La Réunion : le Piton de la fournaise est entré en éruption

Après avoir donné des signes d’agitation depuis plusieurs jours, le volcan s’est réveillé mardi soir. Son éruption ne présente aucun danger pour la population.

Le Piton de la Fournaise, qui donnait des signes d’agitation depuis quelques jours, est entrée en éruption mardi 31 janvier vers 19h40 (15h40 à Paris), a indiqué la préfecture de La Réunion. Le volcan a été secoué par une importante activité sismique à partir du début d’après-midi.

À 15h27 (heure locale), le préfet Dominique Sorain a déclenché la phase d’alerte 1 « éruption probable ou imminente » du dispositif spécifique « ORSEC volcan ». Quatre heures plus tard, l’arrivée du magma en surface était enregistrée par l’Observatoire Vvolcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF).

Piton de la Fournaise 01/02/2017

Le Piton de la Fournaise en éruption le 1er Février 2017 (Source : AFP).

Lire la suite

Après la fin des dinosaures, la vie est repartie plutôt vite

Après le cataclysme planétaire de la fin du Crétacé, qui a eu raison des dinosaures non-aviens et d’innombrables autres espèces vivantes, les écosystèmes se sont reconstitués plus rapidement que prévu dans l’hémisphère sud. En quatre millions d’années, une riche végétation peuplée d’insectes a de nouveau envahi l’Amérique du sud. C’est ce qu’ont découvert des chercheurs qui se sont intéressés aux mangeurs de feuilles…

En combien de temps la biodiversité s’est-elle reconstituée après la catastrophe qui a exterminé de très nombreuses espèces vivantes, dont les dinosaures, il y a 65,5 millions d’années ? La question est d’importance car elle touche à la résilience de l’écosystème terrestre. Elle est difficile car le registre fossile n’est jamais assez complet pour donner une idée précise de la biosphère année par année. De plus, les invertébrés se conservent mal dans les sédiments. Mais ceux qui mangent des feuilles (lesquelles peuvent se conserver assez bien) y laissent des traces reconnaissables…

L’analyse des restes d’arbres dans le Dakota avait montré, en 2006, que les grands végétaux terrestres étaient revenus rapidement (l’étude était parue dans Science). Mais les coupures dans leurs feuilles causées par des larves d’insectes boulimiques sont restées longtemps absentes. Neuf millions d’années, indiquent les études sur la question.

Feuille -67/-66 Ma

Une feuille fossilisée trouvée en Patagonie, dans l’extrême sud de l’Argentine, qui a visiblement bien nourri une larve d’insecte. Le festin s’est passé entre -67 et -66 millions d’années. (Source : Michael Donovan)

Lire la suite

Des chercheurs font une étonnante découverte au sommet d’un volcan en activité au Nicaragua

A l’heure où les abeilles du monde entier ont tendance à disparaitre, un spécimen a été retrouvé dans l’endroit le plus inattendu de la Terre : le sommet du volcan Masaya, en activité au Nicaragua.

Le volcan Masaya se situe au Nicaragua, à seulement quelques kilomètres de sa capitale Managua. Il est considéré comme l’un des plus actifs du pays. L’environnement y est à ce titre particulièrement nocif pour les êtres vivants, si bien que les scientifiques parlent de « kill zone », littéralement « zone meurtrière ».

Pourtant, il existe bel et bien de la vie aux abords du cratère et celle découverte par des scientifiques lors d’une étude de terrain est pour le moins inattendue. Il s’agit en effet d’une petite abeille de l’espèce Anthophora squammulosa.

L’insecte a été mis en évidence par Hilary Erenler, une biologiste de l’université de Northampton au Royaume-Uni. En trois ans, cette chercheuse britannique a organisé cinq expéditions dans le parc volcanique Masaya pour étudier les insectes pollinisateurs.

Volcan Masaya

Scientifiques à proximité du cratère du volcan Mayasa au Nicaragua (Source : H. Erenler).

Lire la suite

Des images dévoilent l’incroyable spectacle des coulées de lave du volcan Kilauea

L’observatoire volcanologique d’Hawaï et un photographe ont récemment dévoilé d’incroyables images inédites montrant le volcan Kilauea à Hawaï. En pleine activité, il laisse régulièrement échapper d’imposantes coulées de lave.

Depuis 1983, le volcan hawaïen Kilauea est en activité continue. Bien que ses fréquentes coulées de lave puissent parfois provoquer quelques problèmes logistiques pour les habitants de l’île, les éruptions sont pour la plupart inoffensives. Elles n’en restent pas moins spectaculaires.

