Découverte d’un fossile de ptérosaure aux Etats-Unis, premier vertébré capable de voler

La découverte d’un fossile de ptérosaure primitif en Amérique du Nord indique que ces premiers vertébrés volants étaient aptes à faire face à différentes conditions environnementales.

Les ptérosaures sont des reptiles volants qui vivaient il y a entre 225 et 65 millions d’années et dont les plus gros spécimens pouvaient atteindre la taille d’une grosse girafe. Ce sont les premiers animaux qui ont quitté le sol pour s’élever dans les airs, bien avant les oiseaux. La découverte d’un fossile de ptérosaure primitif datant de 210 millions d’années environ aux Etats-Unis, dans l’Utah, indique que les premiers ptérosaures pouvaient vivre dans des environnements variés et étaient largement distribués.

Les fossiles de ptérosaures primitifs sont très rares et ils proviennent tous, à l’exception de ce dernier, de gisements des Alpes. Le spécimen retrouvé correspond à une nouvelle espèce baptisée Caelestiventus hanseni. C’est un animal assez imposant avec une envergure d’ailes d’1,5 mètre et une mâchoire aux 112 dents présentant un bord saillant qui suggère qu’il pouvait être doté d’une poche comme celle des pélicans modernes.

Ptérosaure

Un ptérosaure en vol (Source : M. Witton).

Lire la suite

Publicités

Les Jupiter ultra-chauds : mi-étoile mi-planète

Les planètes qui se situent toutes proches de leur étoile présentent une face éclairée qui ressemble plus à celle d’une étoile que d’une planète.

WASP-121b appartient à une nouvelle classe d’exoplanètes appelées Jupiter extrêmement chauds. Ces astres sont situés sur une orbite très proches de leur étoile hôte dont ils font le tour en quelques heures ou jours. Ainsi, WASP-121b est une géante gazeuse d’une masse d’environ 1,2 fois celle de Jupiter pour une taille presque doublée par rapport à cette dernière qui orbite en à peine 1,3 jour autour de son étoile, située à 900 années-lumière de la Terre.

Une autre conséquence de la proximité entre l’étoile et sa planète est que cette dernière n’est plus en rotation sur elle même : en raison des forces de marées gravitationnelles WASP-121b est « verrouillée » sur son orbite et présente toujours la même face devant son étoile. Exactement comme le fait la Lune qui orbite autour de la Terre en nous présentant toujours la même face.

WASP-121b

Vue d’artiste de l’exoplanète WASP-121b telle qu’elle serait vue par un observateur lointain (Source : NASA/JPL-Caltech).

Lire la suite

Le réchauffement climatique actuel ressemble à celui ayant accompagné la mort des dinosaures

L’impact du Yucatán, responsable du coup de grâce donné aux dinosaures, aurait provoqué un réchauffement climatique similaire à celui actuellement en cours. Les sédiments laissent également penser qu’il a entraîné la prolifération de zones mortes sans oxygène dans les océans, un phénomène que l’on voit aussi actuellement.

L’étude des archives de la Terre aide paradoxalement à comprendre son futur, compréhension dont l’importance est grandissante du fait du réchauffement climatique imprudemment engagé par l’Humanité. Ainsi, on cherche dans la mémoire récente des glaces portant sur presque un million d’années, l’unité de temps en géologie, mais aussi dans les « pages des livres » des couches sédimentaires provenant de durées plus grandes qui se comptent en dizaines de millions d’années.

Les raisons pour cela sont multiples. Bien sûr toute compréhension des paléoclimats, alors que la répartition des océans et des continents et même la composition de l’atmosphère étaient différentes, équivaut à faire des expériences pour valider nos modèles climatiques, montrant qu’ils fonctionnent aussi dans des régimes que l’on ne peut évidemment pas réaliser à volonté en changeant le climat de la Terre, juste en tournant quelques boutons. Mais surtout, certaines périodes de l’histoire du climat et de la biosphère de notre Planète bleue ont des similitudes avec le réchauffement climatique actuel. C’est le cas avec celle concomitante de la disparition des dinosaures.

Pour le comprendre, rappelons quelques éléments concernant cette grande crise biologique. Il semble probable qu’elle ait commencé « doucement » avec les grandes éruptions volcaniques ayant conduit aux fameuses Trapps du Deccan. Ces éruptions auraient notamment injecté massivement du gaz carbonique dans l’atmosphère, conduisant à un réchauffement climatique fragilisant la biosphère. On pense qu’un second réchauffement climatique s’est produit, il y a 66 millions d’années, en conséquence de la chute d’un petit corps céleste d’une dizaine de kilomètres de diamètre sur la plateforme de sédiments carbonatés. Les restes occupent encore la région où se trouve l’astroblème de Chicxulub, à cheval sur le Yucatán et le Golfe du Mexique.

Cratère de Chicxulub

Image d’artiste du cratère de Chixculub quelques milliers d’années après la disparition des dinosaures (Source : Science Source).

Lire la suite

Chine : un typhon fait trois morts et entraîne l’évacuation de 200.000 personnes

Le passage d’un typhon en Chine a provoqué la mort de trois personnes et l’évacuation de plus de 200.000 autres dans dix villes de la province côtière de Zhejiang, dans l’est de la Chine.

