Surprise : une chaleur très élevée dans une faille sismique néozélandaise

En Nouvelle-Zélande, les géologues sont tombés sur une grosse surprise en forant le sol de l’île sud, au niveau de la célèbre faille alpine. Les températures, très élevées, y atteignent 100 °C à moins de 700 m de profondeur, ce qui n’arrive que près d’une activité volcanique. Or, il n’y en a pas. Les caractéristiques de l’endroit peuvent expliquer cette anomalie, qui est aussi une aubaine. Cette trouvaille est vue comme une source d’énergie géothermique, un cadeau de la nature qui ne se refuse pas.

Des chercheurs ont relevé des températures et des pressions « extrêmement élevées » sur la faille dite alpine en Nouvelle-Zélande, selon une étude publiée dans la revue Nature. « Les températures sont aussi hautes que celles trouvées près des volcans actifs alors qu’il n’y en a pas à proximité », explique à l’AFP Rupert Sutherland de l’université Victoria de Wellington.

Les forages ayant conduit à cette découverte ont été réalisés à Westland en Nouvelle-Zélande sur cette importante faille marquant la frontière entre les plaques tectoniques pacifique et australienne. Traversant la quasi-totalité de l’île du sud de la Nouvelle-Zélande et longue de plus de 450 km, la faille alpine est connue pour provoquer de violents tremblements de terre de magnitude 8 tous les 300 ans. Le dernier datant de 1717, les chercheurs s’attendent à un nouveau séisme dans les prochaines décennies.

Nouvelle-Zélande

Dans le Pacifique sud, la Nouvelle-Zélande se situe sur une zone sismique, entre deux plaques tectoniques.

Lire la suite

250.000 ans d’histoire dans les sédiments d’un lac

En étudiant des carottes sédimentaires prélevées au fond du lac de Van en Turquie, il est possible d’expliquer les énormes variations de niveau observées ces 250.000 dernières années.

En 2010, une équipe internationale de recherche a prélevé des carottes sédimentaires au fond du lac de Van, en Turquie. C’est un lac salé d’origine volcanique sans débouché, qui reçoit l’eau de nombreux petits cours d’eau qui descendent des montagnes environnantes. Il fait 120 km de long, 80 km de large et 171 m de profondeur en moyenne.

Il n’a pas gelé pendant les grandes glaciations et ses sédiments ont non seulement enregistré les cycles saisonniers mais aussi les éruptions volcaniques, les séismes, les périodes de réchauffement et de refroidissement du climat et bien d’autres évènements environnementaux.

Des chercheurs suisses de l’université de Berne et de l’Institut fédéral de recherche aquatique (Eawag) ont étudié les différences de concentration en sels dans l’eau interstitielle contenue dans les carottes sédimentaires. Ils ont pu en déduire les variations du niveau de l’eau jusqu’à 250 000 ans en arrière sachant que la quantité absolue de sel dissoute dans le lac reste toujours sensiblement la même.

Lac de Van Turquie

Lac de Van en Turquie

Lire la suite

Regain d’activité pour le Kick’em Jenny

Le volcan sous-marin entre régulièrement en éruption. La dernière date de 2015. Il n’y a pas de risque de tsunami pour l’instant.

Samedi soir dernier, le volcan sous- marin le plus surveillé de notre région a décidé de se faire entendre. Le Centre de recherche sismique de l’Université West Indies (UWI-SRC) a détecté une activité volcanique amplifiée du Kick’em Jenny, situé à 180 m sous la surface de la mer, à 8 km au nord de Grenade.

L’alerte a été relevée au niveau jaune par les autorités de Grenade. Il ne s’agit donc pas encore du niveau de vigilance orange qui avait été décrété en juillet 2015, date de la dernière éruption du volcan. Toutefois, l’alerte jaune signifie que l’activité du volcan peut augmenter brutalement, sans prévenir.

Le périmètre maritime d’exclusion a été étendu à 5 km de rayon autour du volcan (1,5 km en temps normal). En effet, le volcan dégaze constamment, ce qui réduit la densité de l’eau et peut entraîner les bateaux vers le fond. Aucune alerte tsunami n’a été déclenchée.

Kick 'em Jenny

Le Kick’em Jenny au nord de Grenade.