L’observatoire volcanologique d’Hawaï de l’United States Geological Survey (USGS) suit l’activité du Kilauea depuis des années. Grâce à ce travail scrupuleux, la structure dispose désormais d’une vaste base de données mais aussi d’incroyables images et vidéos dont certaines ont été relayées récemment. A l’heure actuelle, le volcan présente en effet deux points d’activité.

L’un se situe au sommet, avec un magnifique lac de lave, et l’autre sur le flanc Est avec une impressionnante coulée. Cette dernière s’écoule en direction de l’océan Pacifique depuis une zone connue sous le nom de Pu’u’Ō’ō.

Eruption Kilauea 10/07/2016

Coulée de lave provenant du volcan Kilauea à Hawaii le 10 juillet 2016 (Source : USGS).

Lire la suite

Les dinosaures ont été victimes de deux réchauffements climatiques

L’extinction de masse de la fin de l’ère secondaire est-elle due à l’impact d’un astéroïde ou d’une comète, ou bien à des éruptions volcaniques massives survenues au Deccan ? Le débat pourrait prendre fin : les deux seraient impliqués, conclut une étude, qui a mis en évidence deux pics de températures, correspondant à ces évènements. Un double réchauffement planétaire qui aurait été fatal à de nombreuses espèces, dont les dinosaures.

Au large de la péninsule Antarctique, face à l’île James-Ross et séparée de la Terre de Graham, l’île Seymour est devenue une célébrité chez les paléontologues. La formation Lopez de Bertodano y affleure, datant principalement du Crétacé supérieur à l’Éocène. Plusieurs de ces roches contiennent des fossiles témoignant de la vie marine de cette époque. Comme ce type de fossile se conserve mieux et se trouve en plus grand nombre que les autres, cette île constitue une excellente fenêtre sur la Terre à l’époque de la « crise KT », il y a environ 66 millions d’années.

Les chercheurs en géosciences à l’origine d’un article publié dans Nature Communications y ont étudié la composition isotopique des coquilles de plusieurs mollusques bivalves datant de cette période clé de l’histoire de la biosphère. La durée examinée, à cheval sur la disparition des dinosaures, était précisément de 3,5 millions d’années. L’étude a porté sur les isotopes d’oxygène 18 et de carbone 13 présents dans les carbonates formant les coquilles de ces animaux.

Trapps du Deccan

Les empilements de coulées basaltiques des trapps du Deccan en Inde.

Lire la suite

Le volcan islandais Hekla prêt à entrer en éruption « à n’importe quel moment » ?

Les prédictions de Páll Einarsson, un géophysicien, laissent à prévoir une éruption imminente du volcan Hekla, l’un des plus actifs d’Islande. Il ne s’est pas réveillé depuis 16 ans mais certains signes pourraient indiquer un réveil proche.

Longtemps considéré comme un des volcans les plus actifs d’Islande, l’Hekla a été surnommé la « Gateway to Hell », littéralement la « porte des enfers ». Le cratère a connu plusieurs éruptions régulières entre 1970 et 2000 puis s’est enfin endormi.

Cette situation est néanmoins temporaire et pourrait bien prendre fin d’ici peu. C’est du moins ce que suggère Páll Einarsson, chercheur en géophysique à l’Université d’Islande. Celui-ci a récemment mis en garde la communauté scientifique et le gouvernement contre les possibles répercutions d’une telle reprise d’activité.

« L’Hekla est un volcan dangereux. Nous pourrions envisager une catastrophe majeure dès la prochaine éruption si nous ne faisons pas attention », a-t-il averti repris par le site Visir.is.

Hekla

Hekla, le volcan le plus actif en Islande.

Lire la suite

Des chercheurs fabriquent leur propre lave pour une expérience scientifique

Trouver la recette parfaite de la lave, tel est le défi que s’est lancé une équipe de géologues de l’Université d’État de New York à Buffalo pour tenter de mieux comprendre les interactions qui se produisent lorsque celle-ci entre en contact avec l’eau.

Pour mieux comprendre les interactions qui surviennent lorsque la roche en fusion se retrouve au contact avec l’eau, une équipe de géologues de l’Université d’État de New York à Buffalo s’est attelée à reproduire la situation en laboratoire.

La procédure a consisté dans un premier temps à fabriquer de la lave artificielle et le moins qu’on puisse dire, c’est que le résultat est tout à fait bluffant. La vidéo relayée ci-dessus dévoile le magma tout juste créé, couler le long d’une gouttière jusqu’à un petit cratère.

Fabrication lave

Des géologues fabriquent leur propre lave (Source : Université de Buffalo).

Lire la suite