de 6,9. La secousse a été ressentie dans la majorité des régions du Guatemala, dont la capitale, selon les autorités.

Un homme d’environ 40 ans est mort de ses blessures après avoir été enseveli sous les débris d’une vieille église qui s’est effondrée dans le village de San Sebastian (sud-ouest), a annoncé le porte-parole de la Coordination nationale de lutte contre les catastrophes naturelles (Conred), Julio Sanchez. Une femme aurait quant à elle succombé à un infarctus dans la ville frontalière de Malacatan, a-t-il ajouté, faisant également état de « dégâts modérés subis par des habitations dans le sud-ouest ». Les services de protection civile de l’Etat mexicain du Chiapas ont indiqué qu’une femme avait été blessée en tombant et se trouvait dans un état stable.

Séisme Guatemala 14/06/2017

Un séisme de magnitude 6,9 a frappé le Guatemala le 14 juin 2017 (Source : AFP)

Lire la suite

Surprise : une chaleur très élevée dans une faille sismique néozélandaise

En Nouvelle-Zélande, les géologues sont tombés sur une grosse surprise en forant le sol de l’île sud, au niveau de la célèbre faille alpine. Les températures, très élevées, y atteignent 100 °C à moins de 700 m de profondeur, ce qui n’arrive que près d’une activité volcanique. Or, il n’y en a pas. Les caractéristiques de l’endroit peuvent expliquer cette anomalie, qui est aussi une aubaine. Cette trouvaille est vue comme une source d’énergie géothermique, un cadeau de la nature qui ne se refuse pas.

Des chercheurs ont relevé des températures et des pressions « extrêmement élevées » sur la faille dite alpine en Nouvelle-Zélande, selon une étude publiée dans la revue Nature. « Les températures sont aussi hautes que celles trouvées près des volcans actifs alors qu’il n’y en a pas à proximité », explique à l’AFP Rupert Sutherland de l’université Victoria de Wellington.

Les forages ayant conduit à cette découverte ont été réalisés à Westland en Nouvelle-Zélande sur cette importante faille marquant la frontière entre les plaques tectoniques pacifique et australienne. Traversant la quasi-totalité de l’île du sud de la Nouvelle-Zélande et longue de plus de 450 km, la faille alpine est connue pour provoquer de violents tremblements de terre de magnitude 8 tous les 300 ans. Le dernier datant de 1717, les chercheurs s’attendent à un nouveau séisme dans les prochaines décennies.

Nouvelle-Zélande

Dans le Pacifique sud, la Nouvelle-Zélande se situe sur une zone sismique, entre deux plaques tectoniques.

Lire la suite