Les 200.000 évacuations préventives ont eu lieu avant l’arrivée, tard dimanche soir, du typhon Yagi qui avait auparavant frappé les Philippines avant de se diriger vers la Chine.

De fortes pluies provoquées par ce typhon ont entraîné à Shanghai la chute d’une enseigne dans un quartier commerçant, provoquant la mort de trois personnes. Six autres ont été blessées. L’accident s’est produit dimanche soir, sur la route fréquentée de Nanjing East dans le centre-ville, selon un communiqué des autorités de cette municipalité de l’est.

Enseigne tombée typhon Yagi Shangai

Des agents de sécurité patrouillent, le 13 août 2018, en face du site où une enseigne s’est effondrée la veille tuant trois personnes et en blessant six autres dans un quartier commerçant de Shanghai (Source : AFP).

Lire la suite

Cette météorite provient du plus vieux volcan connu du Système solaire

Les météorites sont diverses et certaines ressemblent à des laves trouvées sur Terre, ce qui indique qu’elle proviennent de volcans très anciens sur des corps célestes à l’aube du Système solaire. Celle découverte récemment, NWA 11119, est la plus vieille lave connue et elle indique pour la première fois que ces volcans ne crachaient pas que des basaltes.

Les météorites fascinent, aussi bien par leur beauté quand on pense aux pallasites avec leur cristaux d’olivine dans une matrice de fer que par leur origine, tout à la fois l’espace interplanétaire et l’aube de la formation du Système solaire. Notre connaissance de ces roches est récente même si l’humanité est confrontée avec ces pierres tombées du ciel depuis des millénaires (on sait que la dague de Toutânkhamon a été forgée dans du fer d’origine météoritique).

Cette provenance extraterrestre, c’est le physicien et mathématicien Jean-Baptiste Biot qui, pour la première fois, en a donné des preuves en 1803, suite à la chute de la météorite de L’Aigle dans l’Orne. Mais c’est vraiment au cours de la seconde moitié du XXe siècle que l’étude des météorites va faire des bonds, accompagnant les progrès de la cosmochimie et de la cosmogonie du Système solaire, et la révolution astronautique à l’origine des missions Apollo et Voyager.

Plus de 40.000 météorites sont connues de nos jours et elles sont très diverses bien que des grandes familles aient été définies. Les plus connues sont les chondrites, les achondrites et les sidérites qui, comme leur nom l’indique, contiennent beaucoup de fer. Les chondrites, comme les célèbres Allende et Murchison, sont des objets très primitifs que l’on considère comme formés des matériaux de base des corps rocheux dont certains vont devenir des planètes.

NWA 11119

La météorite NWA 11119 (Source : University of New Mexico).

Lire la suite

La Nouvelle-Zélande aussi interdit les sacs plastique à usage unique

La Nouvelle-Zélande a annoncé vendredi 10 août 2018 l’interdiction progressive des sacs plastique à usage unique l’année prochaine. Un « pas significatif » pour réduire la pollution.

Des « centaines de millions » de sacs plastiques à usage unique sont utilisés chaque année, a déploré la Première ministre Jacinda Ardern en rappelant leurs conséquences environnementales désastreuses, sur la vie marine notamment. C’est la raison pour laquelle le ministère de l’environnement néozélandais a annoncé vendredi 10 août 2018 leur interdiction progressive.

« Nous devons être beaucoup plus malins dans la façon dont nous gérons les déchets, et c’est un bon départ », a-t-elle ajouté. « Nous amorçons la sortie progressive des sacs plastique à usage unique afin de mieux nous occuper de notre environnement et de protéger la réputation propre et verte de la Nouvelle-Zélande », a poursuivi la Première ministre travailliste, dont la coalition inclut aussi le Parti vert. L’organisation Greenpeace a salué cette décision dans un communiqué.

Sacs plastiques Lire la suite

Lumière bleue : les LED sont-elles dangereuses pour les yeux ?

La lumière bleue, émise entre autres par certaines LED, fait de plus en plus parler d’elle. Généralement, de manière plutôt négative. Et c’est aujourd’hui une fois encore le cas. Des chercheurs nous expliquent comment elle endommage notre rétine.

Smartphones, tablettes et certaines LED. Aujourd’hui, nous sommes continuellement exposés à la lumière bleue. Une exposition contre laquelle plusieurs spécialistes mettent en garde. Car elle est dangereuse pour nos yeux. Mais bonne nouvelle, des chercheurs de l’université de Toledo (États-Unis) viennent de mettre à jour les mécanismes qui, sous l’action de la lumière bleue, transforment des cellules indispensables à la vue en authentiques cellules tueuses.

Rappelons que pour voir, nous avons besoin de cellules photoréceptrices en pleine forme. Et pour qu’elles restent en pleine forme et perçoivent correctement la lumière qui arrive à nos yeux, celles-ci ont elles-mêmes besoin d’un apport en molécules appelées rétinal (C20H28O).

Lumière bleue rétine

La lumière bleue semble agir comme le déclencheur d’une réaction chimique non désirée qui transforme le rétinal en un tueur de photorécepteurs.

Lire la suite