Lire la suite

Plein succès pour la mission Subsaintes 2017

Pendant trois semaines, une vingtaine de scientifiques embarquée à bord du navire océanographique de l’Ifremer, l’Atalante, est partie à la recherche de traces de séismes sous la mer entre l’archipel des Saintes, en Guadeloupe, et l’île de la Dominique.

12 ans après le séisme des Saintes, une équipe de chercheurs a retrouvé la trace de ce tremblement de terre par 1 000 mètres de profondeur. Baptisée Subsaintes 2017, cette mission scientifique s’est déroulée durant trois semaines entre le sud de l’archipel et l’île de la Dominique.

« Les objectifs de la mission ont été atteints au delà de nos espérances » se réjouit Javier Escartin, directeur de recherches au CNRS et chef de la mission Subsaintes 2017. Grâce au ROV « Remote operated vehicle » (robot téléopéré) Victor 6 000, les scientifiques ont notamment pu filmer, pour la première fois, par plus de mille mètres de fond, un déplacement co-sismique vertical.

Atalante Ifremer

L’atalante, navire océanographique de l’Ifremer.

Lire la suite

Des scientifiques japonais veulent atteindre le manteau terrestre

Un groupe de scientifiques japonais organise une mission de forage inédite. Leur but : creuser jusqu’au manteau terrestre depuis l’océan Pacifique.

Ce n’est pas exactement le centre de la Terre mais presque. Des chercheurs japonais veulent atteindre le manteau terrestre, cette couche intermédiaire située entre le noyau et la croûte terrestre. Elle compose 80% du volume de notre planète, selon The Japan News, mais n’a jamais pu être examinée.

Membres de l’Agence japonaise pour la science et la technologie maritime et terrestre (JAMSTER), ces scientifiques ont obtenu l’appui du gouvernement qui va financer leur mission, précise L’Express.

Le groupe de scientifiques entend comprendre comment la Terre s’est formée, pourquoi elle tremble et de quoi elle est composée. Cette partie de la planète est principalement constituée de roches, qui se déplacent lentement et affecte donc le mouvement des plaques, ce qui provoque les séismes et tsunamis.

Structure interne Terre

En dessous de la croûte terrestre, se cache plusieurs autres couches.

Lire la suite

L’Etna entre en éruption, une dizaine de blessés

Une équipe de la BBC et des touristes ont connu la peur de leur vie lors d’une éruption de l’Etna jeudi 16 mars 2017.

En Sicile, l’Etna, le volcan le plus actif d’Europe, est entré dans une nouvelle phase d’activité soutenue depuis la fin du mois de février 2017 avec trois éruptions en trois semaines. La dernière date du 15 mars 2017 et s’est produite sur un nouveau cratère formé à 3200 mètres d’altitude selon l’Institut italien de vulcanologie (INGV) à Catane.

Elle n’a pas eu de conséquences majeures si ce n’est une importante coulée de lave, elle-même à l’origine d’un phénomène explosif (que les spécialistes appellent éruption phréatique) qui a eu lieu le lendemain, le 16 mars à 12h43 à 2700 mètres d’altitude. L’explosion s’est produite quand une grande quantité de vapeur, issue du réchauffement brutal de la neige au contact de la lave, s’est brutalement échappée de la coulée de lave sous laquelle elle était piégée, a expliqué Stefano Branca de l’INVG.

Eruption Etna 16/03/2017

Eruption de l’Etna en mars 2017 (Source : Anadilu Agency).

Lire la suite

La Réunion : le Piton de la fournaise est entré en éruption

Après avoir donné des signes d’agitation depuis plusieurs jours, le volcan s’est réveillé mardi soir. Son éruption ne présente aucun danger pour la population.

Le Piton de la Fournaise, qui donnait des signes d’agitation depuis quelques jours, est entrée en éruption mardi 31 janvier vers 19h40 (15h40 à Paris), a indiqué la préfecture de La Réunion. Le volcan a été secoué par une importante activité sismique à partir du début d’après-midi.

À 15h27 (heure locale), le préfet Dominique Sorain a déclenché la phase d’alerte 1 « éruption probable ou imminente » du dispositif spécifique « ORSEC volcan ». Quatre heures plus tard, l’arrivée du magma en surface était enregistrée par l’Observatoire Vvolcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF).

Piton de la Fournaise 01/02/2017

Le Piton de la Fournaise en éruption le 1er Février 2017 (Source : AFP).

Lire la suite